Lundi 20 Novembre 2017

Les Seychelles veulent augmenter la production agricole, en dépendant moins sur les importations

Les Seychelles veulent augmenter la production agricole, en dépendant moins sur les importations
(Seychelles News Agency 04/09/17)

Les nouveaux développements entrepris par le département de l’agriculture des Seychelles viseront à augmenter la production alimentaire dans le pays, de sorte que l'archipel dépend moins des importations, a déclaré mercredi un haut fonctionnaire.

Le secrétaire principal à l'agriculture, Antoine Moustache, a déclaré aux journalistes que le ministère travaille à transformer le secteur agricole pour assurer la sécurité alimentaire. Parmi les domaines qui doivent être améliorés, a-t-il dit, c'est la production de viande.

"Par exemple, si nous examinons la viande de porc, nous importons 1 000 tonnes et produisons 500 tonnes par an, ce qui signifie que nous devons travailler à équilibrer cela", a déclaré Moustache.

La rencontre avec la presse avait pour objet d’expliquer les nouveaux développements que ce secteur va connaître après que le conseil des ministres a approuvé la politique nationale de l'élevage de 2017 à 2027 la semaine dernière.

La nation insulaire dans l'Océan Indien occidental n'est actuellement auto-suffisante que pour la production d'œufs.

La politique nationale de sécurité alimentaire des Seychelles de 2013, fondée sur les statistiques pour 2011, a montré que 72 % des aliments consommés par la population des Seychelles sont importés.

Au cours des dernières années, cependant, la contribution du secteur agricole du pays de l'Afrique orientale à l'économie a diminué en raison de plusieurs facteurs tels que la capacité limitée en matière de taille de la terre, de topographie et de ressources naturelles et humaines.

Moustache a déclaré que la priorité du département agricole est d'aider les agriculteurs à améliorer les infrastructures sur leurs terres et à renforcer les capacités institutionnelles pour améliorer l'environnement de l'agriculture.

Il a ajouté que les fonctionnaires du ministère examinent comment les terres sont allouées aux agriculteurs pour s'assurer qu'elles sont utilisées en conséquence pour une production alimentaire maximale.

La ministre de l'Agriculture et des Pêches, Pamela Charlette, a déclaré que le plan du ministère était de créer une agriculture durable et la pêche plus résistante face aux défis.

"Pour ce faire, nous devons augmenter la production locale et la valeur nutritionnelle dans ce que nous produisons. Nous devons également optimiser nos ressources naturelles et nos capacités institutionnelles pour donner plus de possibilités d'emploi », a déclaré M. Charlette.

Pour le secteur de la pêche, le secrétaire principal, Michael Nalletamby, a déclaré que la soutenabilité dans la pêche artisanale et industrielle est une priorité.

Il a ajouté que : "Dans la pêche artisanale, nous sommes préoccupés par sa durabilité. Nous allons donc définir des moyens d'assurer sa continuité. "" Nous avons plus de potentiel pour bénéficier de la pêche industrielle qui implique la capture du thon. Cependant, nous devons encourager le secteur privé à entrer dans ce domaine pour apporter d'autres produits transformés au thon de qualité ", a déclaré Nalletamby.

Bien que les navires appartenant à des étrangers dominent depuis longtemps le secteur industriel de la pêche à la ligne aux Seychelles, ce sont les pêcheurs locaux qui participent principalement à la pêche artisanale.

Nalletamby a déclaré que l'aquaculture est une nouvelle zone sur laquelle ils veulent se concentrer pour ouvrir de nouvelles opportunités aux Seychellois.

Le ministre de l'Agriculture et des Pêches a déclaré que le nouveau plan de développement est ouvert au dialogue avec les personnes impliquées dans les deux secteurs pour trouver la voie à suivre.

Commentaires facebook