Mercredi 16 Août 2017
(AFP 28/07/17)
Les Sénégalais élisent dimanche leurs députés, un scrutin test en vue de la présidentielle de 2019 avec, comme têtes de liste de l'opposition au chef de l'Etat Macky Sall, son prédécesseur Abdoulaye Wade et le maire de Dakar, Khalifa Sall, en détention préventive. La campagne électorale, émaillée de violences qui ont fait de nombreux blessés à travers ce pays réputé en Afrique pour sa tradition démocratique, s'achève vendredi soir.
(Sud Quotidien 28/07/17)
De prison, le maire de Dakar Khalifa Sall a adressé encore hier, jeudi, une lettre au peuple sénégalais. Deuxième du genre, la lettre est un appel vibrant aux électeurs pour voter la liste Mankoo Taxawu Senegaal. « Dimanche prochain, je serai privé de mon droit de vote. Mais en vous, j'accomplirai mon vote et je partagerai avec vous la satisfaction d'avoir exercé mon droit chaque fois que vous mettrez votre bulletin dans l'urne. Je vous appelle tous à exprimer votre volonté de changer le cours de notre destin commun et de reconstruire ensemble notre pays sur de nouvelles bases fondées sur la dignité, la liberté, la solidarité et la justice sociale en votant massivement pour Mankoo Taxawu Senegaal ». Voilà...
(Sud Quotidien 28/07/17)
«Ce sont les circonstances qui légitiment la décision du conseil constitutionnel». Cette analyse est d’un professeur agrégé en droit constitutionnel. Mieux, pour cet Universitaire qui a préféré apporter des éclairages, tout en gardant l’anonymat, la décision des Sept Sages n’a même besoin d’une loi encore moins d’un décret pour s’imposer à tous les pouvoirs publics et aux autorités administratives et judiciaires. Mieux soutient-il, elle n’ouvre aucunement une boite de Pandore parce que son caractère «exceptionnel» l’éteint au soir du 30 juillet. Toutefois, il a reconnu quelques difficultés qui pourraient être liées à l’orientation des bureaux de vote de certains électeurs non détenteurs de cartes. Analyse de arrêt «D’emblée rappelons qu’avant la réforme du 20 mars 2016, le président de la...
(RFI 28/07/17)
Dernier jour de campagne au Sénégal avant les législatives de ce dimanche 30 juillet. Mais à partir de ce vendredi soir à minuit, les caravanes, les débats et toutes les activités politiques sont interdites. Des élections avec 3 têtes de listes hors du commun : le Premier ministre Mahammed Dione, l’ex-président Abdoulaye Wade et le maire de Dakar Khalifa Sall qui est en prison. Des législatives perturbées aussi par un grand manque d’organisation : faute de temps, plus de 10% des nouvelles cartes d‘identités...
(Jeune Afrique 28/07/17)
Des milliers d'électeurs sénégalais n'ont toujours pas reçu leur nouvelle carte d'identité biométrique, qui doit leur permettre de voter aux élections législatives ce dimanche. Saisi par Macky Sall pour tenter d'étouffer la polémique naissante, le Conseil constitutionnel a accepté mercredi que les électeurs puissent voter avec un autre document d'identité officiel. Nul doute que les Sénégalais continueront à en rire sur les réseaux sociaux. Dimanche 30 juillet, ils seront autorisés à aller élire leurs députés avec leur carte d’identité, leur carte d’électeur ou leur passeport, à condition de présenter leur récépissé d’inscription sur les listes électorales. Cette décision a été approuvée mercredi 26 juillet par le Conseil constitutionnel. Celui-ci avait été saisi deux jours plus tôt par le président Macky...
(RFI 28/07/17)
C’est le dernier jour de campagne ce 28 juillet au Sénégal. Les législatives se tiendront dimanche 30 mais ce vendredi soir à minuit les caravanes, les débats, toutes les activités politiques seront interdites. Des élections avec trois têtes de liste hors du commun : le Premier ministre Mahammed Dionne, l’ex-président Wade et le maire de Dakar Khalifa Sall qui est en prison. Des législatives perturbées aussi par un grand manque d’organisation : faute de temps, plus de 10% des nouvelles cartes d‘identités qui permettent de voter n’ont pas été fabriquées, d’autres n’ont pas été distribuées. Une situation dénoncée par l’opposition mais qui n’a pas empêché le Premier ministre de battre campagne à Dakar jeudi. Perché sur un énorme 4X4, le...
(Sud Quotidien 28/07/17)
Dans la dynamique de facilitation et de sécurisation des opérations bancaires de paiement de ses clients, la Banque internationale pour le commerce et l’industrie du Sénégal (Bicis) a lancé, le 5 du mois, une offre de paiement en ligne permettant aux commerçants, entreprises ou associations d’accepter, de manière sécurisée, les paiements par carte Visa ou Mastercard sur Internet. Selon un communiqué en date d’hier, jeudi 27 juillet, «cette offre de paiement, agile et flexible, permet de répondre aux besoins quotidiens des entreprises qui souhaitent proposer à leurs clients une méthode simple et sécurisée pour payer des marchandises, des services, des billets de transports, des factures, sans avoir à se déplacer ou à recharger un compte prépayé». Ce parcours client de...
(Xinhua 28/07/17)
La 9ème édition du Forum sur la gouvernance de l'Internet en Afrique de l'Ouest, visant à identifier les actions concrètes qui doivent être prises pour lutter efficacement contre les menaces cybernétiques dans l'espace communautaire ouest-africaine, s'est ouvert jeudi à Cotonou. Axé sur le thème : "La sécurité numérique pour le développement socio-économique et la paix", ce forum de Cotonou, aboutira à la création d'un cadre propice et convivial permettant aux experts réunis de mener des réflexions visant à élaborer des plans d'actions pour faire de l'Afrique de l'ouest une région de référence dans le domaine de l'Internet. De même, a-t-on indiqué, ces réflexions permettront également de sensibiliser les Etats de l'Afrique de l'Ouest à prendre des dispositions législatives afin de...
(RFI 27/07/17)
Au Sénégal, la tension autour des législatives de dimanche prochain n’est pas prête de retomber. En effet, les règles du vote viennent d’être modifiées sur proposition du président Macky Sall. L’Etat a des problèmes d’organisation, de fabrication notamment des nouvelles cartes d’identité qui sont aussi les cartes d’électeurs. La loi qui indique que seul ce nouveau document Cédéao permet de voter vient donc d’être contournée par le Conseil constitutionnel. Signée ce mercredi 26 juillet au soir par les sept membres...
(Sud Quotidien 27/07/17)
«Nous refusons de débattre avec un homme qui appartient au passé. Notre horizon, c’est 2035. C’est l’avenir qui nous intéresse. Notre préoccupation, c’est le Plan Sénégal Emergent, la jeunesse, les femmes, l’inclusion sociale pour que tous les citoyens sénégalais se sentent concernés». C’est ce qu’a déclaré la tête de liste de la Coalition Benno Bokk Yaakaar, Mahammed Boun Abdallah Dionne, à Thiadiaye hier, mercredi 26 juillet, pour répondre à l’ancien Chef d’Etat, Me Abdoulaye Wade. Le Premier ministre d’ajouter : «nous ne débattrons pas avec un homme qui ne vit que pour son fils. Les hommes qui retiennent notre attention sont ceux qui se préoccupent de tous les fils du Sénégal». Samba Niébé BA
(AFP 27/07/17)
Sébiles de fortune sous le bras, morceaux de pain dans la main, trois "talibés", des enfants pensionnaires d'écoles coraniques, quémandent l'aumône à Guédiawaye, une banlieue de Dakar, alors que l'horloge n'affiche même pas 08H00 du matin. "Ils sont là depuis 06H00, juste après la première prière" musulmane de la journée, assure Mouhamed, assistant médical à Yakaaru Guneye - "L'espoir des enfants" en wolof, langue la plus parlée du pays -, un des principaux centres d'accueil et d'hébergement d'urgence...
(Enquête 27/07/17)
C’est acté. Plus de plan sur la comète. Le Conseil constitutionnel, qui s’est réuni hier jusque tard dans la nuit, a réservé une suite favorable à la requête du président de la République en date du 24 Juillet 2017. Par conséquent, les citoyens n’ayant pas eu la chance de récupérer leurs cartes d’électeur ont désormais la possibilité de voter aux Législatives de dimanche prochain. Les 7 sages sont d’avis que : ‘’Article premier : A titre exceptionnel, pour les élections législatives prévues le 30 juillet 2017, l’électeur n’ayant pu retirer sa carte d’identité CEDEAO faisant office de carte d’électeur, mais dont l’inscription sur les listes électorales est vérifiée, peut voter sur présentation de son récépissé d’inscription accompagné de l’un des...
(BBC 27/07/17)
La Commission de l'Union Africaine a annoncé dans un communiqué l'arrivée d'une mission d'observation électorale au Sénégal dans le cadre du scrutin législatif du 30 juillet prochain. Cette mission a été déployée sur invitation du gouvernement du Sénégal, selon l'UA. Elle sera conduite par Catherine Samba Panza, ancienne Présidente de la transition en Centrafrique, et est forte de 40 observateurs issus de 24 pays africains qui sont des ambassadeurs accrédités auprès de l'Union Africaine à Addis Abeba. La mission est constituée de parlementaires panafricains, de responsables d'organes de gestion des élections, et des d'organisations de la société civile africaine. Lire la suite sur: http://www.bbc.com/afrique/region-40727837
(Enquête 27/07/17)
Le gouvernement du Sénégal va-t-il se plier aux exigences de la population de Bargny concernant la centrale à charbon ? Les prémices d’un recul se dessinent, après l’audience que le président Macky Sall a accordée aux cadres de l’Apr du département de Rufisque, le Jeudi 13 Juillet dernier. Les Rufisquois ont profité de la rencontre pour poser le problème qui, en réalité, ne plaide pas en faveur de la coalition Benno Bokk Yakaar, en cette période électorale. De l’avis d’Abdourahmane Seck dit Homère, chargé de préparer une rencontre du président avec la population de Bargny, « le président a réagi sur ça en disant qu’on peut trouver une solution technique avec la possibilité d’avoir un mixte avec le gaz »...
(Xinhua 27/07/17)
La Commissaire des Affaires sociales et du Genre de la commission de la CEDEAO, Fatimata Dia Sow, a déploré mercredi à Cotonou, la "marginalisation" des femmes dans le domaine de l'agriculture dans l'espace communautaire ouest-africain, malgré leur importante contribution dans le domaine. Dans le milieu agricole, les femmes continuent d'être "marginalisées" dans les Etats membres de la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO), "notamment dans la répartition des ressources en terre, en eau, en intrants, en équipements agricoles et post-récoltes et en financement", a-t-elle déploré. S'exprimant à l'ouverture du Forum régional des acteurs clés intervenant dans le domaine de la transformation des produits agricoles, halieutiques et artisanaux dans l'espace CEDEAO, Mme Dia Sow, a noté que pourtant,...
(Sud Quotidien 26/07/17)
La saisine du Conseil Constitutionnel par le Chef de l’Etat, Macky Sall, afin de permettre aux électeurs de voter avec la carte d’identité et/ou d’électeur numérisée, le passeport, le permis de conduire ou tout autre document d’immatriculation va-t-elle résoudre les dysfonctionnements notés dans la distribution des cartes d’électeur. Rien n’est sûr. Pis, si on en croit le Professeur Abdoulaye Dièye, agrégé en droit constitutionnel, mais aussi un de ses collègues de l’Université Cheikh Anta Diop, qui a requis l’anonymat, les « Sept Sages » ne pourront aucunement sauver le Macky.
(Jeune Afrique 26/07/17)
À quelques jours des élections législatives de ce dimanche 30 juillet, le président Macky Sall a saisi le Conseil constitutionnel pour permettre aux électeurs de voter avec d’autres documents que la seule carte d’identité biométrique. L’opposition - dont une des composantes appelle à manifester aujourd'hui - dénonce un « énième coup de grâce aux acquis démocratiques ». À la fois document d’identité, permis de conduire et carte d’électeur, les nouvelles cartes d’identité biométriques s’annonçaient comme une petite révolution dans le quotidien des Sénégalais.
(RFI 26/07/17)
Au Sénégal, la tension grimpe à l'approche des législatives concernant le problème des cartes d'identité. Elles sont nécessaires pour pouvoir voter dimanche prochain, mais une bonne partie des Sénégalais ne l'ont toujours pas reçue. L'ancien président Abdoulaye Wade a appelé à un rassemblement mardi après-midi devant la préfecture de Dakar, pour que la distribution s'accélère. Et pour faire le point sur la polémique, la Commission électorale a tenu ce mardi une conférence de presse.
(RFI 26/07/17)
Les tensions politiques sont vives alors que se tiennent ce dimanche les élections législatives. L’opposition reproche au président Macky Sall la mauvaise organisation du scrutin et notamment le retard dans la distribution des nouvelles cartes d’identité qui permettent de voter. Mardi 25 juillet, l’ex-président Abdoulaye Wade a tenté d’organiser au centre-ville de Dakar. Un rassemblement interdit par les autorités et dispersé à coup de lacrymogènes par les forces de l’ordre. A 91 ans, Abdoulaye Wade n’a rien perdu de sa verve, de sa combativité. Mais les lacrymogènes ont eu raison de sa tentative de manifester devant le ministère de l’Intérieur. De retour dans la villa qu’il occupe, l’ex-Président reprend son sport favori : critiquer le président Macky Sall. Lire la...
(RFI 26/07/17)
Au Sénégal, cinq ans après son élection, le président Macky Sall va enfin connaître le jugement de ses compatriotes sur sa gestion du pouvoir. Ce sera dimanche prochain, à l'occasion des législatives à un seul tour: il affrontera alors les coalitions menées par l'ex-président Abdoulaye Wade et par le maire de Dakar, Khalifa Sall. Pour cette bataille, le chef de l'Etat s'appuie notamment sur son ministre de l'Economie et des Finances, Amadou Ba, qui conduit sa liste dans le département de Dakar. En duplex de la capitale sénégalaise, le «grand argentier» Amadou Ba répond aux questions de RFI. Lire la suite sur: http://www.rfi.fr/emission/20170726-amadou-ba-senegal-macky-sall-bilan-l...

Pages