Lundi 11 Décembre 2017

Soudan: affrontement au Darfour, dix morts côté gouvernemental (officiel)

Soudan: affrontement au Darfour, dix morts côté gouvernemental (officiel)
(AFP 27/11/17)
Une unité des Rapid Support Forces (RSF, Forces de soutien rapide) est tombée dans une embuscade de miliciens fidèles à un chef local, Musa Hilal, dans l'Etat du Darfour-Nord

Dix hommes d'une unité anti-insurrectionnelle soudanaise ont été tués dimanche dans un affrontement avec des combattants d'une puissante milice au Darfour, dans l'ouest du Soudan, a annoncé l'agence de presse officielle SUNA.

Une unité des Rapid Support Forces (RSF, Forces de soutien rapide) est tombée dans une embuscade de miliciens fidèles à un chef local, Musa Hilal, dans l'Etat du Darfour-Nord, a indiqué SUNA.

"Un commandant des RSF et neuf autres hommes ont été tués lorsqu'ils sont tombés dans une embuscade près de Mustariaha", a déclaré l'agence officielle soudanaise.

La ville de Mustariaha est le bastion de Musa Hilal, dont les miliciens ont déjà eu ces derniers mois plusieurs accrochages avec des unités des RSF au Darfour.

L'agence SUNA n'a pas identifié les attaquants, qu'elle qualifie simplement de "hors-la-loi". "L'accrochage a eu lieu alors que l'unité des RSF se trouvait dans la zone dans le cadre du programme gouvernemental de collecte des armes", a précisé l'agence.

Dans un communiqué, les RSF ont confirmé le bilan de dix morts dans leurs rangs.

Selon des sources tribales dans la région, les combats ont été intenses, avec usage d'armes légères et lourdes des deux côtés.

De nombreuses armes circulent au Darfour depuis que des minorités ethniques se sont révoltées en 2003 contre le gouvernement du président soudanais Omar el-Béchir, dominé par les Arabes, accusé de marginaliser ces minorités économiquement et politiquement.

Les armes sont détenues par des milices tribales dont certaines sont soutenues par le gouvernement, et les autorités veulent à présent que ces milices leur remettent leurs armes en arguant que le conflit du Darfour est maintenant terminé.

Mais Musa Hilal, un ancien allié du président Béchir, et ses miliciens refusent de livrer leurs armes.

Pendant les premières années du conflit du Darfour, Hilal et ses miliciens ont combattu contre les rebelles aux côtés des forces gouvernementales.

Mais un différend a éclaté entre Hilal et le gouvernement lorsque ce chef de milice a accusé Khartoum d'ignorer ses revendications politiques. Hilal a de plus rejeté une proposition du gouvernement de fondre sa milice dans les RSF.

Le niveau général de violence a baissé ces derniers temps au Darfour, bien que des accrochages entre diverses milices tribales soient encore signalés. Mais la tension croissante qui règne entre la milice de Hilal et les forces gouvernementales menace de compromettre les progrès qui ont été réalisés.

Commentaires facebook