Mardi 20 Février 2018
(Jeune Afrique 12/02/18)
Le parti de l'opposition, le PDS d'Abdoulaye Wade, doit désigner son représentant pour la présidentielle de 2019 lors de son prochain congrès en juin 2018. Pour le moment Karim Wade est favori mais son exil pourrait le fragiliser. Le PDS doit tenir son prochain congrès en juin prochain. À six mois de la présidentielle, prévue début 2019, celui-ci sera déterminant pour le choix du candidat du premier parti d’opposition à Macky Sall. Pour ses soutiens, aucun doute : Karim Wade sera confirmé (et présent) à ce rassemblement qui consacrera son retour sur le devant de la scène politique sénégalaise. Selon un de ses ex-collaborateurs, les jeunes partisans des mouvements « karimistes » – qui ont émergé lors de son incarcération, entre...
(Jeune Afrique 12/02/18)
Macky Sall est arrivé à Nouakchott jeudi 8 février pour une visite de deux jours à l’invitation de Mohamed Ould Abdelaziz. Sur le dossier de la pêche, qui envenime les relations entre le Sénégal et la Mauritanie, les deux chefs d'État ont affirmé leur volonté de signer un protocole d’accord "d’ici fin mars 2018. La mort du jeune pêcheur sénégalais Serigne Fallou Sall, 19 ans, tué samedi 27 janvier par des garde-côtes mauritaniens, a jeté une lumière crue sur la tension régnant entre les deux pays dans la gestion des activités de pêche. Ces dernières années, les nouvelles de pêcheurs tués et d’arraisonnements d’embarcations, en majorité originaires du célèbre port traditionnel Guet Ndar à Saint-Louis, dans le nord-ouest du Sénégal,...
(Jeune Afrique 12/02/18)
La confrérie religieuse des mourides a une influence certaine sur la vie politique sénégalaise. Chose que le clan Wade ne semble pas ignorer. Abdoulaye Wade, du temps où il était au pouvoir, avait apporté un soin particulier à la puissante confrérie mouride, à laquelle il avait prêté allégeance. Et ce n’est pas un hasard si son fils, Karim, s’est fendu d’un long communiqué de condoléances, le 11 janvier 2017, après l’annonce de la mort du khalife général. « Son soutien de tous les instants, ses prières et autres marques d’attention et d’affection à mon égard ont été une véritable source de réconfort durant ces années de persécution, de détention arbitraire et d’instrumentalisation de la justice », écrit-il. Karim Wade, dont...
(AFP 10/02/18)
Plus d'un millier de partisans de l'opposition sénégalaise ont manifesté vendredi à Dakar pour exiger une organisation équitable de l'élection présidentielle de 2019, ont constaté des journalistes de l'AFP. La manifestation rassemblait des formations de l'opposition qui boycottent le dialogue politique lancé en novembre par le président Macky Sall sur l'organisation de ce scrutin, prévu en février 2019. Les participants brandissaient des pancartes sur lesquelles ils réclamaient notamment leurs cartes d'électeurs. Pendant la campagne pour les élections législatives du 30 juillet, l'opposition avait accusé le pouvoir de délivrer de manière sélective les cartes d'identité biométriques nécessaires au vote...
(RFI 10/02/18)
Un millier de personnes environ ont marché vendredi après-midi 9 février à Dakar aux côtés de l'opposition. Cette manifestation, autorisée par le préfet, est la première réunissant plusieurs tendances de l'opposition depuis la dispersion par la police d'un autre rassemblement, interdit celui-ci, en octobre 2016. Les représentants demandent aujourd'hui, à un an de la présidentielle, un consensus entre majorité et opposition sur le processus électoral. L'opposition sénégalaise estime qu'il n'y a pas de consensus autour du processus électoral et que le dernier scrutin, les législatives de juillet 2017, se sont déroulées dans un manque total de transparence. « Il y a un réel depuis ce qu’on a vu durant les législatives, témoigne Guy Marius Sagna, de l'Initiative pour des élections...
(APA 10/02/18)
APA-Dakar (Sénégal) - L'opposition politique sénégalaise a marché, vendredi après-midi à Dakar, pour exiger des élections transparentes, entre autres doléances, a constaté APA. Cette marche, à l'appel du Parti démocratique sénégalais (PDS, opposition majoritaire à l'issue des législatives de 2017) et des membres du Front "Initiative pour des élections démocratiques" (IDE, opposition) a emprunté un itinéraire autorisé par le Préfet de Dakar. La procession a vu la participation de plusieurs leaders de l'opposition tous vêtus de tee-shirts rouges assortis de casquettes et brassards de même couleur.
(Le Monde 10/02/18)
C’est un pas décisif vers l’exploitation de l’un des plus vastes champs gaziers d’Afrique de l’Ouest. Vendredi 9 février, au second jour d’une visite officielle du président sénégalais et de quatre de ses ministres en Mauritanie, un accord de coopération intergouvernemental (ACI) a été signé entre les deux Etats. Portant sur l’exploitation du gisement de Grand Tortue Ahmeyin (GTA), cet accord est le fruit d’une « volonté commune d’intensifier la coopération dans le secteur de l’énergie », indique un communiqué conjoint des deux gouvernements. Situé à environ 125 kilomètres au large de la ville de Saint-Louis (Sénégal), à cheval sur la frontière maritime sénégalo-mauritanienne, ce gisement contiendrait des réserves de gaz estimées à 450 milliards de mètres cubes, ce qui...
(RFI 10/02/18)
Après les accolades à l'aéroport ce jeudi soir, place aux gros dossiers entre le Sénégal et la Mauritanie. Le président Macky Sall est à Nouakchott pour une visite de travail chez son voisin. Au menu des discussions, la question de la pêche, avec le renouvellement des accords caducs depuis deux ans, et le projet d’exploitation de gaz à la frontière. Ces deux dossiers, qui sont eu cœur de la visite de Macky Sall en Mauritanie, ont certainement été au centre du tête-à-tête, ce vendredi matin, entre les deux chefs d'Etat. Ces dernières années, Kosmos Energy a découvert plusieurs champs de gaz dans la région, dont un à la frontière entre les deux pays. Ce réservoir baptisé Tortue est très prometteur...
(AFP 10/02/18)
APA-Nouakchott (Mauritanie) - Un accord de pêche entre la Mauritanie et le Sénégalais sera signé avant fin mars prochain, selon le communiqué final sanctionnant la visite de travail du président sénégalais Macky Sall en Mauritanie qui prend fin ce vendredi. Au cours de cette visite, M. Sall et son hôte Mohamed Ould Abdel Aziz ont discuté la question des conditions d’exploitation des ressources de pêche et ont donné les instructions à leurs ministres respectifs chargés de ce domaine de prendre toutes les mesures de nature à consolider la coopération en la matière, a indiqué le communiqué rendu public vendredi à Nouakchott. Un pêcheur sénégalais avait été tué récemment par des gardes-côtes mauritaniens, ce qui a conduit des manifestants sénégalais à...
(RFI 10/02/18)
Fin ce vendredi de la troisième semaine du procès de Khalifa Sall à Dakar. La défense du maire de la capitale sénégalaise a demandé l’audition de 20 témoins. Les premiers ont été entendus ce vendredi. Khalifa Sall, soupçonné notamment de détournement de deniers publics, risque une peine de 10 ans de prison s’il est reconnu coupable. L'élu cherche donc à convaincre le tribunal qu’il n’a rien fait d‘illégal, que les fonds qui étaient mis à sa disposition chaque mois, 30 millions de francs CFA, sont des fonds politiques. Pour l’Etat, il y a détournement de deniers publics. La défense a appelé à la barre des poids lourds de la vie politique locale. Deuxième adjoint au maire de Dakar, Moussa Sy...
(AFP 10/02/18)
Un ressortissant bissau-guinéen a été tué jeudi et deux blessés en se rendant à un pèlerinage musulman dans le sud-est du Sénégal au cours 'affrontement avec des douaniers sénégalais à la frontière, ont indiqué vendredi les autorités sénégalaise. Le bilan est de "un tué et deux blessés", a indiqué à l'AFP un porte-parole de la gendarmerie sénégalaise, Ibrahima Ndiaye, sans donner plus de détails. Les victimes faisaient partie d'un groupe se rendant en bus à Médina Gounass, un site de rassemblement religieux annuel à environ 530 km au sud-est de Dakar. "Arrivés au poste-frontière de Nianao, des douaniers sénégalais ont demandé de payer un passavant fixé à 2.500 FCFA pour chaque véhicule", a raconté à l'AFP un rescapé s'exprimant sous...
(APA 10/02/18)
APA-Dakar (Sénégal) - Le projet pilote de renforcement de la sécurité alimentaire, nutritionnelle et de la résilience face aux chocs climatiques dans les communes de Fimela (Fatick, centre) et Cambérène (Dakar, ouest) à travers des systèmes alimentaires territorialisés (SAT) a été lancé, vendredi à Dakar, a constaté APA. Selon Yaya Sow, directeur de cabinet du ministre de la Gouvernance territoriale, du Développement et de l'Aménagement du Territoire (Mgtdat), ce projet est en parfaite cohérence avec l’Acte 3 de la Décentralisation et le Plan Sénégal Emergent (PSE). «A travers l'Acte 3 de la décentralisation, le Gouvernement veut booster le développement économique et durable des collectivités locales tout en faisant de la Sécurité alimentaire et nutritionnelle une priorité. D’où l’importance capitale que...
(AFP 09/02/18)
La Mauritanie et le Sénégal ont signé vendredi un accord de coopération pour l'exploitation d'un important champ gazier off-shore, a constaté un correspondant de l'AFP. Dakar et Nouakchott se sont en revanche donné jusqu'à fin mars pour régler leur différend pour le partage des ressources halieutiques, cause de tensions après la mort récente d'un pêcheur sénégalais. L'accord de coopération intergouvernemental (ACI) portant sur l’exploitation du champ gazier "Grand Tortue - Ahmeyim" (GTA), à cheval sur la frontière maritime entre les deux pays, a été signé au second jour d'une visite à Nouakchott du président sénégalais Macky Sall...
(Jeune Afrique 09/02/18)
Trois semaines après l'ouverture du procès du député et maire de Dakar, les débats ont, enfin, abordé le fond de l'affaire, ce mardi 6 février. Khalifa Sall et ses coprévenus comparaissent devant la justice sénégalaise notamment pour "détournement", "associations de malfaiteurs", "blanchiment". Le moment tant attendu dans le procès de Khalifa Sall et de ses co-prévenus est enfin arrivé. Khalifa Sall s’est expliqué mardi sur les accusations qui pèsent sur lui, parmi lesquelles « détournement », « association de malfaiteurs », « faux et usage de faux », « blanchiment ». Le maire de Dakar est resté sur la même ligne que ses agents, qui sont passés avant lui à la barre : la « caisse d’avance » de la...
(Jeune Afrique 09/02/18)
En visite le week-end dernier à Saint-Louis, au Sénégal, Emmanuel Macron a annoncé une aide de 15 millions d’euros pour financer la construction d’une digue contre l’érosion côtière. Un projet aux allures de solution d’urgence, qui révèle le manque de préparation des autorités sénégalaises pour faire face au phénomène, selon Souleymane Niang, géologue local. Sous les vivats de la foule, le président Emmanuel Macron a promis samedi 3 février l’aide financière de la France dans la lutte contre l’érosion côtière à Saint-Louis. Classée au patrimoine mondial de l’Unesco, l’ancienne capitale coloniale vit sous la menace sourde de l’élévation du niveau de la mer.
(AFP 09/02/18)
APA-Nouakchott (Mauritanie) - Le président sénégalais Macky Sall est arrivé jeudi soir à Nouakchott pour une visite de travail de deux jours en Mauritanie, a-t-on constaté sur place à Nouakchott, la capitale mauritanienne. M. Sall a été accueilli à l’aéroport international de Nouakchott Oummoutounsi par son homologue mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz accompagné du premier ministre Yahya Ould Hademine. Généralement fraternelles et cordiales, les relations entre Nouakchott et Dakar ont été mises à l’épreuve après la mort, il y a une vingtaine de jours, d’un pêcheur sénégalais tué par les garde-côtes mauritaniens. Des manifestants en colère dans la ville de Saint-Louis du Sénégal ont réagi en pillant quelques boutiques de ressortissants mauritaniens. Selon des observateurs, la présente visite de Macky...
(La Tribune 09/02/18)
Quoi de mieux qu’une rencontre au sommet pour régler les différends entre deux pays ? A Dakar comme à Nouakchott, on s’est résolu à croquer les pommes de discordes dans la diplomatie. A l’invitation du président mauritanien, Macky Sall est attendu ce jeudi 8 février à Nouakchott pour une visite de deux jours. La tension dans les relations entre les deux pays va peut-être finir par se relâcher. C'est une diplomatie de coulisses rondement menée qui va amener Macky Sall à fouler, ce jeudi 8 février, le sol mauritanien. Alors que les projecteurs médiatiques étaient branchés sur la visite dakaroise d'Emmanuel Macron, un discret émissaire du président Mohamed Ould Abdelaziz venait confirmer avec les cachets et assurances officiels, ce qui...
(Xinhua 09/02/18)
Le président sénégalais, Macky Sall, est attendu ce jeudi à Nouakchott pour une visite de travail au cours de laquelle l'exploitation commune du gaz off shore et les questions liées à la pêche seront débattues. D'importants gisements de gaz, découverts depuis plus de deux ans sur la frontière maritime des deux pays, devront être sous peu exploités par la compagnie américaine Kosmos Energy. Les chefs d'Etat sénégalais et mauritanien auront également à débattre de la très sensible question de la pêche et des licences accordées par la Mauritanie aux pêcheurs traditionnels sénégalais. Depuis, les relations entre les deux pays connaissent des épisodes "peu fraternels", selon l'expression de journalistes mauritaniens, notamment après un tir de la marine mauritanienne qui a coûté...
(Agence Ecofin 09/02/18)
Au Sénégal, la campagne 2017/2018 de commercialisation d’arachide est bloquée dans la région de la Casamance, rapporte l’APS. Cette situation est la conséquence du non-paiement par la Société nationale des oléagineux du Sénégal (SONACOS.SA), d’une facture de 6 milliards FCfa aux opérateurs privés stockeurs d’arachide, responsable de la collecte de la graine. « Nous avons ramassé les graines des paysans. Ces derniers courent derrière nous. Mais nous aussi nous courons derrière la SONACOS qui ne nous a pas encore remboursés, pour qu’on puisse honorer nos dettes. Les opérations de paiement sont bloquées depuis le 10 janvier.», indique Lansana Konté, porte-parole des opérateurs de la région. Pour rappel, les autorités sénégalaises anticipent une récolte de 1,4 million de tonnes d’arachide en...
(Agence Ecofin 09/02/18)
Au Sénégal, la Sonacos a annoncé par la voix de son directeur général Pape Dieng (photo), qu’elle envisageait de s’orienter vers le raffinage de l’huile d’arachide brute et sa vente sur le marché intérieur sénégalais, indique l’APS. Cette nouvelle approche qui tranche avec la démarche traditionnelle tournée vers l’exportation de graine ainsi que de l’huile d’arachide brute, s’explique selon le responsable, par le mouvement à la baisse des cours mondiaux de l’oléagineux. Elle devrait permettre à la compagnie publique de réaliser un résultat bénéficiaire de 12 milliards FCfa d’ici 2 ans. « Les flux de liquidités qui seront dégagés sur la période, seront suffisants pour assurer le financement, la réhabilitation et la modernisation de notre outil industriel de production.», fait...

Pages