Vendredi 22 Septembre 2017

Omar el-Bechir rassure l’Egypte que le barrage Grand Renaissance ne violera pas ses droits sur le Nil

Omar el-Bechir rassure l’Egypte que le barrage Grand Renaissance ne violera pas ses droits sur le Nil
(Agence Ecofin 26/08/17)
Omar el-Bechir, président du Soudan.

« La construction du barrage Grand Renaissance sur le fleuve Nil, en Ethiopie n'aurait pas d'impact sur l'approvisionnement en eau de l'Égypte, comme le craint le Caire.» C’est ce qu’a affirmé Omar el-Bechir (photo), il y a quelques jours, alors qu’il recevait à Khartoum, la visite du premier ministre éthiopien, Hailemariam Desaleg

Selon les traités de 1929 et 1959 signés entre les pays ayant en partage le fleuve, l’Egypte en détient 87% de la superficie. Aussi, en dépend-t-il énormément notamment pour sa production agricole. Le Caire pour lequel le Nil représente un enjeu stratégique, craint que sa part d’eau soit détournée pour nourrir le fonctionnement du barrage. Cette situation a, par ricochet, entraîné une dégradation des relations entre les deux pays

« Nous sommes pleinement engagés à faire en sorte que la part égyptienne de l'eau du Nil ne soit pas affectée en raison de la construction du barrage.», a déclaré Omar el-Bechir.

De son côté, le premier ministre éthiopien a demandé aux autorités égyptiennes que la question ne soit pas politisée. « C’est un problème d’ordre technique et non politique. Si nous ne la politisons pas, nous arriverons à une solution gagnante-gagnante pour tous.», a-t-il martelé.

La construction du Grand Renaissance a commencé en 2012 et a désormais atteint un taux de réalisation de 60%. Le barrage aura une capacité de 6 000 MW, soit l’équivalent de six centrales nucléaires. Ce sera la plus grande infrastructure de ce type en Afrique.

Olivier de Souza

Commentaires facebook