Mardi 24 Avril 2018

Présidentielle en Sierra Leone: deux nouveaux partis contestent leur élimination

Présidentielle en Sierra Leone: deux nouveaux partis contestent leur élimination
(AFP 15/03/18)

Deux nouveaux partis qui espéraient bousculer la scène politique en Sierra Leone ont contesté mercredi les résultats du premier tour de l'élection présidentielle, largement remporté par les deux grandes formations traditionnelles qui convoitent ouvertement leurs voix.

Selon les résultats du premier tour le 7 mars, annoncés mardi soir par la Commission électorale nationale (NEC), marqués notamment par une très forte participation de 84,2%, le candidat de la Grande coalition nationale (NGC), Kandeh Yumkella, a fini troisième, avec 6,9% des voix, très loin derrière les deux qualifiés pour le second tour.

Cet ex-cadre de la principale formation de l'opposition, le SLPP, ne participera donc pas au second tour, prévu le 27 mars, de même que l'ancien vice-président Samuel Sam-Sumana, exclu de l'APC, le parti au pouvoir, et qui n'a obtenu que 3,5% des voix.

Une fois de plus, la victoire dans ce pays pauvre d'Afrique de l'Ouest gangrené par la corruption se jouera entre l'APC, dont le candidat, Samura Kamara, a recueilli 42,7% des voix et le SLPP, dont la figure de proue, Julius Maada Bio, est arrivé en tête, avec 43,3% des suffrages.

"Nous ne sommes pas satisfaits des résultats annoncés. Nous examinons avec notre service juridique un recours devant les tribunaux", a déclaré à l'AFP le directeur de campagne du NGC, Julius Spencer.

Le parti de M. Sam-Sumana a pour sa part annoncé dans un communiqué avoir saisi la NEC pour que les "bulletins soient recomptés dans beaucoup d'endroits".

Le représentant pour l'Afrique de l'Ouest du secrétaire général de l'ONU, Mohamed Ibn Chambas, qui a salué le bon déroulement du premier tour, a exhorté les candidats à n'utiliser que des "moyens légaux et pacifiques" en cas de contestation.

Galvanisé par sa courte avance, Julius Maada Bio a lancé à l'annonce des résultats que l'APC était "fini".

Le vice-président Victor Bockarie Foh a affirmé que le parti au pouvoir tenterait d'obtenir le soutien de M. Sam-Sumana malgré les différends qui l'opposent à l'APC, estimant nécessaire de "faire tout ce qui est possible" pour l'emporter au second tour.

La campagne électorale s'achèvera le dimanche 25 mars.

Le bilan de l'administration du président sortant, Ernest Bai Koroma, est contrasté.

Si le gouvernement a pu attirer les investisseurs pour reconstruire le pays, dévasté par la guerre civile (1991-2002) qui a fait quelque 120.000 morts, l'économie reste fragile après les chocs de l'épidémie d'Ebola en 2014-2016, de la chute des cours mondiaux des matières premières. Et la corruption a continué à prospérer.

Commentaires facebook