Jeudi 18 Janvier 2018

Jeunes tués en Casamance : « L’hypothèse d’un conflit autour du trafic de bois est crédible »

Jeunes tués en Casamance : « L’hypothèse d’un conflit autour du trafic de bois est crédible »
(Jeune Afrique 13/01/18)

L'armée sénégalaise poursuit ses opérations en Casamance, pour retrouver les auteurs du massacre de 14 jeunes bûcherons, samedi dernier, dans la forêt de Bourofaye. Si le mobile du meurtre demeure incertain, certains indices laissent à penser qu'il pourrait être lié au trafic illicite de bois dans la région. Une hypothèse jugée crédible par Haïdar El Ali, militant écologiste et ancien ministre de l’Environnement, qui appelle à une criminalisation de la coupe illégale de bois.

Le meurtre d’un groupe de jeunes villageois par des hommes armés, samedi 6 janvier dans la forêt de Borofaye, en Casamance, a provoqué une vive émotion dans le pays. Depuis 2012, le calme était en effet revenu dans cette région marquée par un conflit qui perdure depuis plus de 35 ans entre différentes factions indépendantistes et les autorités de Dakar.
« Des blessés cherchant à s’enfuir ont été achevés »

Les faits se sont produits dans la forêt classée des Bayottes, où le trafic de bois est interdit. Un groupe de jeunes villageois a été attaqué par plusieurs hommes armés, qui n’ont pour l’instant pas été identifiés. « J’ai été arrêté par deux hommes armés dans la forêt. Ils m’ont contraint à leur remettre mon téléphone et à rejoindre d’autres personnes qui avaient été arrêtées avant moi », a raconté un rescapé, Amadou Diallo.

« Ils m’ont emmené en profondeur (dans la forêt) où attendait le gros de la troupe, composée d’une vingtaine de gens armés. Ces derniers nous ont intimé l’ordre d’enlever nos chaussures et de nous coucher, puis ils ont tiré sur nous avant de se retirer. Moi, je n’ai pas été touché », a rapporté le jeune homme. « Des personnes blessées cherchant à s’enfuir ont été achevées. »

Un premier bilan faisait état de 13 victimes, mais un nouveau corps a été découvert, portant le bilan à 14 morts. L’armée sénégalaise a annoncé avoir déployé d’importants moyens sur le terrain pour « ratisser » la zone et retrouver les meurtriers. L’enquête n’a, pour l’instant, pas permis d’identifier les agresseurs.

Lire la suite sur: http://www.jeuneafrique.com/509414/politique/jeunes-tues-en-casamance-lh...

Commentaires facebook