Samedi 16 Décembre 2017

Les Seychelles et la Réunion cherchent à augmenter leurs échanges dans le domaine agroalimentaire

Les Seychelles et la Réunion cherchent à augmenter leurs échanges dans le domaine agroalimentaire
(Seychelles News Agency 07/03/17)

6 entreprises réunionnaises qui sont spécialisées dans les produits agroalimentaires sont aux Seychelles pour présenter leur savoir-faire aux entreprises seychelloises en vue de nouer des contrats.
C’est le cas de l’entreprise Sandhy de la ville de Saint-Louis qui produit des tomates et des concombres sous le label agriculture raisonnée.
Nicole Sabine responsable de l’entreprise Sandhy avait déjà rencontré des entreprises seychelloises l’année dernière qui souhaitaient importés des légumes de la Réunion.
Elle espère que sa venue aux Seychelles va se concrétiser par des contrats.
« Le plus gros problème sera le transport, c’est ce qui coûtera le plus cher pour faire apporter les produits, mais on a tout ce qu'il faut autour de nous pour négocier pour apporter des beaux produits aux Seychelles » a dit Nicole Sabine.

C’est la troisième rencontre que le Club export de la Réunion et la chambre de commerce des Seychelles organisent pour rapprocher les entreprises des deux îles.
Parmi les entreprises réunionnaises qui ont fait le voyage, il y a aussi Royal Bourbon, qui est une des plus grosses entreprises de production alimentaire de la Réunion, qui commence à se tourner vers l’exportation dans la région.
« Nous devons avoir en tête les volumes de produits que nous pouvons livrer aux Seychelles et aux touristes pour mettre en place la logistique » a dit Yannick Vidot
Le coût du fret reste une des préoccupations pour le commerce entre les deux îles de l’Océan Indien.
L’ambassadeur français Lionel Majesté-Larrouy a regretté, qu’il n’y ait qu’un vol entre les Seychelles et la Réunion par semaine et le manque de connexions maritimes entre les deux îles.
De son côté le ministre de la Santé des Seychelles Jean Paul Adam a souligné que malgré que le volume des échanges entre les deux îles n'est pas énorme mais que cela a beaucoup évolué.
« Nous notons avec satisfaction que les importations de produits alimentaires commencent à augmenter et surtout que la qualité correspond aux exigences des consommateurs et des besoins de l’industrie touristiques » a dit le ministre Adam.

Les industrielles réunions estiment qu’ils n’ont pas les moyens de rivaliser avec les entreprises qui font de la production de masse, mais qu’ils peuvent proposer des produits haut de gamme de qualité pour le marché seychellois.
« On a des produits sans traitement antibiotique, si on prend la volaille, ce que l’on peut amener, c’est de la qualité, on a aussi des entreprises qui travaillent le goût créole que nous partageons.. et ce goût créole est un vrai partage entre nos îles » a dit François Mandroux vice-président du Club Export.
De leur côté les Seychelles espèrent que la Réunion sera preneur de son poisson.

Commentaires facebook