Samedi 18 Novembre 2017
(Les Echos 28/06/13)
Barack Obama, qui effectue depuis mercredi une tournée de huit jours en Afrique, est attendu ce vendredi soir en Afrique du Sud, deuxième étape de sa tournée africaine, où il espère voir Nelson Mandela, 94 ans, hospitalisé dans un état critique en raison d’une infection pulmonaire . Avant de quitter le Sénégal, où il est arrivé mercredi soir, le président américain doit prendre part ce vendredi à un forum sur la sécurité alimentaire. Il rencontrera à cette occasion des agriculteurs et des entrepreneurs et évoquera avec eux le rôle des nouvelles technologies, qui viennent en aide aux paysans et à leurs familles en Afrique de l’Ouest. Souhaits de la famille Priée jeudi de dire si Barack Obama pourrait se rendre...
(Le Figaro 27/06/13)
Commencée mercredi soir à Dakar, la tournée de Barack Obama en Afrique subsaharienne est d'emblée apparue comme suspendue au sort de Nelson Mandela. À peine arrivé au Sénégal, le président des États-Unis a tenu à réaffirmer son intention de se rendre en Afrique du Sud, et a rendu hommage au père de la nation Arc-en-ciel, «un héros pour le monde entier», dont «l'héritage continuera à vivre à travers les âges», «le jour où il quittera cette terre». Venu saluer la démocratie sénégalaise et défendre l'État de droit devant les juges de la Cour suprême, Barack Obama avait aussi à honorer, outre la figure de Nelson Mandela, la mémoire des Africains partis comme esclaves pour l'Amérique. Accompagné de son épouse et...
(Jeune Afrique 27/06/13)
À quelques heures de l'arrivée à Dakar du président américain Barack Obama, les mesures de sécurité draconiennes qui entourent la visite laissent perplexes les Dakarois, qui commencent à se plaindre des perturbations du trafic, et... les journalistes, qui peinent à obtenir des informations claires. « For Security Reasons », le public ne doit rien savoir de l'heure ni du lieu des déplacements du président Barack Obama à Dakar. C'est du moins ce que déclarait hier une représentante de l'ambassade des États-Unis lors d'une réunion d'information organisée par la présidence de la République sénégalaise, devant un parterre médusé de 300 journalistes accrédités au Sénégal. Présents dans le salon des Princes de l'hôtel Terrou Bi depuis une centaine de minutes, eux-mêmes ne...
(Le Potentiel Online 27/06/13)
Après Accra en 2009 où il a effectué son premier déplacement- en terres africaines, quelques mois après son élection à la tête de la première puissance économique mondiale, le président des Etats-Unis, Barack Obama, revient en Afrique. Trois pays ont été sélectionnés sur sa visite qui court du 26 juin au 3 juillet 2013. Premier étape, le Sénégal qu’il a regagné hier mercredi dans la soirée, suivi de l’Afrique du Sud. C’est par la Tanzanie qu’il boucle le 3 juillet son deuxième passage en Afrique. Pendant ce temps, depuis Accra, c’est le point mort. Cette « Afrique des hommes forts » est toujours là, bien présente, remettant en cause le souhait exprimé il y a quatre ans par Obama dans...
(RFI 27/06/13)
Le président américain Barack Obama est arrivé hier soir, mercredi 26 juin 2013, à Dakar. Première étape d’une tournée africaine d’une semaine qui le conduira ensuite en Afrique du Sud, puis en Tanzanie. Au programme de ce jeudi, un tête-à-tête avec le président sénégalais Macky Sall, un discours devant Cour suprême et une visite à la Maison des esclaves sur l’île de Gorée où il rencontrera aussi des leaders de la société civile. Macky Sall, lors d’une conférence de presse commune avec le président américain Barack Obama, a salué Nelson Mandela : « Je crois que Mandela a donné un exemple pour le monde entier. Pour nous, leaders politiques, nous devons beaucoup nous inspirer de son humilité et de sa...
(Le Nouvel Observateur 27/06/13)
Le président américain, en tournée une semaine en Afrique, compte bien réinvestir le continent noir qu'il a négligé depuis sa première élection. Accompagné de son épouse, de ses deux filles et de leur grand-mère maternelle, le premier président noir américain entame un voyage de huit jours en Afrique durant lequel les étapes symboliques ne manqueront pas. Sur le papier, cette première tournée africaine de Barack Obama, dont le père est d'origine kenyane, a tout pour être un moment historique. Mais depuis la première visite du président voici quatre, les belles paroles sont restées sans suite. Au Sénégal, il rencontrera le président Macky Sall et visitera l'île de Gorée, cet ancien plus grand centre de commerce d'esclave de la côte africaine...
(Leral 27/06/13)
Le Sénégal demeure un pays souverain même si les Etats Unis sont la première puissance économique et militaire mondiale. En effet, le staff chargé du protocole de Macky Sall a tenu à le faire savoir à son homologue américain. Massamba Sarr, adjoint de Bruno Diatta, ne pouvant plus supporter les injonctions venant de la sécurité de Barack Hussein Obama, a pris son courage à deux mains pour dire aux Yankees ses quatre vérités. Au demeurant, tout est parti du fait que l’un des responsables du protocole américain qui demandait aux membres du gouvernement de limiter les va-et-vient et de rester sur place pour la sécurité de tout le monde. Mieux, il dira au protocole sénégalais de se désengager totalement de...
(SeneNews 27/06/13)
SENENEWS.COM – L’arrivée de Barack Hussein Obama au Sénégal a été fidèle à la tradition hollywoodienne de grands acteurs que sont tous les Présidents américains. La mise en scène étudiée et intégrée de leurs moindres faits et gestes est l’une des formes de séduction et de domination qui font la puissance militaire et économique bien sur, mais surtout symbolique. Signalons que les observateurs et analystes sénégalais ont tellement été impressionnés par l’arrivée d’Obama et le dispositif de sécurité que rares sont ceux qui ont noté que juste avant son atterrissage à Dakar, le Président américain a révélé un ambitieux et inédit plan pour combattre le changement climatique, salué par tous les groupes de défense de l’environnement. Ces nouvelles mesures visant...
(TV5 27/06/13)
Le président américain entame ce mercredi sa première grande tournée sur le continent africain. Cette visite doit être centrée sur les questions économiques mais le passage en Afrique du Sud au chevet de Nelson Mandela devrait marquer son voyage. Autre fait notable, le Sénégal sera ce mercredi le premier pays d'Afrique francophone à accueillir Obama. Entretien avec Abdou Lô Khadre, docteur en sciences politiques à Dakar. Entretien avec Abdou Lô Khadre, docteur en sciences politiques à Dakar. Quel est l’enjeu de la visite de Barack Obama au Sénégal ? La visite d’Obama s’inscrit dans sa stratégie pour l’Afrique qu’il avait dévoilée il y a déjà deux ans. Elle se décline en quatre points : le renforcement des institutions démocratiques, la...
(Leral 27/06/13)
La fermeture annoncée de l’hôpital Ninéfésha aura retenti comme une bombe dans l’univers de l’ex- Première dame du Sénégal. Mme Viviane Wade ne cache pas à quel point ces sorties sur sa supposée volonté de «se venger des populations de Kédougou», en réclamant les clés de ladite structure, ont constitué un terrible choc pour elle. Aujourd’hui, elle lâche : «On ne peut pas se venger de quelque chose qui était pendant douze ans votre vie». Dans l’entretien qui suit, Mme Wade dit ses vérités, lève le voile sur la nouvelle vie de l’ancien chef d’Etat, l’état de son fils Karim, de la vie de ses petites filles en France, bref des…Wade. Auparavant, elle revient sur les blessantes révélations de la...
(Afrik.com 27/06/13)
Le Sénégal tient beaucoup à la visite du Président américain Barack Obama. Et pour la réussite de cet événement symbolique, le régime de Macky Sall ne lésine pas sur la sécurité. Les pouvoirs publics sont ainsi allés jusqu’à expulser, ou presque, des membres de la famille royale qatarie. Selon L’obs, tout a commencé le lundi soir vers 17h30. Le jet privé Q6 RJB de la royale Jet des Emirats Arabes Unis, en provenance de la Guinée-Bissau, a voulu atterrir à l’aéroport Léopold Sédar Senghor, mais son plan de vol a été changé. L’équipage est invité à poser l’avion à Saint-Louis (Nord). A bord du luxueux aéronef, piloté par l’Egyptien Ahmet Kadry, se trouvait la mère de l’émir du Qatar, Sheikha...
(Congo-Site 27/06/13)
Une opération douanière baptisée «Biyela», lancée depuis le mois d’avril 2013 dans 23 pays africains par l'organisation mondiale des douanes (OMD), a permis d’intercepter 550 millions de faux médicaments dans les principaux ports maritimes du continent. Les douanes d'Algérie, Afrique du Sud, Angola, Bénin, Cameroun, République démocratique du Congo (RDC), Congo, Djibouti, Côte d'Ivoire, Gabon, Gambie, Ghana, Guinée, Kenya, Madagascar, Maroc, Ile Maurice, Mozambique, Namibie, Nigéria, Sénégal, Tanzanie et Togo, ont participé à cette opération organisée en partenariat avec l'Institut de recherche d'anti-contrefaçon de médicaments basé à Paris. Selon l'OMD, les saisies les plus importantes en volume ont été faites en RDC et au Togo. La vaste majorité des cargaisons interceptées provenaient d'Asie de l'est et du sud, ainsi que...
(L'Observateur Paalga 27/06/13)
Le chef de l'Etat le plus puissant du monde, Barack Obama, est depuis hier 26 juin au Sénégal. Ce séjour, le premier du genre dans un pays francophone, est la suite d'un élan entamé en 2009, un an après l'accession à la Maison-Blanche de celui qui n'était début 2008 qu'un OVNI politique. Ce séjour de 3 jours au pays de Léopold Sédar Senghor revêt deux sens : - le côté politique : faire honneur aux pays démocratiques en Afrique de l'Ouest, dont le Sénégal est le phare ! Honneur donc à ce pays qui, en dépit souvent d'une forte montée de l'adrénaline socio-politique, sait raison garder et s'interdit de franchir certaines zones rouges telles que les coups d'Etat militaires ou...
(Le Quotidien (Sn) 27/06/13)
On l’a annoncé depuis des semaines. Enfin, les pieds du Président américain Barack Obama ont foulé le tarmac de l’aéroport Léopold Sédar Senghor de Dakar. La sécurité a primé sur les honneurs. Ce qui fait qu’il n’y a pas eu de revue des troupes encore moins de bain de foule. Le Président des Etats-Unis, Barack Obama, est à Dakar depuis hier soir. A son arrivée, il n’y a pas eu de place pour la cacophonie protocolaire. Tout a été calibré et réalisé comme prévu. 20h 18 mn : l’avion de commandement américain, Air force One, se pose sur le tarmac de l’aéroport Léopold Sédar Senghor dégagé de tout appareil. Ce Boeing 747 aux couleurs bleue-blanc s’est immobilisé précisément à 20h...
(Le Quotidien (Sn) 27/06/13)
Le décret d’avance portant sur 20 milliards de francs Cfa que Abdoulaye Wade avait pris en pleine campagne électorale de 2012 suscite de la curiosité à l’Assemblée nationale. Les députés Moustapha Diakhaté et Mamadou Lamine Diallo ont saisi le bureau du Parlement pour la mise en place d’une commission d’enquête. Cette traque vise personnellement le pape du Sopi. L’initiative vient des députés membres de la coalition Bennoo bokk yaakaar en l’occurrence Moustapha Diakhaté et Mamadou Lamine Diallo. Ils ont lancé la traque de Abdoulaye Wade en fouillant sur sa gestion. En effet, le duo a déposé sur la table du président de l’Assemblée nationale une demande de mise en place d’une commission d’enquête parlementaire pour tirer au clair le décret...
(Pressafrik 27/06/13)
Contrairement aux visites de Bill Clinton en 1999 et Gorges W. Bush en 2003 respectivement accueillis en grande pompe à l’époque par les partisans des présidents Diouf et Wade, l’accueil réservé hier par le pays de la Téranga au premier président noir des Etats-Unis peut être conçu comme sobre. En effet, loin des accueils folkloriques qui accompagnent généralement l’arrivée des chefs d’Etat au Sénégal, celui réservé à Barack Obama s’est simplement limité à une présence des autorités étatiques. Par ailleurs, des pancartes de bienvenue longeant les routes de l’aéroport Léopold Sédar Senghor ou des « Ndiaga Ndiaye » transportant des militants du parti au pouvoir n’ont pas été notés hier à l’occasion de la venue pour la première fois au...
( 27/06/13)
Je préfère des institutions fortes plutôt que des hommes forts », avait lancé Barack Obama au Ghana en 2009. Après la présidentielle de l’an dernier au Sénégal, le président américain peut venir saluer la vitrine démocratique de l’Afrique francophone, un pays qui n’a jamais connu de coup d’Etat militaire. Il vient aussi saluer un nouveau type de gouvernance, avec notamment la traque des biens mal acquis. Il vient enfin soutenir l’engagement du Sénégal dans la lutte contre le « terrorisme » et les narcotrafiquants, selon la terminologie américaine. Ces deux problématiques devraient être au centre de l’entretien que les deux hommes auront en tête à tête. « Avec la crise malienne en toile de fond, la coopération militaire entre les...
( 27/06/13)
Le président Barack Obama est arrivé au Palais de la République. Après un tête à tête , les deux chefs d’états vont d’un moment à l’autre commencer leur conférence de presse conjointe. A signaler également que tout au long du boulevard de la République plusieurs femmes tout de blanc vêtu comptent réserver un accueil populaire au Président Obama hôte du Sénégal. Jeudi 27 Juin 2013 - 10:55
(Sud Quotidien 27/06/13)
C’est finalement à 20h15 mn qu’Air Force One, l’avion du président américain, a foulé le tarmac de l’aéroport Léopold Sédar Senghor hier, mercredi 26 juin. Accueilli par le Président Macky Sall, le gouvernement et les personnalités phares des institutions de la République dont Moustapha Niasse de l’Assemblée nationale, le 44ème président des Usa est arrivé au Sénégal en compagnie d’une forte délégation d’investisseurs américains. Barack Obama vient rendre hommage à la « vitrine de la démocratie en Afrique de l’Ouest ». Une visite fortement symbolique, pour son deuxième périple en Afrique noire, depuis son accession à la tête de la première puissance économique et militaire du monde. Après le démocrate Bill Clinton sous le magistère d’Abdou Diouf et le républicain...
(Sud Quotidien 27/06/13)
Le projet de dépollution de la baie de Hann, d'un coût global de 33 milliards de F Cfa, risque de payer les frais de «l'échec» de l'émissaire de Cambérène. En effet, l'Ambassadeur de France au Sénégal, Nicolas Normand, a décidé de suspendre tout assentiment de l'Agence française de développement (AFD), principal bailleur du projet, à hauteur de 21 milliards, sur cette baie, tant qu'il n'y a pas de consensus et l'adhésion des populations locales. «Je suis obligé de suspendre tout assentiment de l’Agence française de développement (AFD) sur la baie de Hann tant qu’il n’y a pas de consensus, le consentement des populations locales». L’ambassadeur de France au Sénégal est formel. «Il n’est pas question pour la France et l’Agence...

Pages