Mardi 24 Octobre 2017

Les chagossiens des Seychelles refusent de prendre part à une visite sur les îles Chagos

Les chagossiens des Seychelles refusent de prendre part à une visite sur les îles Chagos
(Seychelles News Agency 15/09/17)

Les chagossiens basés aux Seychelles boycottent une visite prévue dans leurs îles natales en octobre de cette année, a déclaré le président de l'association locale.

Pierre Prosper, président de l'Association des chagossiens aux Seychelles, a déclaré à SNA: « Nous avons refusé de participer à la visite parce que nous ne pensons pas qu'il soit approprié pour le gouvernement britannique d'utiliser pour ces visites, l'argent qu'ils ont donné pour nos besoins et l’amélioration de nos moyens de subsistance ».

Le comité local a parlé à la SNA après la publication d'un article dans «l'express» à l'Île Maurice, en disant qu'un groupe de chagossiens vivant à Maurice et au Royaume-Uni visitera leur pays d'origine lors d'une visite organisée par le gouvernement britannique. La visite est prévue du 30 octobre au 8 novembre.

"Le comité local est convaincu que l'argent devrait être utilisé pour le bien-être des chagossiens qui ont vraiment besoin d'une assistance sociale", a déclaré Prosper. "En ce qui concerne les visites, nous estimons que cela ne devrait pas faire partie des indemnisations et devrait être quelque chose de séparé.

"Lors de notre dernière assemblée générale, le comité local a décidé de ne pas approuver cette visite jusqu'à ce que le gouvernement britannique mette en place un fonds de soutien fondé sur les besoins individuels du groupe déplacé", a déclaré le président de l'association.

Environ 2.000 chagossiens ont été expulsés par la force de l'archipel des Chagos dans l'Océan Indien central, en 1960, après que le Royaume-Uni ait loué l'île principale, Diego Garcia, aux États-Unis pour l'utiliser comme base militaire. Plus de 200 chagossiens ont été déportés vers Mahé, l'île principale des Seychelles, entre 1967 et 1973, lorsque le pays était encore une colonie britannique.

Le gouvernement britannique offre une indemnisation d'environ 44 millions de dollars, qui sera reversée au cours des dix prochaines années.

"La somme sera utilisée pour tous les chagossiens vivants aux Seychelles, à Maurice et au Royaume-Uni. Ce montant devra également être utilisé pour toutes les générations de ces personnes déplacées et on n’ira pas loin ", a déclaré Prosper.

Prosper a ajouté que "certains chagossiens vivants aux Seychelles s’en sortent à peine, tandis que d'autres manquent de certaines nécessités telles que l'eau traitée et les toilettes intérieures. Les gens ont besoin de fonds pour réparer ou même construire leurs maisons et améliorer leurs conditions de vie. "

Il a déclaré à SNA que le gouvernement britannique doit également expliquer, comment il reversera les fonds. « Nous estimons que les Britanniques doivent définir ce qu'ils veulent dire par -leurs besoins- car nous estimons que les besoins sont certainement plus importants qu'une visite ».

Dans une déclaration faite plutôt cette année à la SNA, l’ambassade britannique aux Seychelles a déclaré que les visites organisées et payées par le Foreign and Commonwealth Office permettront aux chagossiens de "maintenir une connexion avec leurs îles".

L’ambassade a déclaré que son programme de soutien du gouvernement vise à améliorer les moyens de subsistance des chagossiens dans les communautés où ils vivent actuellement.

Il a déclaré que les fonctionnaires avaient entamé des discussions avec les communautés chagossiennes du Royaume-Uni et des Seychelles pour « veiller à ce que soient développés des programmes efficaces, y compris des visites, qui ont le plus grand impact sur la vie de ceux qui en ont le plus besoin ».

L'Association Chagos aux Seychelles, un groupe de 115 îles dans l'ouest de l'Océan Indien, poursuit son procès devant la Cour suprême du Royaume-Uni pour la réinstallation, une affaire déposée, il y a deux semaines.

Prosper a déclaré que l'association met en place un mécanisme de financement participatif, afin de mener des activités de collecte de fonds, ils entrent également en liaison avec le ministère des Finances pour voir comment ils peuvent collecter des fonds grâce à la taxe de responsabilité sociale des entreprises pour couvrir leurs coûts.

Commentaires facebook