Vendredi 28 Juillet 2017

7eme passage du gouvernement à l’assemblée nationale: Dionne Deroule, l’opposition charge

7eme passage du gouvernement à l’assemblée nationale: Dionne Deroule, l’opposition charge
(Sud Quotidien 19/05/17)
Le Premier ministre Mahammed Boun Abdallah Dionne.

Le Premier ministre Mahammed Boun Abdallah Dionne a effectué hier, jeudi 18 mai son septième passage à l’Assemblée nationale pour répondre aux questions d’actualité des députés. Pour cet avant-dernier face à face, le Premier ministre et son gouvernement ont saisi l’occasion pour s’étaler sur certaines questions notamment la présence du riz en plastique au Sénégal, l’adoption du code de la presse, l’état des lieux du processus de la refonte du fichier. Quant à l’opposition, elle a saisi cette occasion pour charger à nouveau le gouvernement sur différents sujets.

DISTRIBUTION DES CARTES D’IDENTITÉ BIOMÉTRIE AVANT LES LÉGISLATIVES : Abdoulaye Daouda Diallo rassure

Tous les 6 millions de sénégalais inscrits sur les listes électorales obtiendront leur carte d’identité biométrie Cedeao couplée avec la carte d’électeur avant le 30 juillet. L’assurance est du ministre de l’intérieur et de la sécurité publique, Abdoulaye Daouda Diallo. Répondant hier, jeudi 18 mai, à une interpellation des députés sur l’état des lieux du processus de la refonte du fichier électoral notamment la situation de la confection des nouvelles cartes d’identité biométrie et le rythme de leur distribution, Abdoulaye Daouda Diallo s’est montré rassurant.
Il a indiqué que son département prendra toutes les dispositions pour permettre aux citoyens d’entrer en possession de ce document avant le jour des législatives.
Soulignant par ailleurs que plus d’un million de cartes déjà produites sont en état de distribution, Abdoulaye Daouda Diallo a annoncé également que les 550 commissions d’enregistrement des électeurs seront doublées pour faciliter la distribution des cartes d’identité et ce, jusqu’à à la veille des élections. Auparavant le ministre de l’intérieur qui a également rappelé que l’objectif initial de 4 millions d’électeurs est passé à 6 millions a dressé un bilan satisfaisant de la première phase de la refonte du fichier électoral.

BARTHELEMY DIAS, DEPUTE SOCIALISTE : «Le peuple reste sur sa faim»

«Cela était une plateforme pour le parti au pouvoir de faire de la politique. Ce qu’il faut retenir c’est que le peuple reste sur sa faim parce que le ministre de l’intérieur nous a effectivement indiqué qu’il y a eu 6 millions d’inscrits. Il y a eu selon les dires du ministre de l’intérieur 3 millions de cartes produites. Il n’a pas indiqué combien de cartes seront mises à disposition. Je voudrais dire que les chiffres de la coalition Mankoo Takhawou Sénégal sont de vrais chiffres. Sur 6 millions d’inscrits, aujourd’hui, il y a moins de 1 million de cartes qui ont été distribuées aux sénégalais et ça c’est inadmissible ! C’est la raison pour laquelle nous considérons que nous sommes toujours sur notre faim. D’autres questions ont été élaborées dont le pétrole et le gaz mais vous comprendrez que le premier ministre malheureusement n’a pas voulu aller dans le fond. Il s’agit d’accusations très sérieuses sur des détournements de ressources naturelles. La question qui est posée c’est de savoir est ce que ces accusations sont fondées ou pas. Je pense que si elles étaient infondées le procureur de la République serait autosaisi. A défaut, je pense que tout de même les personnes qui sont visées, ciblées ou accusées auraient dû porter plainte au moins pour diffamation. Ce qui n’est pas le cas. La question posée aujourd’hui au gouvernement par le peuple sénégalais est de savoir si ces ressources sont utilisées pour faire des deals sur le dos du peuple sénégalais ou pas. Mais pas de savoir si du pétrole ou du gaz ont été trouvés ou pas. Je pense que sur cette question, les sénégalais ne sont pas malheureusement pas satisfaits».

DEMBA DIOP, «DIOP SY» : «Nous sommes sortis de cette plénière satisfaits»

«Nous sommes sortis de cette plénière satisfaits. On a posé plusieurs problèmes que les gens sont en train de discuter dans la vie courante ou bien dans les villes. Il y’a des explications qu’on nous a fournies et qui sont très claires. Ces réponses permettront à tout un chacun d’analyser et de voir exactement mais aussi de faire la comparaison entre ce que les gens disent et la réalité. Cela nous permet également en tant que députés d’avoir des informations officielles parce qu’on avait que des informations issues de la presse. Dans d’autres domaines aussi, on a posé le problème sur lesquels l’État du Sénégal a reconnu qu’il y’a des carences. Par exemple, moi, j’ai posé un problème sur les sapeurs-pompiers notamment sur la défaillance au niveau de l’encadrement et le problème de leur sous équipement parce qu’il y’a eu beaucoup d’incendies dans le pays et des accidents de la circulation dont le bilan tourne autour de 336 morts cette année à moins d’un trimestre».

THIERNO BOKOUM : «Il ne s’agit rien d’autre, que d’une tribune politique donnée au gouvernement»

«Il faudra d’abord signaler quelque chose, vous avez tous observé que les députés ont eu deux réactions. La première, c’est de poser une question qu’ils ont déjà envoyé au Premier ministre. Cela ne sert à rien du tout. C’est des questions préparées. La deuxième réaction, c’est d’applaudir après que le Premier ministre ait fait sa campagne électorale, sa démonstration ou sa campagne déguisée, pour être clair. Il ne s’agit rien d’autres que d’une tribune politique donnée au gouvernement pour faire un bilan, travailler sur un bilan. Très franchement, c’est très dommage qu’on en arrive à ces situations-là. Nous avions dit que nous n’allions pas assister à ça, mais vous savez, quand on vous offre une scène de théâtre,vous avez le choix de venir ou de ne pas venir parce que vous savez que si vous venez vous ne verrez pas quelque chose de sérieux.
En tant que député, je n’ai jamais pu poser une question au Premier ministre tout simplement parce que la manière dont les choses sont organisées ne me permet pas de poser une question. Il n’y a pas de dialogue. C’est une discussion entre les mêmes personnes de la majorité. C’est la majorité qui discute avec la majorité. Ce n’est pas sérieux. C’est une mise en scène. L’autre aspect, c’est que nous avons entendu les réponses du Premier ministre et les membres du gouvernement. Mais sur pas mal de leurs réponses, ce n’est finalement que de la répétition, le ministre de l’intérieur qui vous dit qu’on a produit 3 millions de cartes et qu’on va essayer de distribuer, alors qu’en réalité, ils ont annoncé 6 199 000 inscrits. Est-ce qu’on doit donc parler de 3 millions seulement de cartes qui ont été produites ? Ensuite, combien de cartes ont été aujourd’hui distribuées au moment où nous parlons ? Les informations que nous avons, c’est 900 000 cartes sur ces 6 199 000 annoncées. En plus, on a l’impression qu’il y a une distribution sélective des cartes d’électeurs parce que beaucoup d’inscrits de leur camp ont vu leur récépissé photocopié et gardé.,

Nando Cabral GOMIS

Commentaires facebook