Samedi 16 Décembre 2017
(Jeune Afrique 12/12/17)
Samedi, l’artiste ivoirien DJ Arafat a refusé de monter sur scène à Dakar, accusant le promoteur de ne pas avoir assez mobilisé ses fans. Defko Africa, la structure organisatrice, a porté plainte et l'artiste ivoirien a reçu une convocation dans l'hôtel où il loge toujours, à Dakar. Il devait être sur scène à 21h. Jusqu’à minuit, les fans sénégalais de DJ Arafat l’attendaient encore sur la Place du Souvenir Africain. En coulisse, les promoteurs négocient avec la star ivoirienne du coupé-décalé. Trente minutes plus tard, Omar Kandé, directeur général de Defko Africa, s’adresse au public. Le concert est annulé à cause d’un « malentendu » avec l’artiste. Les billets seront remboursés… Que s’est-il réellement passé...
(RFI 11/12/17)
Dakar accueille actuellement la 6e édition de Parcours, l'autre grande rencontre d'art contemporain après la Biennale sénégalaise. Le Parcours propose de redécouvrir, pendant 10 jours, les grands centres artistiques de Dakar avec des expositions inédites et ainsi connecter les galeries de la capitale sénégalaise. Les vernissages ont lieu quartier par quartier à des heures différentes pour que les amateurs puissent circuler à pied à travers la capitale sénégalaise pour rejoindre les galeries. « On s’est réunis pour créer une espèce de "network" entre les galeries. Et de là est venue l’idée qu’on pourrait faire une manifestation loin de la Biennale, mais qui, quand même, se pose dans le calendrier culturel », explique Mauro Petroni, artiste céramiste, et l'un des créateurs...
(RFI 17/11/17)
A l’occasion de sa venue à Paris avec le Super Étoile de Dakar pour « Le Grand Bal » organisé samedi 18 novembre à Bercy (Accor Hotels Arena) et dont RFI est partenaire, Youssou N’Dour est l’invité d’honneur de la radio mondiale jeudi 16 novembre. Tout au long de la journée, l’artiste sénégalais à la renommée internationale, auteur-compositeur, interprète, musicien et homme politique, revient sur son parcours et livre aux auditeurs son regard sur l’actualité. Les horaires indiqués sont en...
(RFI 09/11/17)
Au Sénégal, le Grand Magal de Touba s'est terminé cette nuit. Les fidèles mourides sont venus prier jusqu'au petit matin devant le mausolée du fondateur de cette puissante confrérie Cheikh Ahmadou Bamba. En 1895, arrêté par les colons français, le chef de Mourides était envoyé en exil au Gabon, le Magal commémore chaque année ce départ forcé. Une célébration religieuse, mais également très populaire où il est important de partager. On vient de loin pour participer au Grand Magal, pour...
(RFI 08/11/17)
La ville de Touba, dans le centre du Sénégal accueille, ce mercredi 8 novembre, entre deux millions et trois millions de fidèles. Pour les membres de la confrérie mouride, ce pèlerinage annuel est l'occasion de saluer la mémoire de Cheikh Ahmadou Bamba (1853-1927). L'entrée nord de la ville sainte des Mourides au Sénégal se fait par une immense porte. Dans une intense frénésie, comme attirés par un aimant, les fidèles foncent vers Touba, à l'instar de Mamadou, âgé de 25...
(Le Point 07/11/17)
Troisième journée des Ateliers de la pensée, à l'université Cheikh-Anta-Diop : quand "l'impensable" de la violence s'exprime par les corps, et sur scène le soir. Pas une minute de répit du 1er au 4 novembre pour les participants au programme marathon de la seconde édition des Ateliers de la pensée, à Dakar. Ils sont cette année près de soixante à intervenir en partie à huis clos, en partie face au public, plus largement lors des deux « nuits de la...
(Jeune Afrique 03/11/17)
Il y a tout juste quatre ans, la journaliste de Radio France International Ghislaine Dupont et son collègue technicien Claude Verlon étaient assassinés à Kidal, dans le nord du Mali, par Al-Qaida au Maghreb islamique. À Dakar, en hommage aux deux disparus, l'association des "Amis de Ghislaine Dupont et Claude Verlon" à inauguré une exposition de dessins de presse. À l’occasion du quatrième anniversaire de leur assassinat, l’association réunissant les amis de Ghislaine Dupont et Claude Verlon organise à l’Institut...
(Le Point 31/10/17)
Les artistes et le public seront plus nombreux à la seconde édition de l'Afrique qui pense le monde, annonce Felwine Sarr, cofondateur avec Achille Mbembe des Ateliers la pensée. Une soixantaine d'intervenants se retrouvent à Dakar à l'initiative de Felwine Sarr et Achille Mbembe pour la seconde édition des Ateliers de la pensée recentrés sur la capitale et non plus à Saint-Louis-du-Sénégal. Entre-temps, les Actes de la première ont paru sous le titre « Écrire l'Afrique monde » (co-édition Philippe...
(Le Monde 27/10/17)
Dans la capitale sénégalaise, les femmes disposent d’un véritable arsenal d’objets érotiques mêlant odeurs, sons, romantisme et expressions salaces. Dakar. Une femme mariée de 48 ans : « Le sexe, ça se prévoit. Le matin, quand mon mari se réveille, je lui tapote le pénis puis je lui dis, en faisant comme ça [l’index pointé vers son sexe, menaçant] : “Ce soir, t’es mort”. Ici, les femmes doivent savoir provoquer leur mari. Tu fais ça dès le matin, et toute...
(RFI 12/10/17)
Au Sénégal, c’est un artiste, un maître du jazz à ne pas rater car s’il est Sénégalais, Hervé Samb vit depuis vingt ans entre Paris et Dakar. Parti à l’aventure avec sa guitare, cet éternel curieux vient présenter son dernier disque « Teranga » chez lui au public sénégalais. Hervé Samb va justement enchaîner les dates à Dakar, Saint Louis, Richard Toll et Kaolack. Rencontre. Lire la suite sur: http://www.rfi.fr/afrique/20171012-reportage-jazzman-herve-samb-presente...
(Agence Ecofin 02/10/17)
Il y a quelques jours, le bureau sous-régional ouest africain de la Commission économique des Nations Unies pour l’Afrique (BSR-AO/CEA) a créé, en collaboration avec la Cedeao et l’Uemoa, un Réseau de journalistes spécialisés sur les questions de développement économique, social et environnemental. Présenté à l’occasion d’une rencontre tenue à Dakar, du 28 au 29 septembre 2017, ce réseau a pour objectif de favoriser la collaboration entre les médias de la sous-région pour informer efficacement les populations des Etats membres...
(AFP 12/09/17)
Deux artistes africains, la star de la musique sénégalaise Youssou N'Dour et le sculpteur ghanéen El Anatsui, font partie des lauréats du 29e Praemium Imperiale, considéré comme le "Nobel des arts" qui récompense aussi cette année la légende de la danse Mikhail Baryshnikov. Ce prix prestigieux, dont le palmarès a été annoncé mardi à Paris, a été créé en 1988 par la Japan Art Association. Chacun des cinq lauréats recevra la somme de 15 millions de yens (environ 117.000 euros)...
(Jeune Afrique 31/08/17)
À 35 ans, la Franco-Sénégalaise Penda Diouf est écrivaine et directrice d’une médiathèque en banlieue parisienne. Son label, Jeunes Textes en liberté, défend la diversité au théâtre. Penda Diouf a écrit sa première pièce à 19 ans sans jamais être allée au théâtre. Elle vit alors chez ses parents à Dijon, sa ville natale. « Je venais d’avoir un ordinateur, je me suis dit “vas-y” », se souvient-elle. Un pain au chocolat et un verre de lait sont posés sur...
(RFI 21/08/17)
Il faut sauver l’Ecole des sables du Sénégal. Les gérants de cette école de danse contemporaine lancent un appel à l’aide aux autorités sénégalaises, aux artistes, à l’Afrique. L’avenir est incertain pour le prestigieux établissement situé au sud de Dakar. Née de la volonté de la danseuse Germaine Acogny, voilà pourtant près de 20 ans que l'école des sables réunit ce qui se fait de meilleur en matière de danse contemporaine africaine. Pour faire vivre cet espace, 200 000 euros...
(Le Monde 14/07/17)
A l’occasion du Festival gnaoua d’Essaouira, le Sénégalais défend le rôle de la musique dans la mobilisation contre l’extrémisme religieux sur le continent. Le musicien sénégalais Ismaël Lo, l’une des têtes d’affiche de la 20e édition du Festival gnaoua et musiques du monde qui s’est achevée le 2 juillet à Essaouira, au Maroc, explique au Monde Afrique le rôle et la place de la musique dans la mobilisation contre la menace terroriste en Afrique. Pour lui, cette lutte passe aussi...
(Jeune Afrique 24/06/17)
Ses œuvres sont exposées partout et présentes dans les collections les plus prestigieuses. Pourtant, la « potière de Casamance » vit toujours dans son village de Bignona, entourée d’une fascinante aura de mystère... Portrait d’une artiste fondamentale – premier d’une série de documents consacrés à trois femmes puissantes du continent*. Âgée d’environ 75 ans, Seyni Awa Camara, la « magicienne de la terre » de Bignona (Basse-Casamance), n’a cessé de produire ses sculptures anthropomorphes en terre cuite évoquant la maternité...
(Le Point 02/06/17)
Il n'était pas facile de cohabiter avec la Biennale de Dakar, pionnière de l'art contemporain en Afrique et véritable mastodonte culturel. La manifestation qui a lieu sur l'île de Gorée, lieu le plus visité du Sénégal, et qui se tenait d'abord tous les ans en mai, alterne finalement avec la fameuse Biennale de Dakar. Bien lui en a pris puisque, lors de sa onzième édition, l'île de Gorée a été un écrin pour plus de soixante-dix artistes dont les œuvres...
(RFI 30/05/17)
On connaît Felwine Sarr, auteur d’« Afrotopia », et son goût pour les idées, mais moins sa passion pour la musique, qu’il a transmise à sa fratrie. De la patience, Majnun « le fou errant » n’en manque pas assurément. Sahad & The Nataal Patchwork non plus. Il aura fallu dix ans au premier et sept ans au second pour sortir leur premier album. Kindépili pour Majnun et Jiw pour Sahad & The Nataal Patchwork. De longues années pendant lesquelles...
(SeneNews 16/05/17)
Le président Macky Sall a fait hier une révélation Sall sur les dépenses du Fesman (Festival mondial des arts nègres). Une prédation financière jamais connue sous le Sénégal indépendant. Le président de la République a révélé avant-hier, pour répondre à ses détracteurs, que 105 milliards de F CFA avaient été engloutis dans un «Festival de danse» en parlant du Festival mondial des arts nègres (FESMAN) organisé sous son prédécesseur, Abdoulaye Wade, qui avait confié la gestion à sa fille, Sindiély...
(APA 16/05/17)
Le Salon international de l’artisanat de Dakar (SIAD) est le « lieu le plus propice d’échanges et de partage des valeurs culturelles entre le Sénégal et le Maroc », a déclaré lundi à Dakar, le secrétaire d’Etat de l’Artisanat et de l’Economie sociale du Maroc, Mme Jamila El Mossalli, dont le pays est l’invité d’honneur de la manifestation. Intervenant lors de la cérémonie officielle d’ouverture du SIAD, elle a loué la solidité et l’ancienneté des relations culturelles entre le royaume...

Pages