Mercredi 25 Avril 2018

Sierra-Leone : la Haute Cour a levé le blocage du second tour

Sierra-Leone : la Haute Cour a levé le blocage du second tour
(La Tribune 27/03/18)
The two experts, Swedish-Chilean Zaida Catalan and American Michael Sharp, were investigating reports of mass graves in the Kasai region, where fierce fighting had erupted the previous year.

Suspense levé à la veille du second tour. Après un gel du processus électoral sur des soupçons de fraudes, les 3,1 millions d’électeurs sierra-leonais se rendront bien aux urnes ce mardi 27 mars pour départager le candidat du SLPP, l’ancien général Julius Maada Bio qui avait obtenu une courte avance au premier tour et son rival de l’APC (au pouvoir), Samura Kamara, l’ancien ministre des affaires étrangères d’Ernest Bai Koroma, le président sortant. La Haute cour du pays estime que le second tour pouvait reprendre, à l’issue duquel on devrait savoir qui sera le prochain président de la Sierra Leone.

Comme pour ajouter du suspense à l'angoisse déjà pesante de tout un pays, l'audience d'examen de la Haute cour a commencé avec une heure de retard. L'ambiance électrique des manifestations devant le siège de la plus haute institution du pays a transparu jusque dans un prétoire plein comme œuf où les Sages ont rendu un verdict pour le moins salvateur.
Gel du processus levé pour un second tour ce mardi 27 mars

Accueillie par des chants accompagnés d'une nuée d'acclamations, la sentence de la Cour lève l'ordre donné samedi dernier à la National electoral commission (NEC) de stopper le processus électoral pour l'organisation du second tour. Ibrahim Sorie Koroma, avocat de l'All People's Party (APC, au pouvoir) avait saisi la justice d'allégations de fraudes ayant entaché le premier tour du 7 mars, remporté d'une courte tête par l'opposant Juluis Maada Bio (43,3 %) face à Samura Kamara (42,7%).

Une manœuvre dilatoire selon le Sierra Leone People's Party (SLPP) qui dénonce « un stratagème délibéré du président Ernest Koroma pour prolonger illégalement son mandat» au-delà de ces deux mandats fixés par la constitution et qui avait ouvert la voie à sa succession. Pendant deux semaines, le magma politique failli réveiller avec lui les démons de la décennie de guerre civile (1991-2002). Le pays retenait son souffle.

Droite dans sa toge, la Haute Cour a démontré que même l'un des pays les pauvres de la planète peut faire un sursaut démocratique. Un luxe dont des pays avec une « démocratie publicitaire» ne peuvent se targuer. Dans tous les cas, l'annonce de la Haute Cour renvoie donc aux urnes, les deux prétendants arrivés en tête au premier tour.

Lire la suite sur: https://afrique.latribune.fr/politique/2018-03-26/sierra-leone-la-haute-...

Commentaires facebook