Vendredi 15 Décembre 2017

Six pirates somaliens arrêtés et transférés aux Seychelles

Six pirates somaliens arrêtés et transférés aux Seychelles
(AFP 23/11/17)
Des pirates somaliens

Six pirates somaliens présumés ont été transférés aux Seychelles après leur arrestation pour les attaques d'un porte-conteneurs et d'un navire de pêche au large du sud de la Somalie, a annoncé jeudi un responsable de prison seychellois.

Les suspects, âgés de 16 à 24 ans, sont arrivés jeudi matin au port de Victoria, capitale de cet archipel situé dans l'ouest de l'océan Indien, a indiqué à la presse le commissaire par intérim de la prison de Montagne Posée, Raymond St Ange.

Ils avaient été interpellés par la marine italienne déployée dans le cadre de l'opération européenne anti-piraterie Atalante après avoir été surpris, par un hélicoptère italien, en train d'attaquer les 17 et 18 novembre un porte-conteneurs et un navire de pêche.

Les six hommes ont été transférés aux Seychelles en vertu d'un accord signé dans le cadre d'Atalante, le dernier transfert du genre ayant eu lieu en janvier 2014. "L'accord nous permet d'engager des poursuites en cas d'acte de piratage, mais les poursuites dépendront des preuves analysées par le bureau du Procureur général", a déclaré M. St Ange.

Ces derniers mois, plusieurs attaques de ce type ont été menées, signe d'une recrudescence des actes de piraterie somalienne, alors que la dernière attaque de pirates réussie datait avant celles-ci de 2012.

La piraterie somalienne, qui avait repris à une échelle industrielle en 2005, a connu son apogée en 2011, et les attaques avaient très sérieusement perturbé la navigation internationale dans cette zone très fréquentée par les navires marchands.

Mais les mesures de lutte antipiraterie, dont le déploiement de forces navales internationales, avaient fini par porter leurs fruits et seulement une poignée de tentatives de s'emparer de navires avaient été enregistrées au large des côtes somaliennes ces dernières années.

La piraterie a toutefois fait récemment son retour: ses causes, à savoir la pauvreté et le manque de ressources pour les pêcheurs somaliens, n'ont pas disparu, et les compagnies maritimes ont commencé à baisser la garde.

Commentaires facebook