Mardi 22 Août 2017

Sénégal : Dix mesures officielles pour lutter contre l’insécurité routière

Sénégal : Dix mesures officielles pour lutter contre l’insécurité routière
(APA 17/03/17)
Photo d'archives

APA - Dakar (Sénégal) - Face à la recrudescence des accidents de la circulation meurtriers, le gouvernement sénégalais a pris dix mesures ‘’d’application immédiate’’, censées lutter contre l’insécurité routière, grâce notamment à un contrôle draconien sur les véhicules et les deux roues.

Selon un communiqué de presse publié mercredi soir par le ministère des Infrastructures, des Transports terrestres et du Désenclavement, il sera procédé, par les services compétents de l’Etat, à ‘’l’immobilisation et à la mise en fourrière de toute véhicule en circulation dont le propriétaire n’a pas présenté son véhicule à la visite, sans motif valable, à l’expiration du délai de visite technique’’.

La mise en fourrière concernera aussi les véhicules dont ‘’l’état de vétusté est tel que la circulation compromettrait gravement la sécurité des personnes ou des biens’’.

A ce sujet, le gouvernement sénégalais a décidé de ‘’faire constater par un expert chargé des visites, les réparations à effectuer’’, sur le véhicule mis en cause.

En ce qui concerne les opérations de mutation de Dakar vers les régions pour les véhicules de transport public interurbain de voyageurs et de marchandises, elles sont suspendues à titre provisoire sur le territoire national.

Par ailleurs, ‘’il est formellement interdit toute transformation de véhicule destiné au transport de marchandises (fourgons, fourgonnettes, camions, etc.) en véhicule de transports de passagers’’

Le gouvernement bannit aussi les ‘’les transformations des véhicules d’origine destinées à augmenter les places assises pour les passagers ou à créer des porte-bagages supplémentaires’’.

Les surcharges de personnes et de bagages sont rangés dans les catégories des mesures à ‘’tolérance zéro’’ pour l’ensemble des véhicules.

Pour les conducteurs de transport urbain de passagers et taxis urbains, le conducteur doit être âgé au minimum de 25 ans.

L’âge minimum requis pour l’obtention du permis de conduire pour les conducteurs de véhicules de transport public interurbain de passagers et de marchandises est fixé à 30 ans.

Autres mesures, tous les véhicules motorisés à deux roues doivent se faire immatriculer gratuitement. Le port de casque devient obligatoire

‘’Les infractions relatives à l’usage du téléphone au volant, au port de la ceinture de sécurité, à l’excès de vitesse, au respect de la signalisation horizontale et verticale se verront appliquer rigoureusement les dispositions du Code de la route.

Les accidents de la route sont fréquents au Sénégal et sont généralement causés par l’indiscipline des conducteurs et le mauvais état des véhicules, selon les autorités officielles.

Plusieurs accidents meurtriers ont été notés sur différents axes routiers du pays, en ce début d’année 2017.

Le dernier en date est survenu le 5 mars dernier à Saint-Louis, faisant 19 morts dans des conditions atroces. Le véhicule de transport en commun a pris feu lors d’un choc avec un camion-citerne transportant des hydrocarbures.

Commentaires facebook