Samedi 27 Mai 2017

Au Soudan, les humanitaires débordés par l'afflux de réfugiés

Au Soudan, les humanitaires débordés par l'afflux de réfugiés
(AFP 01/03/17)

"On n'a pas assez de médicaments et pas assez de main d'oeuvre": les travailleurs humanitaires soudanais craignent d'être vite débordés par l'afflux des réfugiés du Sud-Soudan qui arrivent chaque jour par centaines de l'autre côté de la frontière.

Dans un centre de transit soudanais, tout près de la frontière, le docteur Viola James explique qu'il n'y a que cinq travailleurs humanitaires pour l'aider à s'occuper des quelque 5.000 réfugiés présents, qui ont fui la guerre civile et la famine sévissant dans leur pays.

"Et en plus de ça, on doit gérer les villages environnants", dit-elle en examinant un jeune garçon souffrant de malnutrition.

"Beaucoup souffrent aussi de paludisme", ajoute-t-elle.

Né en 2011 après sa séparation d'avec le Soudan, le Soudan du Sud a sombré fin 2013 dans une guerre civile meurtrière.

L'état de famine vient d'être déclaré dans une région du nord du pays, près de la frontière soudanaise, et plus de 100.000 Sud-Soudanais sont déjà touchés par ce fléau, qui menace également un million de personnes.

Selon le Haut commissariat de l'ONU pour les réfugiés (HCR), environ 32.000 Sud-Soudanais ont trouvé refuge au Soudan depuis le début de l'année et des dizaines de milliers d'autres devraient les imiter dans les mois à venir.

Le Soudan, qui compte déjà 330.000 réfugiés sud-soudanais, a mis en place des centres de transit à la frontière et des camps de réfugiés à travers tout le pays.

Dans le centre où travaille le docteur James, un correspondant de l'AFP a vu essentiellement des femmes et des enfants, accueillis sous des tentes en toit d'herbe. Des dizaines d'entre eux se pressent près des réservoirs d'eau en plastique.

Des salles de bain et de toilettes de fortune complètent les maigres équipements des lieux.

Les travailleurs humanitaires expliquent que le principal défi est de pouvoir fournir immédiatement de la nourriture et des médicaments à des gens qui arrivent épuisés après avoir effectué un long et dangereux périple.

"Vous pouvez lire sur leur visage qu'ils sont dans un état misérable", explique Adam Saïd du Croissant-Rouge soudanais, qui enregistre les réfugiés venant de traverser la frontière. "Ils n'ont pas mangé depuis des jours".

Tous les enfants de moins de quinze ans, sans exception, reçoivent de la nourriture dès qu'ils franchissent la frontière, dit M. Saïd.

"On les examine rapidement, on leur donne à manger et on s'assure qu'ils sont vaccinés contre le choléra", explique-t-il encore.

- 'Nous avions peur' -

Derrière lui, plusieurs réfugiés transportant des sacs sur leur tête ou sur des charrettes tirées par des ânes traversent un point de passage à la frontière.

Une fois passés côté soudanais, ils sont répertoriés et passent une visite médicale.

"Au début, nous avions peur et pensions que nous n'y arriverions pas, mais finalement on est ici", confie Vivian Fiter, qui vient de Malakal (nord-est) avec sa soeur et leurs enfants, dont un bébé de quatre mois.

Mme Fiter s'est lancée dans ce voyage pour rejoindre des membres de sa famille qui, dit-elle, vivent dans un camp géré par l'ONU au Soudan.

"Ceux qui ne vivent pas dans des camps souffrent vraiment. Ils n'ont pas de nourriture et aucune autre aide", dit-elle.

Des travailleurs humanitaires à la frontière emmènent vite les enfants afin d'examiner leur état de santé et les vacciner.

"Mais le problème est que nous n'avons pas assez de matériel et de fonds", déplore Emad Abdelrahmane, chef du bureau régional du HCR.

Le HCR et ses partenaires ont lancé un appel pour récolter 166,65 millions de dollars (environ 157,5 M euros) pour répondre aux besoins des réfugiés sud-soudanais au Soudan cette année, mais n'ont obtenu jusqu'à présent que 5% de cette somme.

"Nous devons élaborer un nouveau plan. Le nombre de réfugiés augmente", s'inquiète M. Abdelrahmane.

Pour nombre de Sud-Soudanais, aller au Soudan, c'est juste retourner là où ils vivaient il y a quelques années.

Parti de la capitale sud-soudanaise Juba, Mour Mokor est arrivé au Soudan sur une chaise roulante.

"On m'a tiré dans une jambe une nuit à Juba. Tout n'est que souffrance là-bas", lâche-t-il.

La seule chose qu'il veut: arriver à Khartoum.

Commentaires facebook