Mardi 20 Février 2018

Sierra Leone: une enquête nationale sur la pauvreté financée par la Banque mondiale

Sierra Leone: une enquête nationale sur la pauvreté financée par la Banque mondiale
(La Tribune 25/01/18)

Le Sierra Leonae vient de lancer une enquête auprès des ménages pour évaluer la situation réelle de la pauvreté dans le pays. D'après la Statistics Sierra Leone, l'agence publique en charge des enquêtes et sondages, cette enquête devrait déterminer à terme l'impact réel du Plan de développement adopté par le gouvernement.

Le gouvernement sierra-léonais vient de lancer l'«Enquête intégrée sur les ménages 2018» pour évaluer le niveau de pauvreté dans le pays. Une enquête est nécessaire compte tenu de la «nécessité de rectifier les chiffres sur la pauvreté dans le pays, suite aux incidents relatifs à la fièvre Ebola, aux inondations et aux coulées de boue, ainsi que la chute des prix du minerai de fer, principale source de revenus du pays», a expliqué en début de semaine la Statistics Sierra Leone, l'agence gouvernementale chargée des enquêtes et sondages, citée par APA.

Selon l'agence, cette enquête répond au défi de tenir informés les partenaires au développement de la Sierra Leone par rapport aux aspects prioritaires du programme national pour le développement. L'enquête qui s'étalera sur deux mois permettra à terme de statuer sur les limites entre pauvreté rurale et pauvreté urbaine et aider à faire le point sur l'impact du plan gouvernemental de développement, «Agenda pour la prospérité», dont la mise en œuvre prendra fin officiellement en juin prochain.

Notons que cette enquête intégrée sur les ménages est financée par la Banque mondiale et est généralement menée tous les cinq ans. Elle prend en compte une évaluation des domaines spécifiques de développement au sein de départements en charge de la Santé et de l'Agriculture.

La dernière enquête menée dans le pays remonte à 2011. Elle avait alors permis de constater une baisse de 70% à 50% du niveau de la pauvreté dans le pays. La nouvelle enquête, quant à elle, aurait dû être menée plus tôt, mais a été retardée par l'arrivée de l'épidémie d'Ebola en 2014, puis en 2015, indique-t-on.

Lire la suite sur: https://afrique.latribune.fr/politique/politique-publique/2018-01-23/sie...

Commentaires facebook