Vendredi 28 Juillet 2017

Soudan : le Français enlevé le 23 mars au Tchad a été libéré

Soudan : le Français enlevé le 23 mars au Tchad a été libéré
(Reuters 08/05/17)
Le Français Thierry Frezier.

L’Elysée a confirmé dans un communiqué la libération de l’homme d’une soixantaine d’années, dont l’identité n’a pas été divulguée.

Le Soudan a annoncé, dimanche 7 mai, la libération d’un ressortissant français enlevé le 23 mars au Tchad. L’Elysée a confirmé dans un communiqué la libération de Thierry Frezier, un ancien militaire employé d’une société minière.
Libéré samedi, Thierry Frezier a fait une une brève déclaration à la presse à l’aéroport international de Khartoum où il a été transféré dimanche. L’ex-otage a dit avoir été « bien traité » par ses ravisseurs. « Je n’ai rien à dire de ce côté-là. Donc j’ai pas à me plaindre, dans mon malheur j’ai eu un peu de bonheur », a-t-il déclaré. « Je tiens tout particulièrement à remercier le gouvernement soudanais, les autorités civiles et militaires qui ont pu permettre ma libération », a ajouté l’ex-otage.
Aucune rançon versée aux ravisseurs
Thierry Frezier avait été enlevé en mars dans une région de l’est du Tchad. Selon un responsable du ministère soudanais des affaires étrangères, Khaled Al-Kalas, l’ex-otage a été emmené après son rapt dans la région en conflit du Darfour, dans l’ouest du Soudan, où il a été libéré. Le Soudan s’activait depuis des semaines, de concert avec le Tchad et la France, à obtenir sa libération. Les responsables soudanais et français ont affirmé qu’aucune rançon n’avait été payée. Le ministère des affaires étrangères soudanais a également précisé que les ravisseurs qui se trouvaient avec M. Frezier ont été capturés.
Le président François Hollande « a appris avec grande satisfaction la libération de notre compatriote qui avait été enlevé dans l’est du Tchad le 23 mars puis emmené par ses ravisseurs au Soudan », peut-on lire dans un communiqué de l’Elysée. « Il félicite l’ensemble des acteurs qui se sont impliqués pour donner une heureuse issue à cet enlèvement. »
Le dernier ressortissant français enlevé au Tchad était un travailleur humanitaire. Il avait été kidnappé en 2009 près de la frontière avec le Soudan. Il fut libéré trois mois plus tard au Darfour. Environ quinze cents ressortissants français vivent au Tchad, où se trouvent également un millier de soldats de la force française « Barkhane », forte de 4 000 hommes, déployée dans le Sahel. Un petit détachement est basé à Abéché, au Tchad.

Commentaires facebook