| Africatime
Vendredi 28 Avril 2017
(Sud Quotidien 11/04/17)
Un nouveau camouflet diplomatique pour le Sénégal qui vient de perdre la présidence de l’Union économique et monétaire ouest africaine (UEMOA) au profit du Niger. Le président Mahamadou Issoufou a réussi en effet, lors de la session extraordinaire de la Conférence des Chefs d’Etat et de Gouvernement de cette instance sous régionale qui s’est tenue à Abidjan hier, lundi, à «imposer» à la tête de l’institution son Commissaire Abdallah Boureïma, en remplacement de Hadjibou Soumaré. Ne serait-ce que pour un mandat unique ! Le Sénégal qui avait déjà désigné l’ancien ministre en charge du Budget, Abdoulaye Diop, pour succéder à l’ancien Premier ministre de Me Wade, devra encore attendre jusqu’en 2021 pour que ce poste lui revienne pour de bon...
(TV5 11/04/17)
Face aux éternels problèmes d'électricité, l'Etat sénégalais a lancé un plan énergétique et notamment la construction de la centrale à charbon de Sendou, à une trentaine de kilomètres de Dakar. Un projet très polluant selon les riverains. Mais les autorités refusent de céder. En 2013, les habitants de Bargny ont vu l'implantation de la centrale de Sendou d'un mauvais oeil. Trop proche des habitations, trop polluante... une partie d'entre eux s'est battue pour qu'elle n'existe pas...
(Le Monde 11/04/17)
A Dakar, Saly et Thiès, des comités En marche ! rassemblant Français et Africains ont vu le jour pour soutenir le candidat à l’élection présidentielle. Dans le jardin de Khalil, l’organisateur de l’événement, c’est l’heure du tour de présentation. Assis en cercle, chacun explique ce qui l’a poussé à assister à la réunion du comité En marche Sénégal. « Si Emmanuel Macron passe, ça peut rebattre les cartes Sénégal-France », avance Pemba, un chef d’entreprise sénégalais d’une soixantaine d’années.
(RFI 11/04/17)
A Abidjan, se tenait ce lundi 10 avril un conseil extraordinaire des 8 pays de l'UEMOA qui ont le franc CFA comme monnaie commune. La population globale de l'Uemoa avoisine les 90 millions d'habitants. La politique d'échange et de développement de cette union économique et monétaire est dictée par les président des Etats membres et la Commission, qui siège à Ouagadougou, en est le maître d'œuvre. Hier lundi, à Abidjan, les huit chefs d'Etat se sont mis d'accord pour trouver un successeur au président de la Commission sortant, Cheikh Hadjibou Soumaré. Le Nigérien Abdallah Boureima a été choisi. Les chefs d'Etat, lors de leur discours de clôture, ont marqué leur préoccupation commune contre le terrorisme dans la sous-région. Un terrorisme...
(AFP 10/04/17)
La croissance économique au sein de l'Union économique et monétaire ouest-africaine (Uemoa - huit pays) devrait demeurer forte en 2017, à environ 7%, malgré la persistance des menaces sécuritaires et un contexte économique mondial morose, ont estimé lundi ses dirigeants à Abidjan. "Le taux de croissance dans l'Uemoa est estimé à 6,8% en 2016, contre 6,6 en 2015" a annoncé le ministre sénégalais de l'Economie et des Finances, Amadou Ba, président du conseil des ministres de l'Uemoa. "Un taux quatre fois supérieur à la moyenne de l'Afrique subsaharienne. Ce taux était de 1,6%", s'est félicité, de son côté, le président ivoirien Alassane...
(Jeune Afrique 10/04/17)
Quatre mois avant les législatives du 30 juillet, le mouvement citoyen "Y'en a marre", qui avait soutenu Macky Sall lors de la présidentielle de 2012, a organisé vendredi un rassemblement dans la capitale pour critiquer le président et le pouvoir en place. Ils avaient fait le pari de mobiliser un million de personnes. Ils en étaient très loin, mais les activistes de « Y’en a marre » ont tout de même réuni quelques milliers de manifestants en fin de journée, vendredi 7 avril, sur la place de la Nation, à Dakar, pour témoigner leur mécontentement contre le régime de Macky Sall. À quatre mois des élections législatives, qui auront lieu le 30 juillet, ce rassemblement faisait figure de test pour...
(RFI 10/04/17)
Un projet de centrale à charbon dans la petite ville sénégalaise de Bargny est rejeté par une partie de la population qui a repris ses protestations ces derniers jours, et craint de lourdes conséquences environnementales. Du côté des autorités, on estime que le pays n'a pas le choix s'il veut se développer : l'ouverture de la centrale est donc prévue pour octobre 2017. A Bargny, ni l'érosion côtière due aux changements climatiques, ni la mobilisation d'une partie de la population, notamment au moment de la COP21...
(RFI 10/04/17)
Au Sénégal, une soixantaine de maires se réunissent aujourd’hui et demain à Méckhé, à environ 120 km au nord-est de Dakar. Au centre des discussions : la promotion de l’agroécologie, la restauration de la biodiversité et de toutes les conditions qui peuvent favoriser l’autosuffisance alimentaire dans les villes et les villages du pays.
(AFP 08/04/17)
Des milliers de personnes se sont rassemblées vendredi à Dakar à l'appel du mouvement citoyen "Y'en a marre", pour dénoncer la gestion du président Macky Sall, qu'il accuse de "reniements", ont rapporté des journalistes de l'AFP. La manifestation, place de l'Obélisque, près du centre-ville, a réuni une foule de personnes, dont une majorité vêtues de noir, pour exprimer, selon les organisateurs, la colère des Sénégalais contre le régime de M. Sall, élu en 2012. Plusieurs manifestants portaient des tee-shirts sur lesquels on pouvait lire: "Lu eppe tuuru" ("trop c'est trop" en langue wolof, la plus parlée au Sénégal). De nombreuses personnes ont scandé des slogans pour la libération du maire
(APA 08/04/17)
Un sommet extraordinaire des Chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) se tiendra, lundi, à Abidjan à l’invitation du chef de l’Etat ivoirien Alassane Ouattara, a appris APA vendredi de source officielle dans la capitale économique ivoirienne. « A l’invitation de son excellence, Alassane Ouattara, président de la République de Côte d’Ivoire, président en exercice de la conférence des chefs d’État et de gouvernement de l’UEMOA, un sommet extraordinaire de l’UEMOA se tiendra à Abidjan le lundi 10 avril 2017», rapporte un communiqué de la présidence ivoirienne selon qui plusieurs questions seront au menu de ce conclave. Les chefs d’Etat examineront notamment, « la question économique et financière de l’Union. Ils aborderont également les questions...
(SeneNews 07/04/17)
Les candidats indépendants doivent être parrainés par 0,5% des électeurs inscrits et domiciliés dans la moitié des 14 régions du Sénégal pour pouvoir participer aux prochaines échéances législatives. Ce sont là les précisions du directeur de la communication à la direction générale des élections.Selon Bernard Casimir Cissé, directeur générale des élections à la DGE, les entités indépendantes, en plus des autres mesures requises pour les candidats aux élections législatives, doivent rechercher des signatures appelées le « parrainage », qui consiste à déposer 0,5% de signatures des électeurs inscrits. Pour monsieur Cissé...
(SeneNews 07/04/17)
Le Directeur de la formation et de la communication de la direction des élections Bernard Casimir Demba Cissé Diop a fait savoir que les partis de coalition ne peuvent pas faire équipe avec les partis non légalement constitués.Selon lui, «les partis qui ne sont pas légalement constitués sont des partis non reconnus. Il ne peut pas y avoir une coalition entre les partis politiques et les entités indépendantes. Ces partis politiques iront seuls aux élections ou en coalition entre eux-même même chose aussi pour les entités indépendantes». Avant d’ajouter que «les entités indépendantes participent à toutes...
(Enquête 07/04/17)
Les ressources humaines ont toujours été un problème majeur du secteur de la Santé. Mais aujourd’hui, face à la montée de certaines maladies, le manque de spécialistes et leur mal répartition à travers le territoire sont plus que jamais mis à nu. Et dans la plupart des cas, ni la formation ni le matériel ne permettent d’être optimiste quant à l’avenir. OPHTALMOLOGISTES, PNEUMOLOGUES La maladie de l’effectif Au Sénégal, mieux vaut ne pas avoir mal aux yeux ou souffrir de maladies respiratoires si on n’a pas les moyens. Le nombre est insuffisant, le personnel vieillissant et les perspectives pas assez prometteuses du fait d’avancées timides. Le secteur de la Santé est généralement observé sous l’angle des infrastructures, du plateau technique...
(APA 07/04/17)
Les sociétés américaines Tetra Tech et Bio Therm vont construire deux centrales solaires d’une puissance cumulée de 34 MW à Pâ et Kodéni, à l’Ouest du Burkina Faso, a appris APA auprès du ministère de l’Energie. Lesdites sociétés ont signé un accord avec le Gouvernement burkinabé, dans le cadre des études de faisabilité pour la construction de ces deux centrales solaires. Cette étude de faisabilité va durer 8 mois et comprendra une évaluation technique et des évaluations complètes de l’impact environnemental et social des deux sites devant abriter les centrales solaires. Le projet est subventionné par l’Agence américaine pour le commerce et le développement (USTDA), une première pour l’institution dans le domaine des énergies renouvelables au Burkina Faso. L’ambition des...
(Sud Quotidien 06/04/17)
La volonté du chef de l’Etat, Macky Sall de marcher sur les pas de son prédécesseur Wade, concernant la valorisation de la fonction de chef de village, semble trouver l’approbation au sein de la classe politique. Ce qui divise cependant la majorité présidentielle du camp de l’opposition, c’est en fait le rétropédalage à la veille des législatives, 5 ans après son accession à la magistrature suprême. Si du côté de l’opposition l’on avance la thèse du calcul politicien, visant à faire les yeux doux aux chefs de village en prélude des législatives du 30 juillet prochain, il n’en demeure pas moins que le camp au pouvoir réfute ledit argument, estimant que l’agenda du chef de l’Etat ne se définit pas...
(Sud Quotidien 06/04/17)
Le Président de la République a demandé au Gouvernement de veiller à la modernisation des casernes et de l’équipement de nos forces de défense et de sécurité, à l’amélioration de leurs conditions sociales, ainsi qu’à l’effectivité de la revalorisation générale des pensions militaires d’invalidité. Cette information est contenue dans le communiqué du conseil des ministres qui nous est parvenu hier, mercredi 5 avril. Il en est de même, relève-t-on dans l’édit présidentiel de la prise en charge sociale optimale des anciens combattants, dont «le rôle précurseur dans la préservation des valeurs patriotiques et civiques reste primordial pour le développement du Sénégal». Par ailleurs, appréciant les résultats du recensement général des entreprises (RGE), réalisé pour la première fois au Sénégal, le...
(Le Monde 06/04/17)
Une chambre des chefs traditionnels ? L’idée suit son cours au Sénégal. Fin mars, une délégation de l’Etat est allée à leur rencontre en Casamance. Ambiance majestueuse, ce vendredi 24 mars, à Oussouye, en Casamance, avec une concentration inédite de têtes couronnées et de boubous flamboyants. Une file de 4x4 s’aligne sur l’unique route goudronnée du village devant le bois sacré, résidence du roi. Mbagnick Ndiaye, le ministre sénégalais de la culture et de la communication, mais aussi le gouverneur, le préfet, le maire et un cortège de députés sont venus dans ce village du sud du pays pour rencontrer les reines, rois, prêtresses, responsables des fétiches et autres chefs coutumiers de la région. L’objectif ? « Instituer au Sénégal...
(BBC 06/04/17)
Connaissez-vous le Diongué?... C'est l'art de la séduction à la sénégalaise. Petits pagnes tricotés, perles, encens, dit "tchouraï", tout est fait pour séduire et plaire à la gente masculine. Et si les trucs et astuces pour séduire les hommes sont généralement transmis dans le cadre familial, des établissements proposent des cours. Notamment à Dakar... "L'école de la séduction", un reportage de Léone Ouédraogo.
(AFP 05/04/17)
La justice sénégalaise a rejeté la demande de remise en liberté provisoire du maire de Dakar, Khalifa Sall, inculpé et écroué pour détournement de fonds publics, a annoncé mercredi à l'AFP un de ses avocats. Khalifa Sall, maire de Dakar depuis 2009 et probable candidat à l'élection présidentielle de 2019 contre le chef de l'Etat Macky Sall, doit répondre de dépenses "non justifiées" de plus de 2,7 millions d'euros prélevés sur plusieurs années, selon la justice, dans les caisses de sa mairie. Il est depuis le 7 mars en détention préventive à Dakar. Le juge d'instruction a "pris le lundi 3 avril" deux ordonnances, dont une "pour rejeter la demande de liberté provisoire" pour Khalifa Sall déposée le 23 mars...
(Sud Quotidien 05/04/17)
Rémunérer les Chefs de village ! Le président de la République, Macky Sall a demandé à son gouvernement d’étudier les conditions de cette rémunération qui, selon le Chef de l’Etat, en tant que relais indispensables de l’administration, exercent une mission de service public. Cette volonté, pourtant exprimée en 2012, par Abdoulaye Wade, ne sera pas traduite en acte par son successeur, Macky Sall qui a vite fait de la ranger dans les tiroirs. A l’époque, les détracteurs du pape du Sopi, y voyaient une sorte de «drague» envers ces dignitaires qui avaient même effectué un déplacement au Palais. Esprit de solidarité ou drague des chefs de village, en vue des prochaines législatives ! A quelques mois du scrutin du 30...

Pages