Mardi 19 Septembre 2017
(Le Point 21/08/17)
C'était un pari pour les quinze pays membres de la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (Cedeao) : créer une monnaie unique d'ici à 2020. Cette date butoir a soulevé beaucoup d'espoirs du côté des populations. Ces dernières années, c'était même devenu une fierté pour nombre d'Africains qui voyaient dans la future monnaie unique une monnaie beaucoup plus stable et plus crédible que les monnaies actuellement en vigueur. Et aussi le moyen de sortir du franc CFA et donc du face à face avec la France. Maintes fois reporté depuis 2009, l'objectif semble désormais hors de portée. La faute à une conjoncture économique compliquée pour plusieurs pays de la zone, notamment le Nigeria, le Ghana et même la...
(RFI 19/08/17)
En Sierra Leone, le bilan des inondations, survenues le lundi 14 août, dépasse désormais les 400 morts. A cela s'ajoutent environ 600 personnes toujours portées disparues dans la capitale, Freetown. Le pays, aidé par des organisations internationales, s'organise pour venir en aide aux populations touchées qui ont parfois tout perdu. Cinq jours après le drame, l'un des défis, c'est de permettre de réunir des familles qui ont été séparées. Reportage RFI. Dans le centre d'accueil de Don Bosco Fambul, à Freetown, une quarantaine de femmes et d'enfants sont assis sur des matelas posés à même le sol.
(Le Monde 19/08/17)
Cinq jours après la catastrophe, la capitale, Freetown, est confrontée au risque d’épidémies. Cinq jours après les inondations et glissements de terrains qui ont ravagé Freetown, au petit matin du lundi 14 août, les rescapés de la capitale de la Sierra Leone recherchent toujours les leurs dans des tonnes de boue et de débris. Mais ils finissent le plus souvent par inhumer collectivement des corps non identifiés. Dans cette ville anglophone surpeuplée de l’Ouest africain, qui compte environ 1,2 million d’habitants et d’innombrables logis précaires, plus de 450 personnes – dont au moins 122 enfants – ont trouvé la mort en début de semaine. Près de 600 autres étaient toujours portées disparues, vendredi 18 août au soir, selon la Croix-Rouge...
(AFP 18/08/17)
Quatre jours après les inondations qui ont fait plus de 400 morts à Freetown, les habitants de la capitale de la Sierra Leone, et en particulier les enfants, sont confrontés à un nouveau danger mortel: l'apparition de maladies telles que le choléra et la malaria. "La principale priorité pour les enfants est d'empêcher la diffusion de maladies: le choléra, bien sûr, qui est endémique en Sierra Leone, mais aussi d'autres maladies provoquant des diarrhées", a estimé vendredi l'Unicef, citant des maladies qu'entraînent habituellement les inondations. Depuis plusieurs jours, le Fonds des Nations unies pour l'enfance est à pied d'oeuvre dans les quartiers les plus touchés, distribuant de l'eau potable ou construisant des latrines. L'ONG Save the Children, également active sur...
(AFP 18/08/17)
Plus de 400 personnes ont trouvé la mort dans les inondations catastrophiques qui ont frappé lundi la Sierra Leone et 600 personnes sont toujours portées disparues, a déclaré vendredi un haut responsable de la Croix-Rouge. "Aujourd'hui, nous dénombrons plus de 400 morts", a déclaré le secrétaire général de la Fédération internationale de la Croix-Rouge et du Croissant Rouge, Elhadj As Sy, devant des journalistes à Genève. Le chiffre d'environ 400 morts avait été avancé par une morgue de la capitale siérra-léonaise Freetown, mais il n'avait pas pu être confirmé officiellement jusqu'à vendredi.
(La Tribune 18/08/17)
En Sierra Leone, plus de 4 jours après la coulée de boue qui a fait au moins 400 morts et des milliers de sinistrés, l’aide humanitaire promise à l’un des pays les plus pauvres au monde commence à arriver. Si certains gouvernements et ONG internationales sont très actives à Freetown en ce moment, la mobilisation pour aider leur voisin sinistré est encore très timide. L'UE (hors Royaume-Uni) n'a pour l'instant débloqué qu'une aide de 350.000 dollars. L'appel à l'aide d'Ernest Baï Koroma semble avoir timidement été entendu. Avec un bilan définitif qui pourrait se chiffrer à plus de 1000 morts et presque autant de personnes portées disparues, l'aide internationale arrive au compte-gouttes. Dans les capitales africaines, la légendaire solidarité africaine...
(AFP 17/08/17)
Les habitants de Sierra Leone, encore sous le choc des centaines de morts après les inondations et glissements de terrain dans la capitale Freetown lundi, ont commencé mercredi à observer une semaine de deuil national décrétée par le président Ernest Bai Koroma. Les drapeaux sur les bâtiments officiels seront en berne jusqu'au 22 août, a indiqué la présidence dans un communiqué. Les Sierra-Léonais ont en outre observé mercredi à la mi-journée une minute de silence, ont constaté des journalistes de l'AFP. Dans les heures ayant suivi la catastrophe, le président Koroma avait lancé des appels à la mobilisation de la communauté internationale et à l'unité du pays, déjà durement touché par une épidémie du virus Ebola qui avait fait 4.000...
(Vision Guinée 17/08/17)
Mardi, le président de la République s’est rendu à Freetown à la suite des inondations qui ont fait plus de 300 morts. Par ce geste, Alpha Condé entend exprimer sa solidarité au peuple sierra léonais. Le chef de l’Etat guinéen et président en exercice de l’Union africaine a promis de mobiliser la communauté internationale en faveur de la Sierra Léone. ‘’Nous sommes venus apporter notre soutien et présenter les condoléances aux familles endeuillées et notre compassion aux malades. Mais aussi, montrer au peuple sierra léonais qu’il n’est pas seul’’, a déclaré le président Condé qui avait à ses côtés son homologue léonais, Ernest Bai Koroma. Le maitre de Sékhoutouyah ajoute : ‘’Nous allons mobiliser la Cédéao, la Mano river union,...
(APA 17/08/17)
Vingt quatre heures après l'appel à l'aide internationale lancée par le président Sierra-Leonais, Ernest Baï Koroma suite au glissement de terrain survenu lundi à Freetown qui a occasionné plus de 300 morts, le gouvernement ivoirien, a offert une tonne et demie de médicaments à ce pays. « En guise de soutien matériel, le président Alassane Ouattara a bien voulu leur offrir une tonne et demie de médicaments», a annoncé mercredi, le ministre ivoirien de l'économie et des finances Adama Koné qui conduit une délégation ivoirienne en Sierra-Leone. « C'est un acte humanitaire, un acte de solidarité et de soutien à un peuple frère qui est éprouvé», a ajouté l'émissaire du gouvernement ivoirien indiquant également que « la Cote d'Ivoire est...
(RFI 17/08/17)
La Sierra Leone fait face à une catastrophe humanitaire sans précédent, plus de 400 personnes tuées dans des inondations éclairs lundi 14 août. Ce drame aurait-il pu être évité ? Comment expliquer la violence de cette inondation et du glissement de terrain qu’elle a provoqués ? Jean-Pierre Elong Mbassi, secrétaire général de l’organisation panafricaine Cités et gouvernements locaux unis d'Afrique (CGLUA) est notre invité, il répond aux questions de Léa-Lisa Westerhoff. Lire la suite sur: www.rfi.fr/emission/20170816-une-le-desastre-sierra-leone
(AFP 16/08/17)
Cent cinq enfants figurent parmi les plus de 300 morts officiellement recensés après les inondations catastrophiques qui ont frappé la Sierra Leone lundi, a indiqué mercredi un responsable de la morgue centrale de la capitale Freetown. "Nous avons reçu 105 enfants à la morgue", a déclaré à l'AFP un employé de la morgue de l'hôpital Connaught, Mohamed Sinneh Kamara, alors qu'un bilan officiel fait état de 312 morts. En outre, environ 600 personnes sont toujours portées disparues, selon la Croix-Rouge, les glissements de terrain spectaculaires survenus à Freetown ayant surpris de nombreux habitants...
(AFP 16/08/17)
Le président sierra-léonais a lancé un appel à l'aide internationale après les inondations et les glissements de terrain qui ont fait plus de 300 morts et des centaines de disparus à Freetown, où les autorités ont commencé à enterrer les victimes. Le porte-parole de la Croix-Rouge, Patrick Massaquoi, a déclaré à l'AFP que le bilan officiel de 312 morts serait sans doute revu à la hausse. La morgue centrale de Freetown a quant à elle évoqué le chiffre de 400 morts. Un journaliste de l'AFP a pu voir des images de l'intérieur de cette morgue montrant des corps couverts de boue et empilés sur le sol.
(RFI 16/08/17)
Des centaines de morts et des milliers de sans-abris, le bilan est encore incertain et surtout provisoire alors que les recherches peinent à avancer dans la capitale sierra léonaise touchée depuis mardi 15 août par des inondations et des glissements de terrains sans précédents. Alors que les chances de retrouver des survivants s’amenuisent, la douleur des habitants laisse place à la colère et au questionnement. Les services météo ont-ils omis de donner l’alerte ? C’est en tout cas ce qu’affirme un journaliste de l’AFP présent sur place. Interrogé par RFI le chef du département météorologique rejette l’accusation. « On savait qu’il allait pleuvoir, mais les glissements de terrains eux ne sont pas prévisibles, a-t-il affirmé, avant d’ajouter, ce n’est pas...
(RFI 16/08/17)
En Sierra Leone, après les inondations et les glissements de terrain qui ont fait plus de 300 morts et un nombre inconnu de disparus à Freetown, le président sierra-léonais a lancé mardi 15 août un appel à l'aide internationale. « Nous sommes débordés » par ce désastre. Les mots du chef de l'Etat, Ernest Bai Koroma, illustrent la détresse du pays face à l'ampleur de la catastrophe. Le président sierra-léonais s'est rendu ce mardi 15 août dans le quartier de Regent dans la capitale. C'est l'une des zones les plus touchées par les inondations et les coulées de boue. Devant les medias, Ernest Bai Koroma visiblement ému a lancé un appel à la communauté internationale, son pays dit-il a un...
(APA 16/08/17)
Quelque 400 corps ont été emmenés dans un hôpital dans la capitale sierra-léonaise Freetown, suite aux coulées de boue et inondations causées par des pluies diluviennes tombées lundi dans le pays. On estime à plus de 600, le nombre de personnes portées disparues. Nous craignons qu’elles soient piégées sous les débris et la boue à Regent, une banlieue de Freetown où le désastre a eu lieu. Plus de 150 personnes sont mortes brusquement, dont des familles entières au moment où une colline de cette localité s’est affaissée après plusieurs heures de fortes pluies. Plus de 3.000 résidents de Regent ont perdu leurs maisons, emportées par les eaux. Une journaliste locale a fait état de scènes chaotiques à la morgue principale...
(RFI 16/08/17)
Partout dans la presse sierra-léonaise, des photos plus impressionnantes les unes que les autres cette coulée de boue qui a tout emporté, y compris des centaines de personnes. On voit parfois des cadavres nus ou enveloppés avant d’être emmenés à la morgue. Les secouristes sont en combinaison, un article évoque d’ailleurs des risques sérieux de choléra et de typhoïde. Des jeunes, sans combinaisons, fouillent à la recherche d’éventuelles victimes. Les habitants de Freetown visages hagards, certains ont des parapluies, il pleut toujours et il va pleuvoir toute la semaine. Le 14 août 2017 « aura tiré des larmes » de nombreux Sierra-Léonais, nous dit le journal Awareness Times, « un autre chapitre bien triste de l’histoire du pays », titre...
(La Tribune 16/08/17)
En visite chez le président nigérien Mahmadou Issoufou également coordonnateur de la coopération monétaire au sein de la CEDEAO, le président de la commission de la CEDEAO, Marcel de Souza, est revenu sur le projet de création d’une monnaie unique, assurant que celui-ci n’est pas réalisable à l’horizon 2020, comme initialement planifié. En cause, la situation économique de certains pays de la sous-région. Un énième report potentiellement préjudiciable pour la crédibilité du projet ? « On ne peut plus aller à la monnaie unique en 2020 », a martelé Marcel de Souza, président de la commission de la Communauté économique Des Etats de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) au sortir de sa rencontre ce lundi 14 août à Niamey (Niger) avec...
(AFP 15/08/17)
Des coulées de boue, des glissements de terrain et des inondations causés par des pluies torrentielles ont surpris dans la nuit de dimanche à lundi les habitants de la capitale de la Sierra Leone, Freetown, faisant au moins 312 morts et plus de 2.000 sans-abri, selon un bilan qui risque encore de s'alourdir. Ces inondations, qui font d'ores et déjà partie des plus meurtrières en Afrique au cours des 20 dernières années, sont survenues vers 04h00 du matin, selon des témoins. Dans la journée, un journaliste de l'AFP a vu plusieurs maisons recouvertes de terre rougeâtre dans le village de Regent, dans les faubourgs de la ville. Des corps flottaient dans les rues envahies d'une eau brunâtre dans le quartier...
(APA 15/08/17)
Le chef de l'État ivoirien, Alassane Ouattara, a exprimé sa compassion à son homologue Sierra-Léonais, Ernest Baï Koroma, suite au glissement de terrain survenu lundi à Freetown et ayant occasionné plus de 300 morts. «Toute ma compassion au peuple frère de Sierra-Leone et aux familles des nombreuses victimes du glissement de terrain survenu à Freetown », a exprimé lundi soir M. Ouattara à travers une adresse publiée sur le site officiel de la présidence ivoirienne. Selon le dernier bilan communiqué par la Croix-Rouge locale, 312 personnes ont été emportées dans la localité de Régent au Sud de la capitale Sierra-Léonaise suite à un glissement de terrain survenu dans la nuit de dimanche à lundi.
(AFP 14/08/17)
Le bilan des inondations qui ont touché lundi Freetown, la capitale de la Sierra Leone, s'est alourdi à 312 morts, a indiqué la Croix Rouge locale dans l'après-midi. Depuis le début de la matinée, le bilan de ces inondations, qui font d'ores et déjà partie des plus meurtrières en Afrique au cours des 20 dernières années, n'a fait que s'élever: d'abord 18 morts, selon la Croix Rouge locale, puis 180, selon une source hospitalière. Dans l'après-midi, il était de 312 morts, selon un nouveau bilan transmis à l'AFP par un porte-parole de la Croix Rouge à Freetown, Patrick Massaquoi. Mais il pourrait être encore plus élevé dans les prochaines heures, a-t-il expliqué, alors que les services de secours étaient toujours...

Pages