Mardi 22 Août 2017

Economie nationale la contribution du secteur de la peche au PIB evaluée A 3,2%

Economie nationale la contribution du secteur de la peche au PIB evaluée A 3,2%
(Sud Quotidien 13/06/17)

La secrétaire générale du ministère de la pêche et de l’économie maritime, Ndèye Tické Ndiaye Diop, a précisé que le secteur de la pêche contribue de l’ordre de 3,2% au Pib au lieu de 1,8% qui ne prenait en compte que la branche production. Elle s’exprimait hier, lundi 12 juin lors de la cérémonie d’ouverture de l’atelier de concertation sur les statistiques du secteur de la pêche organisé par l’Agence nationale de la statistique et de la démographie (Ansd).

La contribution du secteur de la pêche au Pib est de l’ordre de 3,2% en lieu et place de 1,8%. Cette précision est de la secrétaire générale du ministre de la pêche et de l’économie maritime, Ndèye Tické Ndiaye Diop qui présidait hier, lundi 12 juin l’atelier de diagnostic des statistiques du secteur de la pêche organisé par l’Agence nationale de la statistique et de la démographie (Ansd).

« La réalisation de l’étude compte satellite de la pêche maritime constitue un état de référence pour mesurer la contribution réelle du secteur dans l’économie nationale. Cette étude a révélé qu’en considérant toute la filière (production, valorisation et commercialisation), la contribution du secteur au Pib est de l’ordre de 3,2% au lieu de 1,8% qui ne prend en compte que la branche production », a-t-elle indiqué.

Elle signale, par ailleurs, que le gouvernement et les partenaires au développement reconnaissent la nécessité de disposer des statistiques fiables pour élaborer les politiques publiques et mieux planifier le développement. Ces données constituent, dit-elle, des éléments essentiels d’aide à la décision pour la mise en œuvre et le suivi des politiques publiques.

«Le ministère de la pêche et de l’économie maritime a très tôt compris cette importance des statistiques en mettant en place dès les années 60 un dispositif national de collecte avec la production régulière de résultats généraux synthétisant les principales informations tirées des statistiques collectées. Aujourd’hui, ce dispositif repose sur plus de 150 points de débarquement polarisés par les différents services régionaux des pêches et de la surveillance », a-t-elle fait savoir.

Selon elle, malgré tous ces efforts, le secteur reste confronté à des contraintes liées à la diversité des sources d’information, à l’actualisation de certains indicateurs et au manque de coordination dans la production des données. Cela se traduit, poursuit-elle, par une information statistique sectorielle limitée quantitativement et qualitativement.

Face à cette situation, et aux exigences en matière de développement des plans d’aménagement des pêcheries, la lettre de politique sectorielle de développement de la pêche et de l’aquaculture met un accent particulier sur le renforcement des capacités de production des données en vue d’améliorer l’offre statistique sectorielle, dans le cadre d’un système d’information central avec des indicateurs de performance fiables et pertinents.

Ndeye Aminata CISSE

Commentaires facebook