Mardi 22 Août 2017

En Somalie, un programme d'alphabétisation a transformé la vie d'une adolescente

Français

« Je suis très différente depuis que je sais lire et écrire » raconte Fardowsa Bile Abdullahi, 17 ans, de Mogadishu, Somalie. « Ma famille me confie ses affaires parce que je sais compter l'argent et faire des transactions commerciales, grâce aux connaissances que j’ai acquises au centre. »
Fardowsa est l’une des jeunes femmes qui ont bénéficié d’un projet d’alphabétisation et de compétences pour la vie financé par Al Maktoum et mis en œuvre par l’UNESCO en Somalie. Elle a perdu très jeune ses deux parents et elle vit actuellement avec de la famille proche. À cause de l’agitation civile et des farouches rivalités claniques de son pays, Fardowsa n’a pas eu la possibilité d'apprendre et d’accéder à l'éducation pendant son enfance. L'éducation de base n’était accessible qu’à quelques personnes qui en avaient les moyens puisque la plupart des institutions éducatives étaient privées.

L’absence d’un gouvernement stable dans le Sud et le Centre de la Somalie a rendu impossible la fourniture d’une éducation aux enfants comme Fardowsa. C’est par des amis proches qu'elle a découvert la possibilité de faire des études dans un centre d'apprentissage communautaire de Mogadishu, avec l’appui de la Fondation Al Maktoum, de l’UNESCO et du Ministère de l'Education. « Un jour, alors que je me rendais au marché, un ami m'a parlé de cette opportunité au Centre national de formation communautaire des femmes de Somalie : je suis allée tout de suite m’inscrire aux cours d’alphabétisation, de calcul et d’entreprenariat du centre » indique Fardowsa. « C'est une belle occasion gratuite pour des apprenants comme moi qui n’ont jamais eu la chance de faire des études. »

Fardowsa ne tient pas ce qu’elle a pour acquis. Elle envisage l’avenir avec optimisme et veut faire des études plus approfondies pour améliorer sa vie.

Niveau d'alphabétisation en Somalie

La Somalie présente l’un des taux de scolarisation les plus faibles au monde pour les enfants d’âge scolaire. Il y a 4,4 millions d'enfants non scolarisés, près de la moitié de la population totale du pays qui compte 9,2 millions de personnes. Seulement quatre enfants sur dix sont scolarisés. Le pays est loin d’avoir atteint les Objectifs de développement durable qui visent à assurer une éducation de qualité, inclusive et équitable, et le seul moyen est de développer une formation standardisée de qualité pour l’alphabétisation et les compétences de la vie, qui contribue à améliorer l'accès à l'éducation et l'équité dans l’alphabétisation de ces enfants.

La situation sécuritaire reste instable et dangereuse dans la capitale Mogadishu et dans le reste du pays. Les attaques terroristes sont répandues en Somalie, perpétrées le plus souvent perpétrées par des kamikazes. C’est pour cela qu’il a été difficile pour des jeunes comme Fardowsa d’accéder au centre d’apprentissage communautaire et de suivre les cours.

« Malgré plusieurs attaques et attentats perpétrés cette année à proximité de notre centre d’apprentissage communautaire, je continuerai de suivre mon rêve d’éducation et de moyens de subsistance. » Fardowsa a déclaré : « Je suis reconnaissante à la Fondation Al Maktoum, au Ministère de l’Education, à l’UNESCO et au Centre national des femmes de Somalie, de m’avoir procuré cette deuxième chance. »

L’UNESCO est depuis 1946 au premier rang des efforts mondiaux pour l’alphabétisation, faisant progresser la vision d'un monde où chacun sait lire et écrire.

Date parution: 
Jeudi, 1 Juin, 2017 - 10:45
Source du communiqué: 
UNESCO

Commentaires facebook