Dans le monde | Africatime
Dimanche 23 Avril 2017

Dans le monde

(AFP)

Si un suspect résiste, "vous le battez à la matraque", "s'il ne fait pas ce que vous demandez, (...) vous lui brisez un os ou une articulation". Voilà les méthodes d'interpellation de la police de Los Angeles à l'époque de l'affaire Rodney King.

Commentant en voix off dans "Let It Fall" les images tristement célèbres des agents rouant de coups de matraques le chauffeur de taxi afro-américain, le détective Robert Simpach, qui était présent à l'époque, justifie: "c'était 100% dans les pratiques du LAPD".

(AFP)

Trois miliciens prorégime ont été tués et deux blessés dimanche en Syrie dans un bombardement israélien qui a visé leur camp dans la localité de Qouneitra sur le plateau du Golan, a indiqué un responsable.

Le camp visé appartient aux Forces de défense nationale (FND), une milice qui combat au côté du régime de Bachar al-Assad dans le pays en guerre, a précisé à l'AFP ce responsable des FND. Israël a mené plusieurs attaques contre diverses cibles en Syrie depuis le début du conflit en 2011.

(AFP)

Les familles endeuillées enterraient leurs fils, dimanche, après le carnage des talibans dans une base militaire du nord de l'Afghanistan qui a fait 130 morts au moins et face à ce nouveau désastre, le pays réclame que des têtes tombent.

Le bilan reste flou deux jours après la tuerie survenue vendredi à l'heure de la prière: la presse afghane s'accorde sur plus de 130 morts et quelques dizaines de blessés sévèrement atteints, faute de données officielles et de communication de la part du gouvernement qui a décrété une journée de deuil national.

(AFP)

A moins d'un mois de la présidentielle iranienne, les chances du président sortant Hassan Rohani d'obtenir un second mandat sont grandes, mais les précédents scrutins ont apporté leurs surprises de dernière minute.

"Lorsque je regarde les câbles de notre ambassade quelques semaines avant l'élection de 2013, personne n'avait prédit la victoire de (Hassan) Rohani", raconte une diplomate occidentale.

(AFP)

La frêle opposition en Turquie peut distinguer une lueur d'espoir dans la recomposition du paysage politique après le référendum sur les pouvoirs du président Recep Tayyip Erdogan, même si l'homme fort du pays semble actuellement hors d'atteinte.

Le camp du non a en effet obtenu le score honorable de 48,6% lors de cette consultation populaire dimanche sur une réforme élargissant les prérogatives présidentielles, malgré une campagne largement inéquitable et une diabolisation constante des opposants de M. Erdogan.

(AFP)

Depuis vingt ans qu'il fait du vin, Ken Forrester s'est rarement plaint de son sort. "Nous n'avons jamais eu de mauvaise année", dit-il, "nos affaires prospèrent". Mais le producteur de Stellenbosch l'avoue, l'avenir de l'industrie viticole sud-africaine l'inquiète.

Accroupi au milieu de ses rangées de ceps posées sur 50 hectares au pied des montagnes, Ken Forrester soupèse délicatement quelques grappes de son produit phare. Du chenin blanc.

(AFP)

Le consulat de France à New York, où devaient voter samedi des centaines de Français, a été brièvement évacué dans l'après-midi suite à une alerte à la bombe, ont indiqué des responsables du consulat.

Les policiers new-yorkais ont appelé à l’évacuation du bâtiment situé sur la 5e avenue, en face de Central Park, après avoir repéré une voiture suspecte, a indiqué la consule, Anne-Claire Legendre.

(AFP)

Des milliers d'opposants au président socialiste Nicolas Maduro ont défilé dans le calme samedi, en hommage aux 20 morts en trois semaines, et ne devraient pas relâcher la pression pour tenter d'obtenir son départ.

Contrastant avec les affrontements violents entre manifestants et forces de l'ordre lors des précédents défilés, les mobilisations à dans les villes de Caracas, Maracaibo, Barquisimeto ou encore San Cristobal se sont déroulées sans incident majeur.

(AFP)

La moitié des Britanniques soutiennent le Parti conservateur de la Première ministre Theresa May avant les législatives anticipées de juin, selon un sondage publié dimanche.

C'est la première fois depuis janvier 1951 que les conservateurs atteignent la barre symbolique des 50% d'intentions de vote, à en croire l'institut de sondage ComRes, qui a mené cette étude pour le tabloïd The Sunday Mirror.

(AFP)

Prenant le relais des nombreuses marches pour la science dans le monde, des milliers de manifestants se sont rassemblés samedi au coeur de Washington sous la pluie pour défendre la recherche scientifique qu'ils estiment remise en question par l'administration de Donald Trump.

Plusieurs dizaines de scientifiques dont Nancy Roman, responsable des programmes d'astronomie de la Nasa, ainsi que des groupes musicaux, se sont succédé pendant plus de cinq heures sur une tribune dressée sur l'esplanade du National Mall face à la Maison Blanche.

(AFP)

"Leur chef est entré, il a crié: +Visez la tête!+. J'ai sauté par la fenêtre, mes amis ont été tués", raconte samedi un soldat afghan de 19 ans, rescapé du carnage commis par des talibans dans une base militaire du nord.

Mohammad Qurban, originaire du Badakhshan (nord-est), suivait un entraînement sur la base du 209è Corps d'armée près de Mazar-è-Charif, a été blessé à la main et à l'abdomen dans l'attaque de sa base par une dizaine de talibans vendredi, à l'heure de la prière.

L'assaut a duré cinq heures au moins.

(AFP)

Une trentaine de robes de mariée, confectionnées avec des dentelles et du papier, ont été accrochées samedi à des palmiers sur la corniche de Beyrouth, dans le cadre d'une campagne pour abolir une loi honnie sur le viol.

L'objectif est l'annulation de l'article 522 du code pénal ayant trait aux viols, agressions, rapts et mariages, et qui permet à un violeur d'échapper à la prison s'il épouse sa victime.

(AFP)

Avec sa hêtraie majestueuse, ses sentiers serpentant dans des vallons et son étonnante mer de jacinthes bleues, le "Bois de Hal", au sud de Bruxelles, attire des visiteurs toujours plus nombreux, que les autorités tentent de canaliser pour préserver son fragile équilibre.

(AFP)

Elle a tous les dehors de la Porsche, sauf qu'elle est fabriquée en Chine et coûte six fois moins cher que la vraie: certains modèles présentés au Salon de l'auto de Shanghai présentent une étrange ressemblance avec des modèles importés, au grand dam de constructeurs étrangers impuissants face au fléau de la contrefaçon.

Le Salon, qui s'est ouvert mercredi, est la plus grande manifestation du premier marché automobile mondial. Mais comme chaque année, il donne lieu à son lot d'accusations de plagiat à l'encontre des constructeurs locaux.

(AFP)

Député pour le Labour à Chester, au nord-est de l'Angleterre, Chris Matheson se veut combatif. Mais comme dans les 649 autres circonscriptions du Royaume-Uni, les législatives du 8 juin s'annoncent difficiles pour le parti travailliste.

Au vu des sondages à sens unique en faveur des conservateurs de Theresa May, le Labour, qui compte jusqu'à 24 points de retard, se prépare à souffrir lors de ce scrutin anticipé du 8 juin phagocyté par la question du Brexit.

(AFP)

De la diffusion pacifique de l'islam du XIe siècle à la destruction de manuscrits à Tombouctou en 2012, une exposition visible jusqu'au 30 juillet à l'Institut du monde arabe retrace la diffusion de cette religion dans la région sub-saharienne du continent.

(AFP)

Les Etats-Unis et les autres grandes puissances économiques du G20 ont mis en sourdine leurs divisions sur le commerce vendredi à Washington en s'accordant sur les dangers du protectionnisme.

Le message d'apaisement n'a pas été acté dans un communiqué mais a été délivré par le ministre allemand des Finances Wolfgang Schäuble, dont le pays exerce cette année la présidence tournante du G20.

(AFP)

Après avoir infligé un camouflet à leur figure de proue, les populistes allemands de l'AfD, réunis en congrès, doivent désigner dimanche l'équipe qui portera leur programme anti-islam et immigration jusqu'aux législatives de septembre.

La guerre des chefs qui mine depuis des mois l'Alternative pour l'Allemagne a culminé au congrès de Cologne samedi avec la défaite cuisante de la co-présidente du parti Frauke Petry, les délégués ayant refusé d'étudier sa motion destinée à empêcher une dérive vers l'extrême-droite.

(AFP)

Au lendemain d'une nuit d'émeutes à Caracas qui a fait 12 morts, un homme fouille les restes des pillages, trouve de la nourriture et l'avale. Autour de lui, des décombres, des impacts de balles et une flaque de sang.

"On aurait dit la guerre des étoiles", résume Sonia Rodriguez, 50 ans, qui tient une boucherie dans le quartier populaire d'El Valle, dans le sud-ouest de la capitale. On dénombre des dizaines de magasins saccagés.

(AFP)

L'ancien vice-président des Etats-Unis Al Gore a assuré vendredi qu'il y avait "d'excellentes chances" que les Etats-Unis ne sortent pas de l'accord de Paris sur le climat, malgré les menaces de leur président Donald Trump.

"Je pense qu'il y a d'excellentes chances, nettement supérieures à 50/50, que les Etats-Unis décident de rester", a affirmé l'ancien dirigeant, prix Nobel de la paix pour ses efforts sur le climat, lors d'une conférence à Washington en marge des réunions de printemps du FMI et de la Banque mondiale.

(AFP)

Le président Donald Trump a ordonné vendredi une révision de plusieurs réformes financières adoptées après la crise de 2008 et affirmé qu'une "grosse annonce" serait faite mercredi sur la très attendue réforme des impôts.

M. Trump, qui a promis de démanteler la loi de réglementation financière Dodd-Frank, a signé au Trésor vendredi plusieurs documents demandant la révision de certaines dispositions de la loi Dodd-Frank.

(AFP)

La justice américaine a émis vendredi un acte d'accusation contre le pirate informatique russe Peter Levachov, arrêté en Espagne début avril et soupçonné d'avoir orchestré un vaste réseau de vol de données personnelles, selon le parquet fédéral du Connecticut.

Peter -ou Piotr- Levachov (Levashov dans la transcription anglaise), également connu dans le milieu du piratage sous le nom de Peter Severa, avait été arrêté le 7 avril à l'aéroport de Barcelone à la demande des autorités américaines.

Il est emprisonné depuis, et les Etats-Unis ont demandé son extradition.

(AFP)

Le principal parti turc d'opposition a annoncé vendredi qu'il allait saisir une haute cour administrative pour faire annuler une décision contestée de l'Autorité électorale lors du référendum sur les pouvoirs du président Recep Tayyip Erdogan.

(AFP)

Le FMI a jugé "urgent" de conclure un accord sur sa participation au plan d'aide grec, même s'il a répété son exigence d'obtenir au préalable un engagement d'Athènes sur les réformes et des Européens sur un allègement de la dette.

"Il est urgent que nous trouvions un accord sur un programme et que nous achevions ces discussions parce que cela nuit à l'économie grecque. Cela ne fait aucun doute", a déclaré le chef du département Europe du FMI, Poul Thomsen, assurant que la Grèce avait besoin d'argent frais d'ici à juillet pour honorer ses dettes.

(AFP)

Vêtus de blanc et en silence, plusieurs milliers d'opposants au président socialiste Nicolas Maduro défilaient samedi au Venezuela pour exprimer leur colère et rendre hommage aux 20 morts des trois semaines de manifestations en faveur d'élections anticipées.

Contrastant avec les affrontements violents entre manifestants et forces de l'ordre lors des précédents défilés, les mobilisations se déroulaient globalement dans le calme, dans la capitale mais aussi dans d'autres villes du pays comme Maracaibo, Barquisimeto et San Cristobal.

(AFP)

Onze personnes ont péri lors de troubles dans la nuit de jeudi à vendredi à Caracas, ce qui porte à 20 le nombre de morts depuis le commencement de la vague de manifestations en avril contre le président socialiste Nicolas Maduro.

Le parquet vénézuélien a annoncé vendredi "la mort de 11 personnes" âgées de 17 à 45 ans, certaines électrocutées et d'autres tuées par balle, ajoutant que six individus ont également été blessés "lors des faits de violence survenus" dans le quartier de El Valle.

(AFP)

L'assaut taliban contre une base militaire du nord de l'Afghanistan, pourtant puissamment gardée, à l'heure de la prière vendredi, a fait plus d'une centaine de morts et blessés selon des bilans encore disputés et interroge sur d'éventuelles complicités internes.

Au lendemain de l'assaut meurtrier contre la base près de la ville de Mazar-è-Charif, des dizaines de familles étaient regroupées samedi à distance de l'entrée d'où sortaient progressivement les cercueils des victimes, leur nom écrit sur le drapeau afghan qui les recouvre.

(AFP)

Le ministre iranien des Affaires étrangères a tourné en dérision vendredi la déclaration du président américain Donald Trump selon laquelle l'Iran ne respectait pas "l'esprit" de l'accord nucléaire, affirmant que c'était Washington qui bafouait l'entente.

"L'Iran n'est pas à la hauteur de l'esprit de cet accord", a estimé jeudi M. Trump lors d'une conférence de presse à la Maison Blanche.

(AFP)

Tatouages, piercing et un regard qui se voile lorsqu'il raconte être "tombé au fond de la prison". Alemissi, 22 ans, voulait transporter de la drogue en métropole. Une mule parmi des centaines d'autres en Guyane, sur fond d'absence de perspectives.

Descendant de bushinengué, ces esclaves qui ont fui les plantations du Suriname voisin, Alemissi incarne les carences que dénonce depuis un mois le mouvement social guyanais. Échec scolaire, avenir bouché, dans un département où 60% des moins de 25 ans sont au chômage.

(AFP)

Un homme a été tué par balle dans la nuit de jeudi à vendredi à Caracas, lors des manifestations contre le président socialiste vénézuélien Nicolas Maduro, a annoncé le maire du quartier de Sucre où le drame a eu lieu.

"C'est avec une grande douleur que j'annonce la mort par balle de Melvin Guaitan, humble travailleur du quartier Sucre ", a écrit sur Twitter Carlos Ocariz, édile appartenant à l'opposition qui est à l'origine de la vague de protestation de ces dernières semaines dont le bilan est désormais de neuf morts.

(AFP)

Donald Trump, qui s'enorgueillit d'avoir bousculé les codes traditionnels en accédant à la surprise générale à la Maison Blanche, aime agiter l'idée que d'autres secousses politiques sont à venir à travers le monde.

A deux jours de la présidentielle française, il a prédit vendredi que l'attentat perpétré au coeur de Paris et revendiqué par l'organisation jihadiste Etat islamique (EI) aurait des répercussions de taille sur le scrutin, laissant entendre qu'il fallait s'attendre à des surprises.

(AFP)

La campagne a débuté vendredi en Iran pour l'élection présidentielle du 19 mai avec six candidats en lice, dont le président sortant Hassan Rohani mais sans son prédécesseur Mahmoud Ahmadinejad, exclu de la course.

Un mois avant le scrutin, le président Rohani part favori pour obtenir un second mandat de quatre ans.

En 2013, il avait triomphé en réunissant un peu plus de 50% des voix grâce à une forte mobilisation de l'électorat modéré et réformateur mais aussi la division des conservateurs.

(AFP)

Deux riches régions italiennes, la Lombardie et la Vénétie, organiseront le 22 octobre un référendum consultatif concernant une plus grande autonomie de leur territoire par rapport au gouvernement de Rome.

Le gouverneur de Lombardie, Roberto Maroni, l'a annoncé vendredi, en accueillant favorablement la proposition de son homologue de Vénétie, Luca Zaia.

(AFP)

L'attentat de Paris "aura un gros effet sur l'élection présidentielle" française, a estimé le président américain Donald Trump dans un tweet.

"Une autre attaque terroriste à Paris. Le peuple français n'acceptera pas cela encore beaucoup. Nous aurons un gros effet sur l'élection présidentielle", a écrit le président américain, après l'attentat sur les Champs-Élysées à Paris qui a coûté la vie jeudi soir à un policier. Le premier tour de l'élection présidentielle française a lieu dimanche.

(AFP)

Le secrétaire américain à la Défense Jim Mattis a soutenu, lors d'une visite en Israël vendredi, qu'il n'y avait "pas de doute" que le régime syrien avait conservé des armes chimiques, mettant en garde Damas contre leur utilisation.

M. Mattis a rencontré les dirigeants israéliens qui ont fermement soutenu la frappe américaine du 7 avril contre une base aérienne syrienne, en réaction à l'attaque chimique présumée du régime de Bachar al-Assad sur une localité rebelle du nord de la Syrie.