Lundi 20 Novembre 2017

Défroqué à la Réunion pour pédophilie, et pourtant "prêtre" aux Seychelles

Défroqué à la Réunion pour pédophilie, et pourtant "prêtre" aux Seychelles
(Zinfos974 31/08/17)

C'est est une information confirmée par Gilbert Aubry, qui présidait la messe d'anniversaire du diocèse seychellois le 25 juillet : à l'occasion de ces cérémonies, l'ancien prêtre défroqué Jean-Marie Vincent se tenait sur le podium des prêtres, revêtu d'une aube et d'une étole, vêtements sacerdotaux réservés aux prêtres.

Condamné à 5 ans de prison pour agressions sexuelles sur mineurs

Pour mémoire, Jean-Marie Vincent a été rendu à l'état laïc en mai 2015 par le Vatican, suite à sa condamnation par la justice française à 5 années de prison pour agressions sexuelles sur mineurs.

À l'époque des faits, le prêtre était directeur de la chorale de Bar-le-Duc, et s'adonnait alors, avec de jeunes garçons du choeur, sous sa responsabilité, à "des séances de savonnage et d'essuyage sous la douche, avec caresses et massages jusqu'à l'entrejambe".

Mgr Gilbert Aubry, "un ami de longue date"

Le prêtre pédophile fut condamné à 5 ans de prison dont 4 fermes. Il fut libéré sous contrôle judiciaire en 2003, avec interdiction d'exercer une activité professionnelle ou sociale en contact avec des mineurs pendant 5 ans. Tout juste sorti de prison en métropole, il rejoint son "ami de longue date" Gilbert Aubry, qu'il a connu à l'armée en 1954 pendant son service militaire à la Réunion. L'évêque de la Réunion lui confie alors l’aumônerie du CHD en 2003, puis la paroisse de la Source en mai 2004. L'Évêque était parfaitement au courant du passé judiciaire du prêtre, ainsi que des raisons de sa condamnation, comme l'affirmait Jean-Marie Vincent en 2013.

Pour le Pape François, des abus sur mineurs, "c'est comme faire une messe noire"

Le pape François a été élu le 13 mars 2013, et a alors entamé une réforme de la curie, et souhaité durcir la politique du Vatican sur les crimes pédophiles commis au sein de l'église, prônant la "tolérance zéro", en continuité de la politique amorcée par Benoît XVI.

En mai 2014, interrogé par le Figaro sur les nombreux scandales de pédophilie dans l'église catholique, le pape François dit : "Cet abus des mineurs est un crime tellement laid. Un prêtre qui fait cela trahit le corps du Christ. Je vais faire une comparaison : c'est comme faire une messe noire".

Dans une lettre adressée à tous les évêques du monde en février 2015, le pape leur ordonne de ne jamais étouffer les crimes pédophiles. "Il ne pourra être donné priorité à aucun type de considérations, de quelque nature qu'ils soient, comme par exemple le désir d'éviter un scandale, parce-qu'il n'y a pas de place dans le ministère de l'Église pour ceux qui abusent des mineurs". Le pape François a par ailleurs nommé une commission d'experts pour la protection des mineurs.

Dans le cas de Jean-Marie Vincent, il ne s'agissait plus de doutes, mais de faits condamnés par la justice, et le Vatican a donc décidé de rendre le prêtre à l'état laïc, lui signifiant qu'il n'avait plus sa place au sein de l'église. En 2013, le passé sulfureux du prêtre chargé de la paroisse de La Source avait refait surface, y provocant un scandale, et le Vatican, par le biais d'un décret de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi, l'avait défroqué en 2015.

Le prêtre défroqué Jean-Marie Vincent célèbre encore des enterrements à la Réunion

La présence de l'ancien prêtre à la messe de célébration aux Seychelles, vêtu des attributs des prêtres, l'aube et l'étole, ne peut donc qu'interroger. De plus, et là encore Gilbert Aubry le confirme, l'homme célèbre encore actuellement des enterrements à la paroisse de Sainte-Marie, à la Réunion.

Les enterrements peuvent certes être célébrés par un laïc, mais le prêtre pédophile n'est pas n'importe quel laïc.

Pour Mgr Aubry, ce n'est qu'un "malheureux concours de circonstances"

Interrogé, l'évêque de la Réunion affirme qu'il s'agit d'un malheureux concours de circonstances. Jean-Marie Vincent aurait été invité aux Seychelles par le curé de la cathédrale de Port Victoria, afin d'animer une session de formation de musiciens liturgiques, des organistes et des chefs de choeur. Jean-Marie Vincent serait arrivé en retard à la messe d'anniversaire du diocèse, c'est un sacristain qui lui aurait passé une aube et une étole, l'ayant entendu se faire appeler "père Vincent".

C'est alors que Jean-Marie Vincent, sans doute emporté par un élan irrépressible, a revêtu les vêtements sacerdotaux, montant de ce même élan sur le podium des prêtres.

Un malheureux concours de circonstances, que Monseigneur Aubry regrette profondément, car il affirme ne s'être aperçu des faits qu'au moment de descendre du podium. Il a alors cherché à comprendre, interrogeant Jean-Marie Vincent, qui a dit être invité, ainsi que le curé de Victoria, qui a affirmé n'être pas au courant du défroquage de l'ancien curé de la Réunion.

"De nombreuses personnes l'appellent encore "père Vincent", on ne peut pas les en empêcher.", explique Monseigneur Aubry.

Et bien évidemment, à aucun moment, il n'a traversé l'esprit de Mgr Aubry soit de demander à ce que le "père Vincent" quitte le podium, soit de lui même partir en signe de protestation... Il est vrai qu'il s'agit d'un "ami de longue date".

Interrogé cette fois sur la popularité de l'ancien curé dans la paroisse de La Source, il répond : "Il est apprécié partout où il passe, cet homme". Partout? Peut-être faudrait-il le demander à ses jeunes victimes...

D'autres cas de prêtres pédophiles à la Réunion

D'autres scandales de pédophilie dans le diocèse réunionnais ont fait grand bruit. En 2010, le prêtre Jacky Hoarau, le curé de Sainte-Marie, a été mis en examen puis condamné à 8 ans de prison en 2012, pour agressions sexuelles sur un enfant de choeur âgé de 14 ans. L'homme était séropositif, et le savait, circonstance aggravante.

Jacky Hoarau a été rejoint en prison par le père Michel Tual, condamné à 5 ans de prison le 22 janvier 2013 pour avoir abusé de 11 enfants, âgés de 8 à 10 ans. En 2010, le Procureur de la République s'était interrogé sur les "rappels à l'ordre" de Mgr Aubry à son encontre, ainsi que sur le transfert du curé pédophile de la paroisse de Sainte-Rose à celle de Bras-Panon, signes d'une éventuelle connaissance des faits.

Dans une déclaration, l'évêque avait en effet reconnu : "Personnellement, à partir de propos qui me sont parvenus en leur temps, j’ai convoqué Michel Tual et ensuite je lui ai fait une mise en garde par écrit lui interdisant, notamment, de recevoir des enfants à la cure". Le Procureur avait alors demandé à l'évêque le dossier de Michel Tual, lequel le lui avait remis sans qu'il y ait besoin d'une perquisition des archives de l'évêché. Mgr Aubry avait finalement été entendu en tant que témoin libre le lendemain de la remise du dossier.

Dernier scandale en date, l'ancien curé de la Plaine des Palmistes Fabrice Ibrahim, inculpé en février 2017 pour viols aggravés et agressions sexuelles sur un garçon de 14 ans, ainsi que sur sa mère. Le jeune garçon était enfant de choeur, et avait été forcé par le curé à des fellations et des sodomies.

Monseigneur Aubry semble décidément enclin au pardon chrétien. D'ailleurs, dans son homélie durant la messe aux Seychelles, l'évêque de la Réunion a évoqué la célèbre parabole du bon grain et de l'ivraie...

Il faudrait également défroquer ceux qui couvrent les prêtres pédophiles

Si l'Église catholique est souvent secouée par des scandales de pédophilie, et prône désormais la tolérance zéro, ainsi que l'obligation faite aux évêques de dénoncer les crimes pédophiles, les associations de victimes affirment que le Vatican manque de transparence et dénonce encore peu les abus devant la justice civile.

Le "Réseau des survivants des personnes victimes de violence par des prêtres" estime que la hiérarchie catholique devrait s'assurer que les prêtres auteurs de violences sexuelles soient poursuivis pénalement, et que "le pape doit commencer à défroquer également les prêtres qui couvrent les crimes sexuels, et pas seulement ceux qui les commettent".

Le Vatican a été sommé en 2014 de donner des explications devant l'ONU quant aux mesures prises pour lutter contre la pédophilie. L'Église catholique compte environ 400.000 prêtres dans le monde.

Commentaires facebook