Lundi 24 Juillet 2017

Le Premier ministre du Soudan prête serment, Béchir salue "une étape majeure"

Le Premier ministre du Soudan prête serment, Béchir salue "une étape majeure"
(AFP 02/03/17)
Bakri Hassan Saleh.

Le président soudanais Omar el-Béchir a qualifié jeudi d'"étape majeure" la nomination de l'un de ses proches conseillers au poste de Premier ministre, une fonction supprimée depuis le coup d'Etat qui l'avait porté au pouvoir en 1989.

M. Béchir s'exprimait à l'occasion de la prestation de serment de Bakri Hassan Saleh, 68 ans, dont la désignation avait été entérinée la veille par le bureau exécutif du parti du Congrès national, au pouvoir.

"Aujourd'hui nous avons franchi une étape majeure en nommant Bakri Hassan Saleh comme Premier ministre", a déclaré M. Béchir lors d'une conférence de presse.

Les députés soudanais avaient voté en décembre en faveur du rétablissement du poste de Premier ministre, lui donnant la responsabilité du "pouvoir exécutif dans le pays".

Le président garde en revanche le pouvoir de former le gouvernement et de limoger des ministres.

Omar el-Béchir, au pouvoir depuis un quart de siècle, avait supprimé le poste de Premier ministre après son coup d'Etat -soutenu par les islamistes- contre le Premier ministre de l'époque, Sadek al-Mahdi.

M. Béchir avait proposé en octobre de nommer un Premier ministre dans le cadre du "dialogue national" entre le gouvernement et des groupes de l'opposition, qui doit mener à une nouvelle Constitution.

Le dialogue national a été organisé par Khartoum entre octobre 2015 et octobre 2016 pour résoudre les problèmes économiques et mettre un terme aux insurrections qui minent le pays. Il a été boycotté par la plupart des groupes armés et des partis d'opposition.

"Notre pays vit un moment historique en harmonisant tous les partis et forces politiques qui ont participé au dialogue national", a estimé le nouveau Premier ministre après avoir prêté serment.

"Tous ceux qui ont participé au dialogue national seront représentés" dans l'administration, a assuré le président soudanais.

"La nomination du général Bakri est dans l'ensemble une poursuite de la politique de Béchir plus qu'un nouveau chapitre dans la vie politique soudanaise", a estimé Khaled Tigani, rédacteur en chef de l'hebdomadaire Elaff.

M. Béchir est recherché depuis 2009 par la Cour pénale internationale (CPI) pour répondre de crimes de guerre et génocide au Darfour, région de l'ouest du Soudan en proie à un conflit sanglant et aux violences depuis 2003.

Commentaires facebook