| Africatime
Jeudi 23 Mars 2017
( 11/03/13)
S’il y a une vocation constante et non négociable au Parti socialiste (Ps), c’est bien la conquête du pouvoir en 2017. Et ceci depuis le 19 mars 2000, date de sa première défaite électorale. Lors d’une journée d’échanges sur le devenir du Ps tenue samedi dernier, les membres de Convergence socialiste se sont accordés sur le fait que leur parti n’a pas été créé pour demeurer dans une coalition. Il veut revenir au pouvoir, alors que leur partenaire principal dans la coalition Benno bokk yaakaar, en l’occurrence Macky Sall, veut le conserver. C’est ce que le premier adjoint de l’Union nationale des jeunesses socialistes, Mamadou Mbodj Diouf, appelle l’inévitable «choc des ambitions». Ce dernier d’avertir que «le Ps aura forcément...
(Leral 08/03/13)
Orange, Tigo et expresso auront bientôt un concurrent. Hier, en Conseil des ministres, le Président Macky Sall a instruit le Gouvernement de prendre les dispositions pratiques, notamment la préparation d’un cahier de charges, en vue de l’arrivée d’un 4ème opérateur sur le marché de téléphonie. Au cours de cette séance, le Chef de l’Etat, est également revenu sur les tarifs de communication et la nécessité absolue d’identification des abonnés. Il a, sur ce registre, invité le Premier ministre à faire la lumière sur cette tarification, qui devrait être subséquente à l’allègement du dispositif réglementaire sur les appels entrants. Le président de la République a ainsi demandé que soit envisagé un système de contrôle transparent du trafic, sans pour autant qu’il...
( 08/03/13)
Le collectif des ex-conseillers du défunt Conseil économique et social n’apprécie pas la gestion de cette institution suite à sa liquidation. Non seulement c’est par voix de presse qu’ils ont été informés de la liquidation, mais c’est par sms qu’ils ont été sommés de rendre leurs véhicules de fonction. Qualifiant cette situation d’injuste, ils ont demandé l’arbitrage du président de la République. Leurs indemnités ne leur sont plus versées depuis juillet 2012. Leurs véhicules sont en passe d’être saisis. Quant à leurs passeports diplomatiques, ils ont été, tout bonnement, suspendus. De quoi irriter les ex-membres de l’institution qui ont tenu hier une conférence de presse pour dénoncer «l’arbitraire» et «l’injustice» dont ils se disent victimes. Pour l’ex-Conseiller Mody Guiro, «la...
( 08/03/13)
Les maîtres coraniques regroupés au sein de la Fédération nationale des associations d'écoles coraniques du Sénégal veulent toute la lumière sur les dix milliards de francs offerts par le Koweït pour la modernisation des daaras. Regroupés autour de la Fédération nationale des associations d'écoles coraniques du Sénégal (Fenaecs), les maîtres coraniques exigent une audience, dans les plus brefs délais, avec Macky Sall pour faire la lumière sur leurs dix milliards octroyés par le Koweït pour la modernisation des daaras, sous le régime libéral. Cette audience qu’ils réclament a aussi pour objet de débattre de l'incendie de la Médina qui a coûté la vie à neufs talibés. Leur implication dans le processus d'éradication de la mendicité fera aussi partie de l’ordre...
( 08/03/13)
Selon le journal L'As, Karim Wade a rendu visite à Léna Fall Diagne, la mère de Ndèye Khady Diop, l'ex-directrice du Fonds de promotion économique (Fpe) , dans les liens de la détention depuis un certain temps pour les délits de détournement de derniers publics et blanchiment de capitaux. L'ancien ministre de l'énergie et des infrastructures du défunt régime a effectué cette visite de courtoisie pour manifester son soutien à l'ancienne maire de la commune d'arrondissement de Fass-Colobane-Gueule Tapée. Il en a profité pour dire qu'il sait qu'il est le prochain sur la liste, et que son sac est prêt depuis longtemps.
( 08/03/13)
Le président de la République, Macky Sall a tranché hier, jeudi en réunion du Conseil des ministres, le débat sur la médiation pénale en réaffirmant «sa détermination infaillible à mettre fin à l’impunité et à poursuivre résolument les procédures judiciaires en cours, jusqu’à leur terme, sans compromission possible, et ceci dans le cadre de lois en vigueur et dans le respect de l’indépendance de la justice». L’expression : «sans compromission possible » en dit long sur cette volonté de ne faire aucune concession dans le recouvrement des biens publics. Ceux qui attendaient une position claire du gouvernement sur la médiation pénale devront sans doute être bien servis. Le président de la République, Macky Sall a réaffirmé hier, jeudi, en conseil...
Article(s) relatif(s): 
( 08/03/13)
Il était attendu du Président Macky Sall qu’il tranche le débat soulevé sur la médiation pénale autour des biens mal acquis. Le Conseil des ministres d’hier a été pour lui une tribune pour réaffirmer sa «détermination» à poursuivre les procédures judiciaires et «sans compromission possible». Bref, une autre façon de tuer cette médiation pénale qui a installé une cacophonie dans la communication gouvernementale. L’imbroglio de la communication autour de la médiation pénale, comme alternative au recouvrement des biens mal acquis, ne pouvait laisser indifférent le président de la République. Cer­tains avaient rangé la proposition de Me El hadj Diouf, d’abord dans son «identité» à s’époumoner sans retenue. Alors que l’avocat persistait et signait que c’est Macky Sall qui lui avait...
( 08/03/13)
En marge de la conférence de presse du mardi 5 mars dernier, suite à la signature du protocole d’accord de pêche entre le Sénégal et la Mauritanie le 26 février 2013 par les Ministères chargés de la pêche des deux pays, Pape Diouf a annoncé que les modalités pratiques de ce protocole sont prévues en mi-mars à Dakar. «A la faveur des discussions tenues en marge de la réunion de la Grande Commission mixte les 11 et12 février et ensuite la poursuite des négociations les 25 et 26 février 2013, toujours à Nouakchott, des avancées significatives ont permis de finaliser le protocole d’application». C’est en ces termes que s’est exprimé Pape Diouf, ministre de la Pêche. Il avait rappelé que...
(Leral 07/03/13)
Kéba Keindé a intérêt à surveiller ses arrières au risque de se faire cuisiner comme un malpropre et embarquer dans le premier avion à destination de Dakar. Et pour cause, rapporte le journal Libération, les forces de police, de la gendarmerie, de l’aéroport ainsi que la police des polices, Interpol sont désormais à ses trousses. Désigné comme un complice de Thierno Ousmane Sy (aujourd’hui en prison), Keindé est sous le coup d’un mandat d’arrêt international émis par la justice sénégalaise. Il est poursuivi au même titre que le fils de Cheikh Tidiane Sy pour détournement de deniers publics portant sur 10,9 milliards de F Cfa et corruption passive portant sur 7 millions de dollars dans le cadre des retro-commission de...
( 07/03/13)
Que Abou Abel Thiam et Aminata Touré aillent demander des comptes au président Macky Sall. C’est lui qui a mandaté El Hadj Diouf pour qu’il appelle les mis en cause à transiger. L’avocat de l’Etat met sur le compte de l’ignorance, les positions du ministre de la Justice et celle du porte-parole de la présidence de la République. El Hadj Diouf, un des avocats de l’Etat du Sénégal dans la traque des biens mal acquis, persiste et signe. Malgré le tollé suscité par sa proposition, il affirme que l’Etat du Sénégal est prêt à transiger en acceptant que les mis en cause remboursent 80 % des biens spoliés et de garder les 20 %. Mieux, il révèle que c’est le...
( 07/03/13)
La facture de la renonciation fiscale va être plus salée que prévu. L’Etat a perdu trois milliards de francs Cfa en janvier dernier au titre de l’impôt sur les salaires, selon le directeur de la Dgid, Amadou Bâ. Et si la tendance se poursuit sur l’année, la baisse de la fiscalité sur les salaires va lui coûter 36 milliards là où il tablait sur près de 29 milliards. La baisse de l’impôt sur les salaires va coûter plus que prévu. En effet, là où le gouvernement s’attendait à renoncer à près de 29 milliards de francs pour «augmenter le pouvoir d’achat des salariés», il pourrait en perdre 36 si la tendance du premier mois d’entrée en vigueur de cette réforme...
( 06/03/13)
La dissonance des voix entre le porte-parole du Président et celui du gouvernement a laissé des effets au sein du gouvernement. Certains parlent de cette médiation pénale comme un ballon de sonde mal joué, que le Président Macky Sall a voulu dégonfler. «Ça fait désordre», avait dit Ousmane Tanor Dieng sur la communication autour de la proposition de médiation pénale. Les voies divergentes, empruntées par les voix officielles, dans cette histoire ont laissé un désordre au plus haut sommet. Si du côté du Palais, l’on jure, comme le ministre de la Justice dans L’Observateur d’hier, que le président de la République «n’a jamais eu une telle intention (médiation pénale avec 80% de restitution)», d’autres sources se disent convaincues que le...
(Senegalactu 05/03/13)
La torpeur qui enveloppe le quartier Médina de Dakar, plus précisément à la rue 6X19, à 23 h, est brusquement déflorée par un incendie d’une violence inouïe. Le bilan tient du délire : 9 victimes ont été brûlées vives. L’impasse théâtre des faits a joué son drame qui a laissé toute une ville dans l’émoi. Chronique d’un drame en trois actes. Acte1. Des restes d’organes humains, des doigts calcinés jusqu’aux phalanges et réduits à l’état de moignons, des crânes décharnés, des lambeaux de chair calcinés, des globes oculaires évidés, des corps démembrés et complètement carbonisés sont les reliefs macabres qui trônent au milieu des décombres. Sinistres témoins du drame inouï survenu, avant-hier, à la Médina. Des ustensiles pour enlever des...
(Africatime 04/03/13)
Des explications sur la position d’avant-garde du Tchad au Mali, les retards sur l’engagement effectif des forces africaines, la prise en compte de la menace terroriste au Sénégal mais surtout l’annonce de la non personnalisation de l’enquête sur les biens mal acquis, le président Macky Sall n’a élucidé aucune question au micro de nos confrères de France24. Retour sur les points importants d’un entretien donné à la résidence de l’ambassade du Sénégal à Paris. Le président Macky Sall est revenu sur les différentes affaires et enquêtes concernant les biens mal acquis tout en précisant que « le temps du juge n’est pas celui de la politique. L’enquête sur les biens supposés illicites peut prendre du temps. Il ne s’agit pas...
Article(s) relatif(s): 
(Africatime 04/03/13)
Le Sénégal est devenu le pays du cinéma jusqu’à la prochaine édition du Fespaco . Le film «Aujourd’hui» du réalisateur franco-sénégalais Alain Gomis a remporté samedi à Ouagadougou le grand prix du Fespaco, l’Etalon d’or de Yennenga, pendant que La Pirogue de Moussa Touré repart avec l’étalon de Bronze. Samedi dernier, au stade du 4 août de Ouagadougou, au Burkina Faso, ce fut réellement la consécration du Sénégal, plus de 25 ans après sa première participation à cette fête du 7e art. En effet, le réalisateur Alain Gomis a reçu l’Etalon d’or de Yennenga, le trophée le plus prestigieux du Cinéma africain, des mains du Président burkinabè Blaise Compaoré. Devant près de 15.000 spectateurs, la présidente du jury long-métrage a...
Article(s) relatif(s): 
(Africatime 04/03/13)
L’Etat propose aux éventuels coupables d’enrichissement illicite de rembourser au moins 80% de la somme qui leur serait reprochée et se dit prêt à lâcher les 20%. Mais cette médiation pénale, que certains qualifient d’encouragement du vol, n’est pas expressément prévue par la loi sur l’enrichissement illicite. Le ministre de la Justice avait déclaré que «s’il est prouvé que quelqu’un a pris des deniers publics et qu’il décide de restituer la somme, on pourra faire preuve de clémence et le laisser partir». Et la nouvelle proposition de 80% de la somme en cause entre dans ce cadre. C’est cela la médiation pénale annoncée par un des avocats de l’Etat, Me El hadj Diouf- démenti par le porte-parole du président de...
(Africatime 04/03/13)
Le Syndicat unique des travailleurs de l’électricité (Sutelec) sortira-t-il indemne de la grande rivalité qui existe entre Mademba Sock et Aliou Bâ ? Avec ce 7ème congrès ordinaire, tous les éléments sont presque réunis pour qu’une partie se déleste de l’autre. Le nœud du problème est le caractère légal ou pas du statut de délégué de M. Sock, le secrétaire général sortant qui est actuellement à la retraite. Bien malin qui peut prédire l’avenir du Syndicat unique des travailleurs de l’électricité (Sutelec) à l’issue de son 7ème congrès ordinaire. Une guerre sans merci oppose les partisans de Mademba Sock à ceux de Aliou Bâ qui veulent débrancher le premier de son statut de délégué. Les travaux ont été bloqués avant-hier...
Article(s) relatif(s): 
(Afrique Liberté 02/03/13)
Lors d’une rencontre tenue au niveau de la permanence de l’Apr à Thiès, des jeunes de l’Apr ont encore réaffirmé leur volonté de dégager Rewmi de la tête de la mairie de ville et des trois communes d’arrondissement, selon l’As. Ces jeunes ont mis en place un mouvement dénommé « Jappal ma japp » qui sera l’instrument politique qui portera le combat sur le terrain. Pour Assane Mbaye, coordonnateur du mouvement, « Idrissa Seck n’est plus en mesure de régler les problèmes de Thiès, seul le fauteuil présidentiel l’intéresse ». Il ajoute que, « Thiès en a marre d’être éternellement dans l’opposition, il faut dégager les rewmistes et installer une équipe capable de relever les défis qui se dressent devant...
(Senegalactu 02/03/13)
Le leader de Rewmi, parti en France depuis le week-end dernier doit être de retour depuis hier s’il n’y a pas changement de dernière minute de son calendrier. Selon nos sources, Idrissa Seck revient avec un trésor de guerre pour affronter l’Alliance pour la République (APR) mais aussi pour continuer la tournée dans les coins et recoins du pays. L’argent est le nerf de la guerre. Cet adage, Idrissa Seck semble beaucoup trop l’assimiler. En prélude aux prochaines échéances électorales, le patron de Rewmi a débuté sa tournée nationale par le département de Mbour depuis le 17 février pour prendre fin le 21 février. Ce séjour de quatre jours a permis à Idrissa Seck de sillonner tout le département. Aucun...
(22 Septembre 01/03/13)
Arrivé à la tête d’une forte délégation, hier, à Paris, le président de la République, Macky Sall, a entamé une visite de trois jours en France. Il en a profité pour rappeler sa détermination de laisser les coudées franches à la justice sénégalaise pour aller au bout de son travail sur la gestion antérieure des affaires du Sénégal. Fidélité idéologique aux militants de l’Alliance pour la République (Apr) et au peuple Sénégalais qui l’a élu, poursuites des enquêtes judiciaires et remettre le pays sur le chemin du développement, ce sont les différents thèmes abordés par le président Macky Sall, devant la foule venue l’accueillir au Salon d’honneur de l’aéroport d’Orly Ouest. Arrivé sous les coups de 19 h, le chef...

Pages