Soudan: le journaliste Phil Cox raconte son calvaire à la prison de Kobar | Africatime
Mardi 25 Avril 2017

Soudan: le journaliste Phil Cox raconte son calvaire à la prison de Kobar

Soudan: le journaliste Phil Cox raconte son calvaire à la prison de Kobar
(RFI 06/04/17)
Le journaliste Phil Cox et son interprète soudanais Daoud Hari dans un camp de réfugiés à la frontière tchado-soudanaise, le 5 décembre 2016, quelques jours avant leur arrestation. © HO / CHANNEL 4 NEWS / AFP

C'est un témoignage rare sur les conditions carcérales au Soudan. Le journaliste Phil Cox vient de publier dans le journal The Guardian le récit de son incarcération à la prison de Kobar. Lui et Daoud Hari, son interprète et collaborateur, ont été arrêtés en décembre, alors qu'ils enquêtaient sur d’éventuelles attaques à l'arme chimique dans la région de Jebel Marra, au Darfour. Ils ont bénéficié d’une grâce présidentielle et ont été libérés en février dernier. Dans cet article, Phil Cox assure qu’il a été torturé.

A la prison de Kobar, raconte le journaliste britannique au Guardian les prisonniers appellent leurs cellules des « cages ». Phil Cox partage la sienne avec un voleur qui lui prête sa brosse à dents. Ce détenu lui révèle les surnoms des gardiens : « le Bon », « le Méchant », « le Fou ».

Puis, il y a « Terreur Man », c'est son bourreau à lui. Phil Cox ne cesse de lui répéter qu’il est journaliste, mais « Terreur Man » est persuadé que c’est un espion. Surtout quand Phil Cox lui révèle combien il doit toucher pour son documentaire. Personne ne mettrait sa vie en danger pour aussi peu d’argent, croit « Terreur Man », qui le bat, l'électrocute et l'étouffe.

Dans l’aile politique de la prison, le journaliste croise des professeurs, des avocats, des hommes politiques, des syndicalistes, mais aussi de tout jeunes footballeurs qui avaient réussi à mobiliser leurs supporters via les réseaux sociaux.

Commentaires facebook