Mardi 22 Août 2017

En Centrafrique, une situation humanitaire "exécrable" et un conflit qui s'enlise

En Centrafrique, une situation humanitaire "exécrable" et un conflit qui s'enlise
(France 24 12/08/17)
Photo d'illustration

Les combats entre groupes armés ensanglantent depuis le début de l’année l’est de la Centrafrique, où l’État est quasi-invisible et l’ONU débordée. Les organisations humanitaires s’alarment de la reprise des massacres interethniques.

"Vous aviez trois missions : mettre fin au chaos, accompagner les forces internationales et permettre la tenue d’élections. Ces trois missions sont remplies, personne ne peut le contester." Les paroles de l'ex-ministre de la Défense français Jean-Yves Le Drian, le 31 octobre 2016 à Bangui, félicitant les troupes de la force Sangaris qui, après trois ans d’opération de maintien de la paix, se retiraient de Centrafrique, semblent bien loin.

Le chaos en Centrafrique n’est pas fini, il a simplement changé d’emplacement. De l'ouest du pays - où les combats et massacres interethniques entre les milices musulmanes de la Séléka et les anti-balaka, majoritairement chrétiens, avaient choqué la communauté internationale - le conflit s’est déplacé dans le centre et le sud-est. Depuis mai, des centaines de personnes ont perdu la vie dans cet immense territoire, où s’affrontent 14 groupes armés, parmi lesquels des anti-balaka et les différentes factions rivales de l’ex-Séléka.

Lire la suite sur:

Commentaires facebook