Jeudi 21 Septembre 2017

L'interdiction d'exporter la noix de coco de mer aux Seychelles oblige les entreprises à transformer les produits

L'interdiction d'exporter la noix de coco de mer aux Seychelles oblige les entreprises à transformer les produits
(Seychelles News Agency 10/03/17)

Quelle est la demande pour les produits transformés à partir de la noix de coco de mer? C'est ce que les entreprises doivent déterminer maintenant qu'il y'a une interdiction sur les exportations de la noix. Patrick Bonne, propriétaire de Island Scent, exporte la noix de coco de mer depuis 15 ans.
Bonne a déclaré à la SNA que le défi consiste maintenant à identifier quels produits fabriqués à partir de la noix se vendent le plus.
L'interdiction sur l'exportation de la noix de coco de mer a été annoncée par le Président des Seychelles Danny Faure lors de son Discours sur l'Etat de la Nation le mois dernier. L'interdiction est entrée en vigueur le 1er mars.
Le Ministère de l'Environnement, de l'Énergie et du Changement Climatique a annoncé que seuls les produits transformés seront maintenant exportés et que le ministère travaillera en étroite collaboration avec les exportateurs qui doivent conserver toutes les noix en stock.

Bonne a indiqué que le coco de mer peut être transformé en produits tels que de l'huile, des cosmétiques ainsi que de la nourriture, mais avant d'investir dans une usine de traitement, il a besoin de savoir ce qui est le plus recherché.
Island Scent est l'une des deux entreprises des Seychelles, un groupe de 115 îles de l'Océan Indien occidental, qui a exporté des noix de coco de mer.
Elle a exporté environ 1,2 tonnes de graines vers l'Asie chaque année. Toutes les noix de coco de mer provenaient de Praslin, la deuxième île la plus peuplée, où le coco de mer pousse dans son état naturel.
Bonne a également exprimé son inquiétude face au niveau de braconnage des espèces endémiques.

"Alors que le gouvernement a imposé l'interdiction, les activités illégales se poursuivront et pourraient augmenter. Les noix quitteront toujours les Seychelles et le commerce se fera dans des pays aussi proches que Madagascar ", a déclaré Bonne.
Le braconnage est l'un des obstacles à la croissance et à la réintroduction du coco de mer, la plus grosse graine du monde.
Une enquête de deux ans menée sur l'île Curieuse et publiée l'année dernière a confirmé que le braconnage nuit à la population du coco de mer, déjà classée comme menacée par l'Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN).
Des modifications ont été apportées au décret de gestion du coco de mer en 2015 avec de nouvelles dispositions sur les infractions et les sanctions.

La peine minimale révisée est d'environ 1 930 $ (25 000 roupies des Seychelles) jusqu'à un maximum de 38 670 $ (500 000 roupies). Une peine d'emprisonnement de deux ans peut également être imposée aux coupables de ces infractions.

Une fois que les industries de transformation auront été établies, les taxes collectées seront utilisées pour relancer le Fonds de Développement Praslin, tandis qu'un plus grand nombre d'arbres coc de mer seront plantés pour assurer sa durabilité.

Commentaires facebook