Dimanche 17 Décembre 2017

70 jours au Soudan : le récit glaçant d’un journaliste britannique emprisonné et torturé dans le Darfour

70 jours au Soudan : le récit glaçant d’un journaliste britannique emprisonné et torturé dans le Darfour
(Jeune Afrique 07/04/17)

Enchaîné en plein soleil, frappé, électrocuté : dans un rare témoignage publié par le journal britannique The Guardian, le journaliste Phil Cox revient sur son enlèvement au Soudan et son incarcération à la prison de Kobar. En décembre dernier, lui et son interprète Daoud Hari avaient été arrêtés alors qu’ils entamaient une enquête sur de présumées attaques à l’arme chimique dans le Darfour. Libérés en février dernier, les conditions de leur détention n'avaient pas été détaillées jusqu'alors.

Les forces de sécurité soudanaises ont-elles fait usage d’armes chimiques contre des civils ? C’est pour enquêter sur cette hypothèse, avancée par Amnesty International, que Phil Cox, un journaliste travaillant pour la chaîne britannique Channel 4, et son collaborateur Daoud Hari ont pris la route, en décembre dernier, du Darfour. Une région inaccessible aux journalistes depuis plusieurs années.

Mais pendant leur séjour, les forces de sécurité soudanaises les empêchent de mener à bien leur enquête et ils sont arrêtés, puis incarcérés. Dans un récit cauchemardesque, publié le mercredi 5 avril sur le site du Guardian, Phil Cox revient sur son enlèvement, assurant que Daoud Hari et lui-même ont subi de nombreux actes de torture, notamment pendant lors de leur passage à la prison de Kobar, à Karthoum.

Commentaires facebook