Jeudi 26 Avril 2018
(Xinhua 18/10/17)
Le président guinéen Alpha Condé, président en exercice de l'Union africaine (UA) pour l'année 2017, a condamné l'attentat perpétré samedi dernier à Mogadiscio, capitale somalienne, ayant fait de nombreuses victimes. Dans un message adressé mardi au président somalien Mohamed Abdullahi Mohamed, M. Condé s'est dit consterné par la triste nouvelle de l'attentat au camion piégé dans le quartier le plus animé de Mogadiscio. "En cette douloureuse circonstance je voudrais au nom du peuple de Guinée et à mon nom personnelle vous adresser vous et au peuple somalien et singulièrement aux familles des victimes mes condoléances les plus attristées", a-t-il déclaré.
(AFP 17/10/17)
Les partenaires internationaux de la Somalie se sont mobilisés mardi pour envoyer de l'aide médicale d'urgence et des médecins, pendant que la diaspora somalienne donnait du sang, afin d'aider le pays à mieux prendre en charge les blessés du tragique attentat de Mogadiscio. Au moins 276 personnes ont été tuées et 300 blessés samedi lorsqu'un camion piégé a explosé au carrefour K5, dans le district de Hodan, un quartier commerçant très animé de la capitale, selon un bilan officiel. Des sources médicales estiment cependant que cet attentat, le plus meurtrier de l'histoire du pays, pourrait avoir fait plus de 300 morts. Le fragile système de santé de ce pays qui a connu près de trois décennies de guerre civile et...
(RFI 17/10/17)
Le gouvernement somalien poursuivait ses efforts lundi 16 octobre pour aider les familles des victimes de l’attentat de samedi à Mogadiscio à retrouver la trace de leurs proches disparus. Il s’agit de l’attentat le plus meurtrier de l’histoire de la Somalie : de source médicale, plus de 300 personnes ont été tuées et 300 autres ont été blessées. Deux jours après, cet attentat entraîne une grande vague de solidarité. Depuis longtemps, les attentats quasi quotidiens à Mogadiscio ne faisaient plus la une des médias internationaux. Mais l’attaque sans précédent du Kilomètre 5 a remis la Somalie au centre de l’attention. Plusieurs pays ont montré une solidarité symbolique. A Paris, par exemple, la Tour Eiffel s’est éteinte à minuit. D’autres ont...
(RFI 17/10/17)
En Somalie, les témoignages sont unanimes : l’attaque meurtrière du samedi 14 octobre à Mogadiscio était inédite. Le bilan de l'attentat s’approche des 300 morts et les secours tentent de s’organiser. A Mogadiscio, les secours s'organisent tant bien que mal. Un centre des opérations d’urgence a été ouvert. Il diffuse des avis de recherche, aide à l’identification des victimes, au soutien logistique, à la coordination des hôpitaux. Une équipe de bénévoles a été mise en place pour transmettre l’information, distribuer de la nourriture, des médicaments. Un groupe ministériel, mené par le Premier ministre adjoint, a été constitué pour gérer la crise et coordonner la réponse humanitaire. De l’aide internationale est arrivée, en provenance de Turquie. Le ministre turc de la...
(AFP 16/10/17)
Des larmes coulent sur les joues d'Abduweli Osman, prostré dans la touffeur moite à l'extérieur d'un hôpital de Mogadiscio. Comme des dizaines d'habitants en détresse, le jeune homme a recherché son frère pendant 24 heures. Mais il est désormais persuadé de sa mort dans l'effroyable attentat ayant frappé la capitale somalienne. La dernière fois que lui et sa famille ont eu des nouvelles d'Abdukadir Ahmed, le jeune homme avait décidé, avant de rentrer chez lui, de se rendre samedi dans un quartier commerçant et très animé de Mogadiscio, connu sous le nom de K5. Mais il n'est jamais revenu. Puis sa famille a entendu la terrible nouvelle: un attentat, le plus meurtrier de l'histoire de la Somalie, avait frappé ce...
(AFP 16/10/17)
Les Etats-Unis sont prêts à renforcer leur soutien au gouvernement somalien, après le puissant attentat au camion piégé qui a causé la mort d'au moins 276 personnes samedi à Mogadiscio, a-t-on appris au Pentagone. "Nous serons prêts à soutenir le gouvernement somalien lorsqu'il nous le demandera", a indiqué à l'AFP une porte-parole du ministère américain de la Défense. "Nous sommes en train de voir ce que nous pouvons leur apporter", a précisé cette porte-parole. L'armée américaine a déjà une force de 400 personnes sur le terrain, qui participe à deux opérations, l'une de conseil et d'entraînement aux troupes gouvernementales, l'autre de soutien logistique. Aucun Américain ne figure parmi les victimes déjà identifiées, a précisé la porte-parole. Cet attentat au camion...
(AFP 16/10/17)
Au moins 276 personnes ont été tuées et 300 blessées dans l'attentat au camion piégé mené samedi dans le centre de Mogadiscio, le plus meurtrier de l'histoire de la Somalie, a annoncé lundi le gouvernement somalien dans un communiqué. "Le gouvernement fédéral somalien a confirmé que 276 personnes ont été tuées dans l'explosion (...) et 300 autres personnes blessées ont été admises dans les différents hôpitaux de Mogadiscio", indique ce communiqué du ministère somalien de l'Information publié dans la nuit. "Il y a encore une opération nationale de secours en cours et nous partagerons toute nouvelle information", a ajouté ce communiqué, laissant entendre que ce bilan pourrait encore augmenter.
(Le Monde 16/10/17)
L’attentat, toujours pas revendiqué mais selon toute vraisemblance mené par le groupe Al-Chabab (affilié à Al-Qaida), est le plus meurtrier jamais commis en Somalie. En vingt-cinq ans de drames et de guerre civile, les Somaliens pensaient s’être habitués à tout. Mais pas à ça. Plusieurs centaines de corps sans vie, noircis, brûlés, déchiquetés, méconnaissables, étalés sur la chaussée enflammée de Mogadiscio, entre les immeubles effondrés et les commerces détruits. La capitale somalienne, frappée samedi 14 octobre dans l’après-midi par un attentat au camion piégé, offrait un visage de mort. Une vision d’apocalypse. Depuis, Mogadiscio est en deuil. Et la ville compte ses morts. Mais combien sont-ils, sous les gravats, transportés sur les petits brancards ou dans les morgues de fortune...
(AFP 16/10/17)
Paris, Londres, Washington, Ankara et l'Union africaine (UA) ont assuré dimanche la Somalie de leur soutien après le puissant attentat au camion piégé qui a causé la mort d'au moins 137 personnes samedi à Mogadiscio. "Solidarité avec la Somalie. Soutien à l'Union africaine contre les groupes terroristes islamistes. La France se tient à vos côtés", a écrit le président français Emmanuel Macron sur Twitter. Boris Johnson, ministre britannique des Affaires étrangères, condamne "fortement le lâche attentat de Mogadiscio" dans un communiqué. "Le Royaume Uni continuera à soutenir la Somalie dans sa lutte contre le terrorisme (...) Mes pensées vont aux familles de victimes, au gouvernement et aux Somaliens dans ces moments difficiles". "Les Etats-Unis condamnent dans les termes les plus...
(RFI 16/10/17)
36 heures après le double attentat le plus meurtrier de l'histoire de la Somalie dont le dernier bilan officiel est de 276 personnes tuées et de 300 blessés, Mogadiscio continue de pleurer ses morts. De tenter de les retrouver aussi. Les hôpitaux et les morgues ont été pris d'assaut. La double attaque a semé la désolation et le chaos. Dans l'un des principaux hôpitaux, au Medina, les équipes médicales n'ont pas arrêté depuis samedi 15 heures. Témoignage du chef de l'hôpital, le docteur Mohamed Yusuf. Le chef de l'hôpital, le docteur Mohamed Yusuf, nous explique que 218 cadavres...
(RFI 16/10/17)
En Somalie, les autorités ont décrété, ce dimanche 15 octobre, trois jours de deuil national, au lendemain du double attentat à l’explosif mené samedi, à Mogadiscio, la capitale. Le bilan s'alourdit : au moins 218 morts et 300 blessés, selon une source hospitalière. L’attentat n’a pas été revendiqué. Il s’agit de l’un des attentats les plus meurtriers ayant touché le pays. Le président Mohamed Abdullahi Farmajo a demandé à ce que les drapeaux soient mis en berne. « C’est le moment de s’unir et de prier ensemble. La terreur ne l’emportera pas », a déclaré le chef de l’Etat. Il est allé au K5 sur les lieux de l’explosion, avant de se rendre dans les hôpitaux au chevet des blessés,...
(RFI 16/10/17)
Mogadiscio est toujours sous le choc après le double attentat le plus meurtrier de l'histoire de la Somalie, samedi 14 octobre. Des appels à témoins poignants ont envahi les réseaux sociaux alors que le bilan des victimes ne cesse de s'alourdir. Une source médicale évoque 218 cadavres emmenés à la morgue de l'hôpital de Medina. Selon un dernier bilan officiel ce lundi matin, l'attentat a fait 276 morts et plus de 300 blessés. Les autorités ont décrété trois jours de deuil national. Un attentat d'une telle ampleur ne sera pas sans conséquences politiques. Le symbole était important pour les Somaliens. Il y a un mois, Mogadiscio organisait son premier match de football nocturne depuis 30 ans. Preuve que la situation...
(APA 16/10/17)
L’attentat au camion piégé qui a frappé samedi Mogadiscio, a fait 300 morts et des centaines de blessés, selon un bilan communiqué lundi par des ambulanciers de la capitale somalienne qui craignent de voir le nombre de morts augmenter dans les prochaines heures. L’attaque, le pire ayant jamais frappé la Somalie mais qui n’a toujours pas été revendiquée, est survenue dans un lieu très fréquenté, le carrefour PK5, un quartier commercial. Tous les regards accusateurs sont cependant tournés vers les Shebab, affiliés à Al-Qaida et chassés de la capitale en 2011. Les spécialistes de la région rappellent que l’attentat le plus meurtrier en Somalie avant celui de samedi, avait fait au moins 82 morts et 120 blessés en octobre 2011,...
(Xinhua 16/10/17)
Le président de la Commission de l'Union africaine, Moussa Faki Mahamat, a condamné dimanche dans les termes les plus vifs l'attentat qui a fait des dizaines de morts la veille à Mogadiscio, la capitale somalienne. M. Mahamat a appelé la Somalie à faire preuve à nouveau d'unité, à surmonter les divisions et à rebâtir la cohésion à tous les niveaux des institutions fédérales. "Une telle cohésion est une condition préalable à la satisfaction des aspirations du peuple somalien à une paix durable, la sécurité et la réconciliation", a-t-il écrit dans un communiqué. Réaffirmant l'engagement de l'UA auprès de ce pays, il a aussi exhorté la communauté internationale à continuer de garantir une aide plus coordonnée et soutenue aux institutions somaliennes...
(Xinhua 16/10/17)
Plus de 230 personnes ont été confirmées mortes et 288 autres blessées suite à un attentat terroriste perpétré samedi dans la capitale somalienne, Mogadiscio, a confirmé dimanche le premier vice-président de la Chambre haute du parlement somalien, Abshir Mohamed Ahmed. "Moi-même et d'autres parlementaires de la Chambre haute du parlement de la Somalie ont assisté aux funérailles de plusieurs personnes qui sont mortes dans l'incident mortel d'hier à Mogadiscio", a déclaré M. Abshir. "Nous avons été informés par les médecisns que plus de 230 corps ont été reçu à l'hôpital". Les habitants de Mogadiscio sont sortis dimanche en grand nombre pour donner du sang afin de sauver la vie des blessées. L'Union africaine (UA) a condamné dimanche l'attaque terroriste du...
(AFP 15/10/17)
Au moins 137 personnes ont été tuées et 300 blessées dans l'attentat au camion piégé mené samedi dans le centre de Mogadiscio, la capitale somalienne, a-t-on appris dimanche de source policière. "Nous obtenons différents chiffres pour les victimes de la part des centres médicaux, mais nous avons confirmé pour l'instant 137 (morts), la plupart brûlés au point de ne pas être reconnaissables. Le bilan des morts peut être encore plus élevé, car il y a plus de 300 blessés, pour certains d'entre eux grièvement", a déclaré à l'AFP un responsable de la police, Ibrahim Mohamed.
(AFP 14/10/17)
Plus de 20 personnes ont été tuées samedi par un puissant attentat à la voiture piégée devant un hôtel d'un carrefour commercial fréquenté du centre de Mogadiscio, ont annoncé la police et les services de secours. "De premières informations provenant des services de secours font état de plus de 20 morts gisant sur le bord de la route, mais beaucoup d'autres se trouvent sous les décombres de maisons détruites par l'explosion", a déclaré un responsable de la police, Ibrahim Mohamed. "Il y a eu une forte déflagration causée par un véhicule chargé d'explosifs. Cela s'est produit devant un hôtel près du carrefour K5", quartier fréquenté de la capitale somalienne, a expliqué un responsable sécuritaire, Mohamed Adan. L'attentat n'a pas été...
(AFP 13/10/17)
Le ministre de la Défense et le chef de l'armée somaliens ont tous les deux démissionné, sans donner d'explications, dans ce pays où les insurgés islamistes shebab mènent régulièrement des opérations de guérilla et des attentats-suicides notamment contre des bases militaires. Les services du Premier ministre ont annoncé jeudi la démission du ministre de la Défense Abdirashid Abdullahi et du chef de l'armée Ahmed Jimale Irfid. M. Abdullahi a confirmé vendredi à l'AFP avoir démissionné, mais n'a pas souhaité s'exprimer sur les raisons. Ahmed Jimale Irfid avait été nommé en avril par le président somalien Mohamed Abdullahi Mohamed, plus connu sous son nom de Farmajo. Le nouveau président, qui a pris ses fonctions en février, a déclaré la "guerre" aux...
(RFI 13/10/17)
Double démission surprise jeudi 12 octobre en Somalie, et pas des moindres : le ministre de la Défense Abdirashid Abdullahi Mohamed, et le chef des armées, le général Mohamed Ahmed Jimale. C’est ce qu’a annoncé le média public Radio Muqdisho. Deux des plus importants personnages de l’appareil sécuritaire somaliens quittent leurs fonctions mais les raisons sont pour l’instant mystérieuses. Aucune explication officielle n’a été donnée pour éclaircir cette spectaculaire double démission. En attendant, plusieurs théories sont avancées. Selon une source gouvernementale, le ministre de la Défense souhaitait protester, après ne pas avoir été consulté sur des points clés concernant ses prérogatives. D’autres sources pensent que le ministre et le chef des armées ne s’entendaient pas, et auraient été contraints de...
(Xinhua 13/10/17)
Le ministre somalien de la Défense, Abdirashid Abdullahi Mohamed, et le chef des armées, Ahmed Mohamed Jimale, ont démissionné jeudi dans des circonstances peu claires. Le ministre de l'Information, Abdirahman Omar Osman, a confirmé ces démissions, précisant que le ministre de la Défense avait motivé cette décision par des raisons personnelles, tandis qu'aucune raison n'a été mentionnée pour la démission du chef des armées six mois à peine après sa désignation. M. Osman a indiqué que le cabinet avait donné son aval à ces deux démissions, et nommé en remplacement Abdiweli Jama Hussein en tant que nouveau chef des forces de l'Armée nationale somalienne (SNA). "Le ministre de la Défense et le chef des armées ont démissionné aujourd'hui, et le...

Pages