Lundi 18 Décembre 2017
(Xinhua 12/11/13)
JOHANNESBURG, (Xinhua) -- Des milliards de dollars américains sortent illégalement des pays africains chaque année, a affirmé lundi le ministre sud-africain des Finances, Pravin Gordhan, mettant en garde contre ces pratiques menées par les entreprises qui ont volé de l'argent à 33 pays africains. Cet argent dérobé aurait pu servir à aider les pays africains à construire de meilleures économies, a souligné M. Gordhan lors de la deuxième conférence annuelle africaine du G20 qui se tient à Johannesburg. « Pensez à tout ce que les gouvernements africains pourraient faire avec cette manne fiscale supplémentaire. L'Afrique pourrait être fondamentalement un meilleur endroit avec plus d'écoles, plus d'infrastructures et plus d'activités économiques ». M. Gordhan n'a cependant pas avancé de chiffres exacts...
(AFP 11/11/13)
MOGADISCIO, 11 novembre 2013 (AFP) - Près de 100 personnes sont mortes dans une tempête qui a dévasté depuis ce week-end des villages entiers dans le nord-est de la Somalie, ont affirmé lundi les autorités de la région semi-autonome du Puntland, qui évoquent aussi de centaines d'autres personnes disparues. "Le bilan jusqu'ici est de près de 100 morts, la crise est immense", a déclaré Abdirahman Mohamed Farole, le président du Puntland, région frappée par la tempête, après une réunion avec des humanitaires étrangers. "Des milliers d'animaux ont été emportés dans la tempête", a poursuivi le responsable, précisant que les informations n'arrivaient qu'au compte-gouttes mais que les autorités locales préparaient une aide urgence à distribuer à la population. Auparvant, le gouvernement...
(AFP 11/11/13)
NAIROBI, 11 novembre 2013 (AFP) - L'ONU a indiqué lundi qu'elle aiderait les réfugiés qui, en vertu d'un accord signé dimanche entre la Somalie, le Kenya et le HCR, choisiront de rejoindre la Somalie. Le Kenya abrite, dans le plus grand complexe de camps de réfugiés du monde Dadaab, situé près de la frontière somalienne, plus de 400.000 Somaliens, qui, depuis 20 ans, ont fui des sécheresses récurrentes et un état de guerre civile permanent dans leur pays. Nairobi ne cache pas, depuis plusieurs années, son désir de voir ces réfugiés rentrer chez eux. Et après l'attaque du centre commercial Westgate de Nairobi fin septembre, revendiquée par les islamistes somaliens shebab, plusieurs responsables kényans ont de nouveau stigmatisé Dadaab, selon...
(Le Soir 11/11/13)
L’ONU a indiqué lundi qu’elle aiderait les réfugiés qui, en vertu d’un accord signé dimanche entre la Somalie, le Kenya et le HCR, choisiront de rejoindre la Somalie. Le Kenya abrite, dans le plus grand complexe de camps de réfugiés du monde Dadaab, situé près de la frontière somalienne, plus de 400.000 Somaliens, qui, depuis 20 ans, ont fui des sécheresses récurrentes et un état de guerre civile permanent dans leur pays.
(RFI 11/11/13)
Le gouvernement éthiopien envisage la possibilité d’intégrer l’Amisom, la force de l’Union africaine en Somalie. Des militaires éthiopiens sont déjà présents dans le pays depuis 2011, mais Addis-Abeba avait, jusqu’à présent, voulu garder son autonomie opérationnelle. Tout en travaillant en collaboration avec l’AMISOM, elle restait donc indépendante. La nécessité de renforcer la force africaine pourrait changer la donne, alors que sur le terrain, les succès militaires et politiques sont encore loin d’avoir permis une élimination complète de la menace des milices islamistes shebab.
(Xinhua 11/11/13)
Le gouvernement somalien a fermement condamné samedi la dernière attaque à la bombe perpétrée contre un hôtel populaire de Mogadiscio, la capitale, qui a fait au moins cinq morts.L'explosion est survenue vendredi soir à proximité de l'hôtel Makka, causant plus de 30 victimes le long de la route principale située au coeur de la capitale somalienne.Le bilan s'élève présentement à cinq morts et 26 blessés, a rapporté la radio d'Etat de Mogadiscio.Le président de Somalie Hassan Cheikh Mohamoud a dénoncé l'attaque, la qualifiant de "terrorisme"."Je condamne fermement cet acte de terrorisme haineux perpétré par des Shebabs devant l'hôtel Maka al-Mukurama, qui a causé des décès et des blessures civiles", a indiqué le président somalien dans un communiqué publié après l'attaque.Le...
(AFP 09/11/13)
MOGADISCIO, 9 novembre 2013 (AFP) - Le président somalien a promis samedi de poursuivre ses efforts pour ramener la paix et la sécurité dans son pays au lendemain d'un nouvel attentat meurtrier dans le centre de Mogadiscio attribué aux insurgés islamistes shebab. Au moins quatre personnes, dont un diplomate somalien, ont été tuées et 15 blessées dans l'explosion d'une voiture piégée visant un hôtel de luxe de la capitale, selon les autorités somaliennes, qui ont attribué l'attaque aux shebab. "Je condamne avec force cet acte de terrorisme haineux commis par les shebab devant l'hotel Maka al Mukurama qui a fait des morts et des blessés dans la population civile", a dit le président Hassan Sheikh Mohamud dans un communiqué. "Le...
(Xinhua 09/11/13)
Plus de 60 personnes soupçonnées de se diriger vers la Somalie pour renforcer les activités criminelles des shebabs ont été arrêtées à la ville frontière de Garissa ces derniers mois, a confirmé vendredi la police kényane.Un responsable de la police, Musa Yego, a déclaré aux journalistes à Garissa que les recrues présumées, pour la plupart des jeunes âgés entre 18 et 30 ans, étaient appâtées par le faux espoir d'une vie meilleure, des perspectives de bonnes opportunités d'emplois et l'endoctrinement par l'enseignement radical de la guerre sainte.Parmi les personnes arrêtées, certaines venaient du Kenya ( Nairobi, régions centrales et côtières), alors que d'autres venaient de Tanzanie et d'Ouganda. M. Yego a ajouté que la police à Dadaab avait arrêté mardi...
(Xinhua 09/11/13)
Une quarantaine de dirigeants africains ont annoncé leur présence au Sommet sur la paix et la sécurité en Afrique organisé par la France les 6 et 7 décembre dans la capitale française. Six autres ont été jugés persona non grata, selon la présidence française. Seront également présents le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, les dirigeants européens Herman Van Rompuy et José Manuel Barroso, ainsi que la présidente de la Commission de l'Union Africaine (UA), Nkosazana Dlamini-Zuma. Les chefs d'Etat qui ont maille à partir avec la justice internationale et ceux qui ont été exclus de l'UA, n'ont pas été conviés. Les premiers sont le président soudanais, Omar el-Béchir, qui fait l'objet d'un mandat d'arrêt de la Cour pénale internationale...
(AFP 08/11/13)
ROME, 8 novembre 2013 (AFP) - Des dizaines de migrants, passagers du navire qui a coulé le 3 octobre près de Lampedusa, avaient été séquestrés, torturés et les femmes violées, avant leur départ de Libye, ont indiqué vendredi des enquêteurs italiens en annonçant l'arrestation de deux passeurs.Le bateau de pêche à bord duquel se trouvaient plus de 500 voyageurs, en majorité des Erythréens, avait pris feu et fait naufrage en pleine nuit, près de cette petite île du sud de la Sicile. Au moins 366 passagers, dont beaucoup de femmes et d'enfants, s'étaient noyés, littéralement pris au piège dans les cales. Et seules 155 personnes ont survécu.La police italienne a interpellé un Somalien de 34 ans, soupçonné d'être "l'un des...
(AFP 08/11/13)
ROME, 8 novembre 2013 (AFP) - La police italienne a annoncé vendredi avoir arrêté un Somalien de 24 ans soupçonné d'avoir organisé le transport de migrants dans un bateau qui a coulé début octobre près de Lampedusa, faisant 366 morts. L'homme, interpellé sur l'île de Lampedusa, est soupçonné d'être "l'un des organisateurs" de la tragique traversée du 3 octobre, a indiqué à l'AFP une porte-parole de la police à Palerme, en Sicile, en charge de l'opération. Elle n'a pas voulu préciser si le passeur faisait partie des 155 rescapés du naufrage. Le bateau de pêche à bord duquel se trouvaient les migrants avait pris feu et coulé en pleine nuit, une bonne partie des passagers dont beaucoup de femmes et...
(RFI 08/11/13)
En Italie, sur l'île de Lampedusa, la police a arrêté un Somalien de 24 ans, soupçonné d'avoir organisé le transport de migrants sur le bateau qui a coulé début octobre, faisant 366 morts. Selon les médias italiens, le Somalien aurait été identifié par des migrants entendus par le parquet, qui l'ont aussi accusé d'avoir abusé de plusieurs passagères pendant la traversée.Juste après la tragédie, les autorités avaient arrêté le capitaine du bateau de pêche, un Tunisien, accusé d'homicides multiples.Le Somalien interpellé à Lampedusa aurait été identifié par des migrants, entendus par le parquet dans le cadre de l'enquête pour trafic d'êtres humains. La porte-parole de la police de Palerme, n'a pas voulu préciser s'il faisait partie, ou non, des 155...
(Xinhua 08/11/13)
NAIROBI, (Xinhua) -- La mission de lutte contre la piraterie de l'UE a mis en garde jeudi contre l'augmentation des menaces de piraterie dans les eaux de l'Océan Indien, en dépit de la diminution du nombre d'attaques au large de la Corne de l' Afrique cette année. Le commandant des opérations de cette mission, Bob Tarrant, a appelé les forces navales de lutte contre la piraterie et le secteur du commerce maritime à rester vigilants. « Il est clair que les pirates somaliens ont toujours l'intention et la capacité de se rendre en mer pour attaquer des navires et capturer des équipages pour demander des rançons », a déclaré M. Tarrant dans un communiqué. Cet avertissement survient après qu'un navire...
(Afrik.com 08/11/13)
Des chefs d’Etat africains se sont réunis en Afrique du Sud pour entamer des discussions sur la mise en place d’une force militaire africaine d’intervention rapide qui permettrait d’agir en urgence en cas de crise ou conflit sur le continent. Les chefs d’Etat africains ont décidé de se prendre en main et de compter sur leurs propres moyens. Des dirigeants, dont les Présidents du Tchad Idriss Deby, de l’Ouganda Yoweri Musevini, de la Tanzanie Jakaya Mrisho Kikwete, et de l’Afrique du Sud Jacob Zuma, ont entamé mardi en Afrique du Sud des pourparlers pour la formation, d’ici la fin de l’année, d’une force d’intervention rapide pour régler les crises sur le continent. « Cette force devrait permettre à l’Afrique d’agir...
(AFP 07/11/13)
MOGADISCIO, 7 novembre 2013 (AFP) - Fort de récents succès militaires et alors que des renforts sont annoncés, la Force de l'Union africaine (Amisom) et les autorités somaliennes évoquent une défaite en vue des islamistes shebab, mais les analystes mettent en garde contre la mutation du mouvement. Depuis qu'ils ont été chassés de Mogadiscio par l'Amisom en août 2011, les shebab, confrontés à la puissance de feu supérieure des troupes africaines et d'un contingent éthiopien, ont enchaîné défaite sur défaite et successivement abandonné leurs bastions du centre et du sud du pays. "Les shebab n'ont plus qu'une seule jambe et nous allons faire de notre mieux pour couper cette jambe et libérer les (...) zones qu'ils contrôlent toujours", a assuré...
(AFP 07/11/13)
PARIS, 7 novembre 2013 (AFP) - Une quarantaine de dirigeants africains ont annoncé leur présence au Sommet sur la paix et la sécurité en Afrique organisé par la France les 6 et 7 décembre à Paris, six autres ont été jugés persona non grata, selon la présidence française. Seront également présents le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, les dirigeants européens Herman Van Rompuy et José Manuel Barroso, ainsi que la présidente de la Commission de l'Union Africaine (UA), Nkosazana Dlamini-Zuma. Les chefs d'Etat qui ont maille à partir avec la justice internationale et ceux qui ont été exclus de l'UA, n'ont pas été conviés. Les premiers sont le président soudanais, Omar el-Béchir, qui fait l'objet d'un mandat d'arrêt de...
(Xinhua 07/11/13)
Le président sud-africain Jacob Zuma a réaffirmé mercredi que les chefs d'État africains en exercice ne devraient pas avoir à comparaître devant un tribunal."Ce que nous cherchons à éviter c'est une situation dans laquelle des pays qui avaient progressé vers un semblant de stabilité rechuteraient brusquement en raison du vide qui serait laissé si leur dirigeant devait partir pour comparaître", a déclaré M. Zuma au Parlement en répondant à une question sur la tentative de la Cour pénale internationale (CPI) de juger certains dirigeants africains.La CPI veut convoquer le président kenyan Uhuru Kenyatta et son adjoint William Ruto pour répondre d'accusations d'incitation à la violence lors des élections générales de 2007 dans ce pays, des violences qui avaient fait plus...
( 05/11/13)
L'agence de transfert d'argent en Somalie, Dahabshiil, a obtenu une injonction judiciaire empêchant Barclays d'arrêter ses services bancaires.L'injonction signifie que dans un proche avenir, les clients seront en mesure de transférer de l'argent à travers Dahabshiil vers la Somalie.Barclays avait prévu de suspendre ses services à la société en raison des craintes sur le blanchiment d’argent.Dahabshiil est le plus grand fournisseur de services de transfert de fonds à l'ensemble des 100.000 Somaliens vivant au Royaume-Uni.Ils envoient des millions de dollars chaque année aux parents et amis en Somalie, ce qui constitue une source vitale de revenus pour ce pays ravagé par plusieurs années de guerre.Dans un communiqué, Dahabshiil indique que "la Cour a rendu son arrêt , accordant une injonction...
(RTD 05/11/13)
Le Président de la République, M.Ismaïl Omar Guelleh, a reçu ce lundi le champion du monde et champion olympique britannique d’origine somalienne, Mo Farah, qui effectue actuellement une visite à Djibouti, à l’invitation de la Fédération Djiboutienne d’Athlétisme (FDA).Le Chef de l’Etat a remis à cette occasion à l’athlète Mo Farah, la médaille de Chevalier de l’Ordre national du 27 juin. Ce dernier, très ému, a remercié à son tour le Président Guelleh en lui offrant le maillot portant dossard numéro 482 avec lequel il a remporté le 5000 m et le 10.000 m aux derniers championnats du monde d'athlétisme de Moscou.Le Secrétaire d’Etat à la Jeunesse et aux Sports, M. Badoul Hassan Badoul, le Président de la FDA, M...
(Xinhua 05/11/13)
NAIROBI, (Xinhua) -- Le parlement africain jouera un rôle important dans les progrès de développement du continent, a annoncé lundi le président du sénat kényan. Ekwee Ethuro a déclaré aux journalistes à Nairobi que les législateurs sont de plus en plus appelés à participer au processus d'élaboration du budget. « Le renforcement des parlements africains permettra aux législateurs de mettre en place les cadres juridiques nécessaires qui guideront le rythme de développement », a déclaré M. Ethuro lors du Second Colloque des conseillers juridiques des parlements. L'événement qui a duré cinq jours a réuni plus de 200 participants de 18 parlements africains et de deux parlements régionaux. A cette occasion, les participants ont pu discuter des tendances émergentes ainsi que...

Pages