Jeudi 17 Août 2017
(Enquête 27/07/17)
Le gouvernement du Sénégal va-t-il se plier aux exigences de la population de Bargny concernant la centrale à charbon ? Les prémices d’un recul se dessinent, après l’audience que le président Macky Sall a accordée aux cadres de l’Apr du département de Rufisque, le Jeudi 13 Juillet dernier. Les Rufisquois ont profité de la rencontre pour poser le problème qui, en réalité, ne plaide pas en faveur de la coalition Benno Bokk Yakaar, en cette période électorale. De l’avis d’Abdourahmane Seck dit Homère, chargé de préparer une rencontre du président avec la population de Bargny, « le président a réagi sur ça en disant qu’on peut trouver une solution technique avec la possibilité d’avoir un mixte avec le gaz »...
(Xinhua 27/07/17)
La Commissaire des Affaires sociales et du Genre de la commission de la CEDEAO, Fatimata Dia Sow, a déploré mercredi à Cotonou, la "marginalisation" des femmes dans le domaine de l'agriculture dans l'espace communautaire ouest-africain, malgré leur importante contribution dans le domaine. Dans le milieu agricole, les femmes continuent d'être "marginalisées" dans les Etats membres de la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO), "notamment dans la répartition des ressources en terre, en eau, en intrants, en équipements agricoles et post-récoltes et en financement", a-t-elle déploré. S'exprimant à l'ouverture du Forum régional des acteurs clés intervenant dans le domaine de la transformation des produits agricoles, halieutiques et artisanaux dans l'espace CEDEAO, Mme Dia Sow, a noté que pourtant,...
(Sud Quotidien 26/07/17)
La saisine du Conseil Constitutionnel par le Chef de l’Etat, Macky Sall, afin de permettre aux électeurs de voter avec la carte d’identité et/ou d’électeur numérisée, le passeport, le permis de conduire ou tout autre document d’immatriculation va-t-elle résoudre les dysfonctionnements notés dans la distribution des cartes d’électeur. Rien n’est sûr. Pis, si on en croit le Professeur Abdoulaye Dièye, agrégé en droit constitutionnel, mais aussi un de ses collègues de l’Université Cheikh Anta Diop, qui a requis l’anonymat, les « Sept Sages » ne pourront aucunement sauver le Macky.
(Jeune Afrique 26/07/17)
À quelques jours des élections législatives de ce dimanche 30 juillet, le président Macky Sall a saisi le Conseil constitutionnel pour permettre aux électeurs de voter avec d’autres documents que la seule carte d’identité biométrique. L’opposition - dont une des composantes appelle à manifester aujourd'hui - dénonce un « énième coup de grâce aux acquis démocratiques ». À la fois document d’identité, permis de conduire et carte d’électeur, les nouvelles cartes d’identité biométriques s’annonçaient comme une petite révolution dans le quotidien des Sénégalais.
(RFI 26/07/17)
Au Sénégal, la tension grimpe à l'approche des législatives concernant le problème des cartes d'identité. Elles sont nécessaires pour pouvoir voter dimanche prochain, mais une bonne partie des Sénégalais ne l'ont toujours pas reçue. L'ancien président Abdoulaye Wade a appelé à un rassemblement mardi après-midi devant la préfecture de Dakar, pour que la distribution s'accélère. Et pour faire le point sur la polémique, la Commission électorale a tenu ce mardi une conférence de presse.
(RFI 26/07/17)
Les tensions politiques sont vives alors que se tiennent ce dimanche les élections législatives. L’opposition reproche au président Macky Sall la mauvaise organisation du scrutin et notamment le retard dans la distribution des nouvelles cartes d’identité qui permettent de voter. Mardi 25 juillet, l’ex-président Abdoulaye Wade a tenté d’organiser au centre-ville de Dakar. Un rassemblement interdit par les autorités et dispersé à coup de lacrymogènes par les forces de l’ordre. A 91 ans, Abdoulaye Wade n’a rien perdu de sa verve, de sa combativité. Mais les lacrymogènes ont eu raison de sa tentative de manifester devant le ministère de l’Intérieur. De retour dans la villa qu’il occupe, l’ex-Président reprend son sport favori : critiquer le président Macky Sall. Lire la...
(RFI 26/07/17)
Au Sénégal, cinq ans après son élection, le président Macky Sall va enfin connaître le jugement de ses compatriotes sur sa gestion du pouvoir. Ce sera dimanche prochain, à l'occasion des législatives à un seul tour: il affrontera alors les coalitions menées par l'ex-président Abdoulaye Wade et par le maire de Dakar, Khalifa Sall. Pour cette bataille, le chef de l'Etat s'appuie notamment sur son ministre de l'Economie et des Finances, Amadou Ba, qui conduit sa liste dans le département de Dakar. En duplex de la capitale sénégalaise, le «grand argentier» Amadou Ba répond aux questions de RFI. Lire la suite sur: http://www.rfi.fr/emission/20170726-amadou-ba-senegal-macky-sall-bilan-l...
(APA 26/07/17)
APA-Dakar (Sénégal) - La Mission d’observation électorale de l'Union Africaine (MOEUA) est arrivée le samedi 22 juillet à Dakar, sous la conduite de l'ex-président centrafricaine, Catherine Samba Panza, pour les législatives du 30 juillet 2017, indique un communiqué de la Commission de l'UA parvenu mercredi à APA. Forte de 40 membres la MOEAU est composée d'ambassadeurs accrédités auprès de l’UA, de parlementaires panafricains, de responsables d’organes de gestion des élections et d’organisations de la société civile africaine, explique la CUA. La MOEUA observera notamment la fin de la campagne électorale (8-28 juillet 2017), les opérations de vote et de dépouillement du vote le jour du scrutin sur l’ensemble du pays. La mission procédera à une observation et une analyse ‘’indépendantes,...
(Jeune Afrique 26/07/17)
Mardi, le groupe pétrolier français Total et le spécialiste des paiements électroniques Worldline ont annoncé leur entrée au capital de l'agrégateur de paiement sénégalais InTouch, qui entend apporter une solution unique à la démultiplication des moyens de paiement mobile en Afrique. Le potentiel du paiement mobile africain est connu. Un milliard d’usagers de téléphones mobiles en Afrique, très majoritairement dépourvus de comptes bancaires, et autant de clients de l’une ou l’autre des solutions de paiement mobile offertes par les opérateurs de téléphonie mobile, à l’instar d’Orange Money, Mobile Money de MTN, Tigo Cash, Airtel Money ou M-Pesa Vodacom. Problème : ils ne sont pas interopérables entre eux, ce qui rend impossible la vie des commerçants qui acceptent les paiements mobiles...
(AFP 25/07/17)
L'ex-président sénégalais Abdoulaye Wade, 91 ans, a appelé à une marche mardi à Dakar pour "réclamer" les cartes d'électeurs pour les législatives de dimanche, dans un secteur déclarée "zone interdite" par les autorités. Abdoulaye Wade, qui a dirigé le Sénégal de 2000 à 2012 et qui a pris la tête d'une liste d'opposition pour ces législatives, a appelé à une "marche de réclamation des cartes d'électeurs mardi 25 juillet à partir de 15H00" (locales et GMT), selon un communiqué de sa coalition électorale...
(Sud Quotidien 25/07/17)
Le chef de l’Etat a saisi officiellement hier, lundi 24 juillet, le Conseil constitutionnel pour valider l’utilisation de la carte numérisée d’identité et/ou d’électeur, du passeport, du permis de conduire et d’autres documents administratifs au scrutin législatif du 30 juillet prochain. Histoire de faciliter le vote des électeurs face aux lenteurs notées dans le retrait des cartes d’identité biométriques et de permettre l’organisation d’élections transparentes, libres et démocratiques. C’est officiel! Le président de la République a saisi le Conseil Constitutionnel pour recevoir sa caution sur son intention de faciliter le vote des citoyens au scrutin du 30 juillet, avec l’utilisation des anciennes cartes d’identité et d’autres documents agréés. Selon des informations émanant du pole de communication de la présidence de...
(RFI 25/07/17)
Au Sénégal, c’est la dernière ligne droite dans la bataille pour les législatives. Le vote est prévu ce dimanche, avec en principales têtes de liste : le Premier ministre Mahamad Dione, l’ex-président Abdoulaye Wade et le maire de Dakar Khalifa Sall, en prison depuis le 7 mars. Depuis 15 jours, l’opposition s’inquiète de la très lente distribution des cartes d’identité qui servent à voter. L’Etat a dû en fabriquer plus de 6 millions en quelques mois. Cette inquiétude est désormais...
(SeneNews 25/07/17)
Les élections du 30 juillet prochain auront le mérite de revoir Me Wade devant une urne, continuant un combat, celui d’opposant après avoir été Président de la République. Son rôle d’opposant, Wade le manie à la perfection, en témoigne la marche prévue pour aujourd’hui en contestation à la lenteur de la distribution des cartes d’identité biométriques.Face à cette lenteur, pourtant, le Président Macky Sall a émis un décret auprès du Conseil constitutionnel « sur la possibilité que les électeurs n’ayant pu retirer leur carte d’électeur puissent voter aux élections législatives du 30 juillet 2017 » avec d’autres documents, dont la carte d’identité nationale numérisée. Toutefois, ceci ne semble pas plaire au Pape du Sopi qui, comme relayé par « L’Enquête...
(Enquête 25/07/17)
Le leader du parti Rewmi, par ailleurs tête de liste départementale de la Coalition Mankoo Taxawu Senegaal, Idrissa Seck pourrait se heurter au Parti de l’unité et du rassemblement (Pur) pour ces élections législatives dans les communes de Thiès-Est et Ouest. Les deux communes Est et Ouest ont longtemps été des bastions d’Idrissa Seck. A la limite des quartiers généraux. Depuis 2007, le patron du parti Rewmi a toujours remporté les élections dans ces municipalités avec un grand écart. Cependant, la bataille du 30 juillet prochain va être rude. Les têtes de liste des 27 coalitions en compétition dans le département de Thiès sont tous conscients des enjeux que représentent ces joutes électorales. Pour franchir le cap des Législatives et...
(Enquête 25/07/17)
Tête de liste départementale de la coalition Benno bokk yaakaar, le ministre de l’Economie et des Finances, Amadou Ba a été hier à Castors, Sicap Liberté, Médina et les Parcelles Assainies où il a mobilisé les populations avant de les entretenir sur les véritables enjeux des élections législatives du 30 juillet prochain. Il a en outre appelé les militants et sympathisants de la mouvance présidentielle à ne pas céder à la provocation de l’opposition qui privilégie plus la violence que le débat de fond. Le ministre de l’Economie et des Finances, Amadou Ba, a été hier en tournée politique dans les communes de Castors, Dieuppeul-Derklé, Sicap Liberté et Médina. Dans cette dernière commune, les différents responsables de l’Alliance pour la...
(Xinhua 25/07/17)
Le Conseil de sécurité des Nations Unies a pris note lundi avec satisfaction de l'évolution politique positive récente dans plusieurs pays d'Afrique de l'Ouest, en particulier de la passation pacifique des pouvoirs en Gambie et de la tenue d'élections législatives libres et transparentes le 6 avril 2017. Dans une déclaration de la présidence du Conseil de sécurité adoptée lundi, les membres du Conseil de sécurité encouragent "les partenaires bilatéraux et multilatéraux à appuyer comme il se doit les mesures prises par le gouvernement gambien pour rétablir l'Etat de droit et promouvoir la réconciliation et le développement dans l'intérêt des Gambiens". Le Conseil de sécurité note également avec satisfaction les progrès notables faits par la Côte d'Ivoire pour ce qui est...
(Agence Ecofin 25/07/17)
Equilibrer le taux de croissance économique des pays à l’évolution démographique. C’est le but que se sont fixés les parlementaires de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest (Cedeao) Lors d’une rencontre sous régionale (avec la participation de la Mauritanie et du Tchad) sur la démographie samedi, à Ougadougou, les parlementaires ont affirmé leur volonté de limiter le taux de fécondité à trois les enfants par femme. « Les parlementaires de la Cédéao ont convenu que, d’ici 2030, les parlements devaient inciter les gouvernements à mettre en place des politiques tendant à faire en sorte que chaque femme (...) ait au plus trois enfants pour maîtriser le boom démographique, » a laissé entendre le Président de l’Assemblée nationale...
(Xinhua 25/07/17)
La Commission de la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) remettra le mercredi 2 août prochain, aux autorités nigérianes des vivres, d'une valeur d'un million de dollars, soit environ 1.650 tonnes de céréales constituées de maïs blanc, de sorgho, de mil et de riz, annonce un communiqué de l'organisation sous-régionale publié lundi à Cotonou. Selon cette même source, cette cérémonie fera suite aux diverses concertations entre l'organisation régionale et la National Emergency Management Agency (NEMA) sur la crise alimentaire et nutritionnelle qui sévit au Nord-Est du Nigeria et à un mémorandum signé entre les deux parties le 22 mai 2017. "La crise alimentaire et nutritionnelle dans ces Etats du Nord-Est du Nigéria touche environ 4,7 millions de...
(Agence Ecofin 24/07/17)
Le premier ministre sénégalais Mahammed Boun Abdallah Dionne a annoncé que le président Macky Sall remettra, ce jour, 366 titres fonciers aux résidents de la cité Tobago. Déguerpis mi-2015, dans le cadre des travaux de l’aéroport Léopold Sédar Senghor de Dakar, les bénéficiaires avaient notamment saisi la justice pour être réintégrés dans leurs droits. « Les 366 victimes recevront aujourd’hui leur titre foncier à titre symbolique, au Palais présidentiel des mains du président de la République.
(Le Monde 24/07/17)
Le maire de Dakar, poursuivi pour « détournement de deniers publics » et détenu depuis mars, est l’absent le plus présent des législatives du 30 juillet. Les partisans de Khalifa Sall sont parvenus à porter puis à maintenir leur champion à la tête de la coalition d’opposition Mankoo Taxawu Senegaal pour les législatives. Mais pourront-ils réussir la prouesse de faire gagner les élections du dimanche 30 juillet à un candidat détenu depuis le 7 mars, soupçonné d’avoir détourné 2,7 millions d’euros de deniers publics et qui n’a pu battre campagne ? Depuis 2014, Khalifa Sall constitue sans doute l’adversaire politique le plus dangereux pour le pouvoir. Il a remporté tous les combats qui l’ont opposé au régime de Macky Sall...

Pages