Vendredi 22 Septembre 2017

Appel au dialogue : le parti d’Habib Sy suggère la nomination d’une autorité indépendante

Appel au dialogue : le parti d’Habib Sy suggère la nomination d’une autorité indépendante
(APS 05/09/17)

Le comité de stratégie du parti Espoir et modernité /Yaakaar U réew Mi, une nouvelle formation politique créée par l’ancien ministre Habib Sy, suggère la nomination d’une ‘’Haute Autorité indépendante, chargée de faciliter le dialogue entre le pouvoir, l’opposition et la société civile’’.

Dans un communiqué parvenu à l’APS, il précise que cette nomination doit être faite par le président de la République ‘’en accord avec l’opposition’’ et souligne que ‘‘la personne nommée à cette fonction devra être d’une neutralité incontestée’’.

Le Comité dit en effet accueillir ‘’avec beaucoup d’intérêt’’ la déclaration du chef de l’Etat, appelant à un dialogue national, après la prière de la Tabaski à la grande mosquée de Dakar.

Il ‘’engage le PEM/Yaakaar u Réew Mi à ‘’étudier avec une attention particulière’’ l’appel au dialogue du président de la République.

Pour ‘’un dialogue sincère, inclusif, pérenne et d’un intérêt certain pour le peuple sénégalais’’, le comité de stratégie du PEM propose un processus et un canevas en vue de la mise en œuvre de ce dialogue.

Outre la nomination d’une Haute Autorité indépendante, chargée de faciliter le dialogue entre le pouvoir, l’opposition et la société civile, le parti d’Habib Sy propose la définition de termes de référence du dialogue, d’un commun accord entre le pouvoir, l’opposition et la société civile, sous la supervision de la Haute Autorité.

Il prône aussi l’organisation de réunions sectorielles sur les différents thèmes des termes de référence, un séminaire de trois jours, sous la présidence de la Haute Autorité pour valider les conclusions issues des réunions sectorielles.

Le comité suggère également la formulation des conclusions consensuelles en lois ou règlements, précisant que ‘’le déroulement de l’ensemble du processus ne devrait pas dépasser trois (03), voire quatre (04) mois’’.

‘’A la fin du processus, souligne-t-il, le chef de l’Etat devra entamer un dialogue direct avec les leaders de l’opposition la plus significative et la plus représentative, ainsi que ceux de la société civile sur d’autres questions d’intérêt national, telles que l’exploitation et la gestion des ressources naturelles.’’

Commentaires facebook