CAN U20 en Zambie Une spirale de forfaitures contre Koto et son ... | Africatime
Jeudi 27 Avril 2017

CAN U20 en Zambie Une spirale de forfaitures contre Koto et son ...

CAN U20 en Zambie Une spirale de forfaitures contre Koto et son ...
(Rewmi 20/03/17)
Joseph Koto

Joseph Koto et l’équipe nationale Junior qu’il manage ont réussi une soldatesque prouesse en Zambie. La qualification en finale a été un véritable exploit qui mérite d’être loué à l’applaudimètre, non seulement pour les performances réalisées pour la ténacité de l’équipe qui a tenu face à une spirale de forfaitures et d’actes de sabotage fomentés pour saper le moral des joueurs et leur barrer la route par des méthodes déloyales et non conventionnelles

Les amateurs du Football ont suivi le Sénégal à la Coupe d’Afrique des Juniors en Zambie, sans disposer d’informations sur le difficile séjour de Joseph Koto, du staff technique et des joueurs. Certes, les Koto’s boys ont tenu en haleine le public grâce à un génie footballistique qui fait le chœur des congratulations aussi bien des citoyens que des autorités de la République. Mais tout n’a pas été dit. Le séjour de Koto et de ses joueurs a été simplement une épopée, une véritable épreuve que l’Entraineur a surmontée en virtuose.

Une fois arrivé en Zambie, une conspiration a été fomentée contre l’équipe nationale, de l’aéroport aux lieux d’hébergement en passant surtout par le terrain de football. Le droit de s’entrainer sur le terrain et de préparer les matchs a été refusé aux joueurs. Des pratiques mystiques au moyen d’un fétichisme d’arrière-garde ont été mises en selle dans le but de saper le moral des joueurs et de briser leurs élans.

Des caméras ont été fixées sur Koto, épiant ses moindres gestes, y compris sa communication téléphonique. Il en a fait fi, posant un regard capillaire sur ses Lionceaux pour qu’ils fassent entendre leur rugissement. Des contre-vérités ont été diffusées sur un prétendu mysticisme. Il n’en est rien. Bien au contraire ! Une fois sur le terrain, le staff technique a constaté moult pièces de monnaie noircies et ensanglantées, éparpillées sur toute la pelouse. Ses membres ont affronté ce mysticisme en ramassant ces atrabilaires pièces de monnaie pour les rendre coup sur coup. Des images sont parvenues au Sénégal avec des effets ostentatoires qui attribueraient ces fâcheux actes au staff technique. Or, peu de journalistes sportifs ont été présents pour constater la vérité des faits.

Pire, l’arbitrage du 1er match mené par le Sénégal a été imposteur. Pour des raisons louches qui alimentent un soupçon, l’arbitre s’est singularisé par des dérives et des violations des règles contre le Sénégal. Badara Mamaya Sène en fut outré et n’a pas dissimulé sa colère. Constatant un arbitrage de forfaiture, la CAF s’est alors résolue à une décision qui mit cet arbitre hors terrain. Le match contre le Cameroun aurait pu se solder par un revers si les joueurs n’avaient pas tenu. Le Ministre camerounais des Sports s’est personnellement investi contre le Sénégal en mettant sur la table 20 millions à chaque joueur au cas où le Cameroun rapporterait la victoire. Mais le Sénégal releva triompha et ses supporters ont même frôlé le pire avec une menace brandie contre leur intégrité physique.

Avec une équipe intégralement renouvelée, l’équipe du Sénégal a fait face et a merveilleusement porté le drapeau national, surmontant coups bas, violation de règles et conspirations. La presse sénégalaise n’en a pas parlé, parce que n’ayant pas été largement présente pour constater les tracas subis par Koto et ses joueurs. La qualification du Sénégal a été donc auréolée de génie stratégique et mais aussi de foi et de hardiesse.

Pape Ndiaye

Commentaires facebook