Samedi 24 Février 2018

« De Pékin à Lampedusa », l’odyssée tragique d’une athlète somalienne morte pour sa passion

« De Pékin à Lampedusa », l’odyssée tragique d’une athlète somalienne morte pour sa passion
(Le Monde 02/02/18)

La silhouette de Malyka Johany sort de la pénombre de la scène du théâtre Essaïon à Paris, entonnant d’une voix monocorde une chanson en somali. Le ton est mélancolique, en cohérence avec l’histoire racontée. Celle de Saamiya Yusuf. Cette jeune athlète somalienne de 21 ans, morte noyée au large de Lampedusa en 2012 alors qu’elle tentait de rejoindre l’Europe avec des centaines d’autres migrants. « Ce n’est pas la tristesse de l’histoire que le metteur en scène veut mettre en avant, prévient la jeune comédienne bénino-malgache de 26 ans, mais plutôt la vie et la passion que dégageait Saamiya. »

Pourtant, l’odyssée du « faon » de Mogadiscio, retracée dans la pièce De Pékin à Lampedusa, reste tragique. Aînée de six frères et soeurs, Saamiya fuyait la guerre et les exactions des miliciens islamistes pour vivre pleinement sa passion : l’athlétisme. Elle rêvait de participer aux Jeux olympiques de Londres après une première participation aux Jeux de Pékin, en 2008. « Elle voulait absolument réaliser son idéal et a affronté tous les dangers du voyage. J’ai voulu en faire une pièce. La problématique de l’immigration est peu traitée par les artistes », affirme pour sa part Gilbert Ponté, le metteur en scène et auteur de la pièce.

Espoir d’une nation meurtrie par la guerre
Depuis août 2017, Malyka Johany, seule en scène, a revécu tous les lundis et mardis, pendant 70 minutes, l’histoire de Saamiya Yusuf. Mardi 23 janvier fut sa dernière représentation de la gracile sprinteuse avant une prochaine sortie en juillet au festival d’Avignon.

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/afrique/article/2018/02/02/de-pekin-a-lampedusa-l-...

Commentaires facebook