Mardi 16 Janvier 2018
(RFI 14/01/18)
Au Sénégal, Karim Wade, malgré son exil au Qatar, continue de secouer la vie politique sénégalaise. Condamné à six ans de prison et plus de 200 millions d'euros d'amende pour enrichissement illicite et gracié par le président Macky Sall en juin 2016, le fils de l'ex-président sénégalais Wade, affirme, en effet, avoir été contraint à un exil forcé. Des affirmations démenties par les autorités. Karim Wade souhaitait visiblement rentrer au Sénégal pour présenter, comme tous les membres de la communauté mourides, comme tous les acteurs politiques, ses condoléances à la famille du Grand Khalife disparu cette semaine. Aller à Touba comme il a souhaité le faire au moment de son départ en juin 2016. Dans...
(RFI 13/01/18)
Au Sénégal, les propos de Donald Trump sur plusieurs pays africains ainsi que le Salvador et Haïti qu'il aurait qualifié de « pays de merde » ont fait réagir ce vendredi 12 janvier Macky Sall qui a déclaré sur les réseaux sociaux : « Je les rejette et les condamne fermement. L’Afrique mérite le respect et la considération de tous ». Le président sénégalais n’en est pas resté là. Il a demandé au ministre des Affaires étrangères, Sidiki Kaba, de convoquer l’ambassadeur américain au Sénégal. L’entrevue entre Sidiki Kaba et l’ambassadeur Tulinabo Mushingi, convoqué au ministère, n’a duré que quelques minutes. Indignation et colère, le message adressé au président Trump est clair. « Le gouvernement du Sénégal est indigné par...
(APA 13/01/18)
APA-Gaborone (Botswana) - Le Botswana et le Sénégal ont été ce vendredi les premiers sur le front pour exprimer la réaction furieuse du continent africain dont certaines nations ont été qualifiées par le président des Etats-Unis de ‘’pays de merde’’. Gaborone et Dakar ont convoqué les ambassadeurs US pour protester et exprimer leur mécontentement suite à ces propos irrespectueux. Le président Trump a qualifié jeudi, lors d’une réunion avec un groupe de parlementaires républicains et démocrates à la Maison Blanche,...
(APA 09/01/18)
APA-Dakar (Sénégal) - Le chef de l’Etat sénégalais, Macky Sall, a estimé mardi à Diamniadio (32 km de Dakar), que ‘’pour relever le défi du développement, le Sénégal et les autres pays africains doivent construire des infrastructures de haute qualité, c'est à dire intelligentes’’. "La transformation dynamique observée au Sénégal et en Afrique nécessite des partenariats. Il apparaît clairement que pour relever le défi du développement, il nous faut des infrastructures de haute qualité aptes à soutenir la croissance et le progrès. Il nous faut des infrastructures intelligentes hiérarchisées et adaptées aux besoins futurs’’, a-t-il dit à l’ouverture de la première édition de la conférence...
(APA 09/01/18)
APA Diamniadio (Sénégal) - Le Sénégal et le Japon ont signé mardi à Diamniadio (32 km de Dakar), un mémorandum sur l'infrastructure de haute qualité aux termes duquel les deux pays s’engagent dans la promotion de l'infrastructure de haute qualité, dans l'échange d'expériences et de bonnes pratiques dans ce domaine. Le texte a été paraphé par Abdoulaye Daouda Diallo, ministre des Infrastructures et des transports terrestres du Sénégal, et Takao Makino, ministre du Territoire, de l'infrastructure, des transports et du...
(APA 09/01/18)
APA-Nouakchott (Mauritanie) - La Mauritanie a exprimé sa solidarité et ses condoléances au Sénégal après l’attaque meurtrière qui a eu lieu samedi dans le département de Ziguinchor, dans un message consulté lundi à Nouakchott. « Nous avons appris avec consternation et tristesse la nouvelle de l’attaque armée survenue le samedi 6 janvier 2018 dans l’arrondissement de Niaguis, département de Ziguinchor, et qui a fait plusieurs morts et blessés », peut on lire dans ce message adressé par le président mauritanien...
(AFP 08/01/18)
La rébellion indépendantiste de Casamance a condamné lundi le massacre de 13 jeunes dans une forêt de cette région du sud du Sénégal en deuil, prônant la poursuite du dialogue pour trouver une "issue heureuse" à un conflit vieux de 35 ans. Le Mouvement des forces démocratiques de Casamance (MFDC), qui lutte depuis 1982 pour l'indépendance de la Casamance, "condamne fermement cet acte", a-t-il indiqué lundi sur son site. Soupçonnés par certains observateurs d'être à l’origine de ce regain de violence dans une région qui a connu plusieurs années d'accalmie, le mouvement rebelle demande "aux autorités sénégalaises d'orienter leurs enquêtes vers" des responsables administratifs et militaires locaux...
(Xinhua 08/01/18)
Le gouvernement sénégalais a pris "toutes les dispositions" pour "retrouver et sanctionner" les auteurs de la tuerie de 13 jeunes survenue samedi en Casamance dans le sud pays, a dit le ministre de l'Intérieur, Aly Ngouille Ndiaye, dimanche. M. Ndiaye conduisait une délégation ministérielle pour "évaluer la situation sécuritaire" et présenter les condoléances aux familles des victimes. Il a indiqué que l'enquête suit son cours et qu'une traque "rude et sans répit" sera menée pour retrouver les auteurs de cette...
(RFI 06/01/18)
Au Sénégal, deux membres du MFDC, le mouvement indépendantiste casamançais, ont été libérés début janvier. L'information a été rendue publique par la communauté catholique de Sant'Egidio, médiatrice dans ce conflit en cours depuis plusieurs décennies et qui connaît une période d'accalmie depuis l'arrivée au pouvoir de Macky Sall. Le 1er janvier, deux membres du MFDC ont recouvré la liberté selon la communauté Sant'Egidio qui attribue cette libération aux autorités sénégalaises. Deux hommes jusqu'ici « gardés par les forces de sécurité du gouvernement », détaille la mission médiatrice dans un communiqué; et libérés...
(Jeune Afrique 04/01/18)
Le procès du député et maire de Dakar et de ses coaccusés s’est ouvert ce mercredi dans la capitale sénégalaise. Khalifa Sall est notamment accusé de détournements de deniers publics. Le procès a été renvoyé au 23 janvier, à la demande de la défense. • Khalifa Sall, député et maire de Dakar, a été placé en détention provisoire le 7 mars 2017. • Il est poursuivi pour « détournements de fonds », « association de malfaiteurs », « détournement de...
(RFI 04/01/18)
Nouveau renvoi au Sénégal pour le procès de Khalifa Sall. Le député-maire de Dakar est accusé de détournements de fonds publics. Une audience au tribunal correctionnel s’est tenue ce mercredi matin sous très haute tension et plusieurs personnes ont même été évacuées de la salle. C'est la défense qui a demandé ce nouveau renvoi. Rendez-vous est donc finalement pris pour le 23 janvier 2018. La défense avait demandé un délai de deux mois. Elle n’aura finalement obtenu que trois semaines...
(AFP 03/01/18)
Le procès pour "détournement de fonds publics" du maire de Dakar, Khalifa Sall, opposant au président sénégalais Macky Sall, et de sept de ses collaborateurs a de nouveau été reporté mercredi, à la demande de la défense. "Le tribunal renvoie la cause et les parties à l'audience du 23 janvier", a déclaré après deux heures de débats de procédure le président du Tribunal de grande instance de la capitale sénégalaise, Malick Lamotte, en présence du maire de Dakar et de...
(La Tribune 03/01/18)
Drapé dans son inévitable boubou blanc, Khalifa Sall a pénétré dans le prétoire du Palais de justice de Dakar, bunkerisé depuis la veille. Mais la première audience du maire de Dakar, incarcéré depuis le 7 mars sur des soupçons de détournements de deniers publics de la « caisse d’avance » municipale, charrie avec elle, un remugle de coïncidences qui se sont succédées avant le procès en correctionnelle, à peine ouvert déjà reporté au 23 janvier prochain. Les détails. Sous les...
(AFP 03/01/18)
Six pays, la Côte d'Ivoire, la Guinée équatoriale, le Koweït, les Pays-Bas, le Pérou et la Pologne ont fait formellement mardi leur entrée comme membres non permanents au Conseil de sécurité de l'ONU, afin de "faire la différence", selon son président en exercice. "La paix et la sécurité sont difficiles à obtenir", a souligné Kairat Umarov, ambassadeur du Kazakhstan, qui assure en janvier la direction tournante du Conseil de sécurité. "Vous allez avoir une réelle chance de faire la différence"...
(APA 03/01/18)
APA-Dakar (Sénégal) - Le procès du maire de Dakar, Khalifa Sall, et ses co-inculpés, a été renvoyé au 23 janvier prochain peu après son ouverture ce mercredi matin, en audience spéciale devant le tribunal correctionnel de Dakar. Le juge Malick Lamotte a décidé de renvoyer le procès de Khalifa Sall et Cie jusqu’au 23 janvier prochain. Avec cette décision le juge accède en partie à la requête de la défense qui avait, elle, sollicité un report de deux mois La...
(APA 03/01/18)
APA-Dakar (Sénégal)- Le procès pour malversations financières portant sur 1,8 milliard f cfa du maire de Dakar, Khalifa Sall, et ses co-inculpés, reprend ce 03 janvier 2018 devant le tribunal correctionnel de Dakar. En prison depuis mars 2017, Khalifa Sall et compagnie seront jugés en audience spéciale pour ‘’association de malfaiteurs, détournement de deniers publics, escroquerie portant sur des deniers publics, faux et usage de faux dans un document administratif’’. Leur procès a été ouvert le14 décembre puis renvoyé au 3 janvier 2018. La caution de 1,8 milliard f cfa de Khalifa Sall a été rejetée par l’Agent judiciaire de l’Etat, arguant qu’elle n’était pas fournie...
(APA 03/01/18)
APA -Dakar (Sénegal) Le chef de l’État sénégalais, Macky Sall, a lancé, à nouveau, un appel solennel au MFDC (Mouvement des forces démocratiques de Casamance) qui lutte depuis décembre 1982, pour l’indépendance de cette région sud du pays pour une paix définitive. ‘’Faisons enfin le pas décisif vers la paix définitive ; une paix sans vainqueurs, ni vaincus’’ a dit Macky Sall dans son message de fin d'année prononcé dimanche soir. Les pourparlers pour la paix en Casamance entre le...
(Jeune Afrique 03/01/18)
Combien la « traque aux biens mal acquis » a-t-elle rapporté à l’État sénégalais : 50, 150 ou 250 milliards de francs CFA ? Depuis la sortie fracassante de l’ex-Première ministre Aminata Touré, fin décembre, les spéculations vont bon train quant-à la réalité des sommes recouvrées depuis 2012… Présentée comme l’un des principaux chantiers engagés par Macky Sall au lendemain de son élection, en mars 2012, la « traque aux biens mal acquis » fait l’objet, au Sénégal, d’une controverse...
(AFP 02/01/18)
Le chef de l'Etat sénégalais Macky Sall a lancé dimanche un appel aux rebelles de Casamance pour la poursuite des pourparlers en vue d'"une paix définitive" dans cette région sud du Sénégal où sévit depuis trente cinq ans un conflit armé, dans son message de fin d'année. "Je lance un appel à tous nos compatriotes du MFDC (Mouvement des forces démocratiques de Casamance, rébellion indépendantiste armée, ndlr) pour la consolidation de la paix", a dit Macky Sall. "Consolidons la paix,...
(APA 02/01/18)
APA-Dakar (Sénégal)- Le chef de l'Etat sénégalais, Macky Sall, a annoncé dimanche soir, u projet de loi sur la gestion des ressources pétrolières et gazières découvertes dans le pays. "Les ressources pétrolières et gazières découvertes vont booster le taux de croissance du Sénégal. Ces ressources feront l'objet d'une gestion rigoureuse. Ainsi, un projet de loi sur leur gestion sera soumis courant 2018 à l'Assemblée nationale après concertation avec les forces vives de la nation", a dit Macky Sall lors de...

Pages