Mercredi 13 Décembre 2017

« Les gardiens nous frappaient tous les jours » : 136 Sénégalais de retour de l’enfer libyen

« Les gardiens nous frappaient tous les jours » : 136 Sénégalais de retour de l’enfer libyen
(Jeune Afrique 17/11/17)

Sur la route pour l'Europe, des milliers de Sénégalais se retrouvent captifs du chaos libyen. Les autorités tentent de rapatrier les volontaires au retour. Une centaine d'entre eux sont arrivés mardi soir à l'aéroport Léopold-Sédar-Senghor.

Assis en face du hangar des pèlerins, où transitent habituellement les fidèles sénégalais pour le Hadj, Patrice attend patiemment l’arrivée d’un vol charter en provenance de Tripoli, qui doit atterrir d’un instant à l’autre. Les 136 migrants à bord font le voyage de retour au pays, après avoir échoué à rejoindre l’Europe. « Cinq de mes cousins sont à l’intérieur, précise Patrice, d’une voix éraillée. C’est pour cela que je suis venu ce soir. »

Une semaine plus tôt, il avait fait le même trajet de Tripoli – Dakar en charter. L’épilogue de son « aventure », comme il l’appelle, qui avait débuté dix mois plus tôt par la traversée du Sénégal, du Burkina Faso, et du Niger, jusqu’à son arrivée en Libye.

S’ensuit alors un long cauchemar éveillé, où il se retrouve à la merci de passeurs et d’autorités sans scrupules. Sa femme, installée en France avec son enfant, lui envoie régulièrement de l’argent pour le faire libérer de ses ravisseurs. Mais comme des milliers dautres migrants, son rêve d’Europe trébuche sur les rives de la Méditerranée.

Lire la suite sur: http://www.jeuneafrique.com/493589/societe/les-gardiens-nous-frappaient-...

Commentaires facebook