Jeudi 19 Octobre 2017

Annee scolaire 2016/2017 : les parents d’élèves indignes

Annee scolaire 2016/2017 : les parents d’élèves indignes
(Sud Quotidien 09/08/17)

Pour l’année académique 2016/2017, les associations de parents d’élèves ne sont pas contentes de l’organisation du baccalauréat et du Brevet de fin d’études moyennes (Bfem). L’Union nationale des parents d’élèves et d’étudiants du Sénégal (Unapees) et la fédération nationale des associations de parents d’élèves et d’étudiants du Sénégal (Fenapes) s’indigent et exigent l’aboutissement des enquêtes sur les fuites constatées dans l’examen du premier diplôme universitaire.

BAKARY BADIANE, PRESIDENT DE LA FENAPES :«Les fuites n’honorent pas le Sénégal»

«C’est vrai que l’année 2016-2017 s’est bien déroulée. Toutes les dispositions ont été prises pour une année paisible. Dans une logique de maintenir ce climat durant toute l’année, le ministère de l’Education a organisé des rencontres avec le syndicat des enseignants. A partir de ces rencontres, le ministère a décidé désormais de tenir une rencontre chaque mois. Elle se tiendra un mardi chaque mois. Les enseignants et parents d’élèves ont pu assister à toutes les rencontres. Une initiative importante dans le but de maintenir ce climat paisible au niveau de l’école. Les fuites notées dans le Bac et les fraudes du Bfem n’honorent pas le Sénégal à l’échelle internationale. Cela va discréditer nos diplômes. L’Etat doit revoir en profondeur l’organisation de ces différents examens, pour éviter ce genre de débâcle dans le secteur de l’éducation. Néanmoins, nous de notre côté, on a prévu de faire des études pour apporter des solutions et même si l’Etat ne nous associe pas à la réflexion ».

ABDOULAYE FANE, PRESIDENT DE L’UNAPESS :«L’organisation du Bac et Bfem reflète les résultats catastrophiques»

Nous avons vécu une année paisible. Sans perturbations majeures observées. C’est le constat partagé par tous les Sénégalais. Nous félicitons tous les acteurs, tout en espérant que l’année prochaine puisse véritablement être meilleure que celle qui vient de s’écouler.

Ce sera grâce à la mobilisation des parties prenantes de l’Education nationale. Elles doivent s’impliquer davantage pour le bon fonctionnement du système éducatif sénégalais. Le gouvernement, notamment le ministère de l’Education nationale, doit organiser des réunions mensuelles pour amorcer toute velléité. Nouer le fil du dialogue en permanence. Les fuites du Bac et les fraudes du Bfem ont été la tache noire de cette année. L’Unapees demande des poursuites judiciaires dans le but de sanctionner tous les fautifs.

Si des fonctionnaires sont radiés au terme de l’enquête, il n’en demeure pas moins que des élèves fautifs doivent être sanctionnés et punis. Ils ne doivent pas faire l’examen pendant 5ans. Le déroulement chaotique des examens du Bac et Bfem reflète les résultats catastrophiques.

par Cheikh Sadibou SARR (Stagiaire) et I.BALDE

Cheikh SARR

Commentaires facebook