Lundi 26 Juin 2017

Sierra Leone: des tentes pour éviter la propagation de la maladie à virus Ebola

Français

Deux femmes sur une véranda regardent avec inquiétude le groupe d’agents de santé, de policiers, de villageois et de travailleurs humanitaires qui se tient de l’autre côté d’un petit fossé et les bombarde de questions. Elles répètent sans cesse que leur mère est morte de «causes naturelles».

«Elle était vieille, elle avait plus de 60 ans», explique une des femmes. «Elle ne quittait jamais la maison.»

«Jamais? Elle ne rendait jamais visite à ses voisins?», demande un agent de surveillance.

«Depuis l’arrivée des tentes, aucun autre cas n’a été déclaré à Mondema.»

Dr Andrew Ramsay, Coordonnateur pour l’OMS à Kenema, en Sierra Leone

«Mais si, elle leur rendait visite», déclare un villageois désireux de rendre service, nommant une maison à proximité où un cas de maladie à virus Ebola a été confirmé.

Même si des campagnes d’information à grande échelle indiquent aux gens qu’ils doivent signaler immédiatement les symptômes d’Ebola, la peur des conséquences (la mise en quarantaine) prend le pas sur la crainte de propagation du virus. Les deux femmes du village de Kormende, à côté de Kenema dans l’est de la Sierra Leone, sont dans ce cas.

Dans de nombreux foyers, plus de 10 personnes vivent dans la même pièce et partagent non seulement le même espace, mais également la même literie. Par conséquent, si un membre du foyer développe les symptômes du virus, il ne peut pas « s’auto-isoler» en attendant les tests de dépistage et le transport vers un centre de traitement.

Lorsque le premier cas d’Ebola est confirmé, un grand nombre de membres du foyer, si ce n’est tous, sont déjà infectés.

Les tentes offrent davantage d’espace

Pourtant, à Kormende, davantage d’habitants acceptent et tolèrent maintenant la quarantaine grâce à une innovation, la «tente Kenema», qui leur permet de jouir de davantage d’espace et de dissiper leur crainte d’être enfermés dans une maison infectée et surpeuplée.

«Lors d’une réunion de surveillance, nous avons parlé de deux familles très nombreuses de Mondema n’ayant rien à voir l’une avec l’autre qui risquaient une transmission au sein du foyer, propageant Ebola parmi les membres de la famille,» explique le Dr Andrew Ramsay, Coordonnateur pour l’OMS à Kenema.

«Nous sommes arrivés à la conclusion qu’ils avaient besoin de place et nous avons décidé de planter une tente. Nous avons donc appelé le bureau de l’OMS à Freetown et, le lendemain, la tente était là.»

L’équipe de l’OMS a expliqué que la tente devait être utilisée afin de permettre aux gens de se tenir à distance les uns des autres en toute sécurité pendant leur quarantaine. Si un membre de la famille développe des symptômes, il doit être isolé dans une pièce pendant que le reste de la famille reste dans la tente.

«Depuis l’arrivée des tentes, aucun autre cas ne s’est déclaré à Mondema et la quarantaine a maintenant pris fin», explique le Dr Ramsay.

Davantage de tentes ont été mises à disposition par la Fédération internationale de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (FICR); ces tentes sont utilisées dès que des villageois en quarantaine ont besoin de plus de place.

L’UNICEF a fourni des tapis de sol, des moustiquaires et des ustensiles de cuisine pour faire en sorte que les personnes en quarantaine n’aient pas à partager leur literie. À Kormende, la tente a été plantée à proximité d’une école primaire et plusieurs foyers ont été placés en quarantaine.

«Même si la mise en quarantaine des foyers empêche la propagation du virus d’un foyer à l’autre, la transmission a tout de même lieu au sein du foyer lorsque les personnes vivent dans une telle promiscuité», déclare le Dr Ramsay.

«Les foyers dont nous parlons sont très pauvres et surpeuplés, et les conditions dans lesquelles ils vivent font qu’il est impossible de maintenir une distance de sécurité les uns avec les autres, en particulier lorsque les enfants dorment à 5 ou 6 sur un matelas. Si on ne s’attaque pas à cette transmission au sein des foyers, on ne se débarrassera jamais de la maladie. Si un foyer est touché, il y a 10 nouveaux cas.»

Date parution: 
Lundi, 3 Novembre, 2014 - 11:00
Source du communiqué: 
OMS

Commentaires facebook