Mardi 19 Septembre 2017

Dans le monde

(AFP)

D'ordinaire proies des contrebandiers qui convoitent leur ivoire, ils ont cette fois été victimes du progrès. Neuf éléphants qui s'étaient échappés d'un parc du Botswana ont été retrouvés morts électrocutés, ont rapporté mardi les autorités locales.

Selon le ministère de la Vie sauvage, de l'Environnement et du Tourisme, le troupeau s'était enfui de la réserve animalière de Makgadikgadi Pans (nord-est) en brisant la clôture.

(AFP)

Londres a annoncé mardi la suspension de son programme de formation à destination de l'armée birmane en raison de "la poursuite des violences dans l'Etat de Rakhine" et "des abus en matière de droits de l'Homme" qui y règnent.

"Nous avons décidé la suspension des sessions de formation pour les militaires birmans jusqu'à ce qu'il y ait une résolution acceptable de la situation", a indiqué un porte-parole du ministère britannique de la Défense dans un message à l'AFP.

(AFP)

Emmanuel Macron a déclaré mardi à l'ONU que l'accord de Paris sur le climat "ne sera pas renégocié", tout en assurant que "la porte sera(it) toujours ouverte" aux Etats-Unis pour un retour dans l'accord.

"Cet accord ne sera pas renégocié, il nous lie" (...) nous ne reculerons pas", a déclaré le président français, ajoutant qu'il "respecte profondément la décision des Etats-Unis" et que "la porte leur sera toujours ouverte" mais que les autres Etats continueraient "à mettre en oeuvre l'accord de Paris".

(AFP)

La top-model sud-africaine qui accuse Grace Mugabe de l'avoir agressée s'est présentée mardi devant la justice pour contester l'immunité diplomatique accordée à l'épouse du président zimbabwéen, première étape d'une longue procédure judiciaire.

"Nous savons que ce sera un combat difficile mais nous sommes prêts pour la bataille. Nous pensons que la justice va l'emporter", a déclaré à la presse Debbie Engels, la mère de la victime.

(AFP)

La Première ministre britannique, Theresa May, réunira son gouvernement jeudi à la veille de son grand discours sur le Brexit, a annoncé un porte-parole mardi, une initiative perçue comme une tentative de faire front commun sur la stratégie de sortie de l'UE.

Mme May a convoqué cette réunion exceptionnelle après que son ministre des Affaires étrangères, Boris Johnson, a affiché une position diamétralement opposée à la sienne sur le Brexit, dans un tribune publiée dans le Daily Telegraph vendredi.

(AFP)

Au moins 25 personnes sont mortes dans des combats entre forces gouvernementales et rebelles dans une région pétrolifère du Soudan du Sud, a annoncé mardi un représentant de l'Etat.

Des rebelles, partisans de Riek Machar, l'ancien vice-président en exil, et les forces gouvernementales se sont affrontés lundi à Nhialdiu, un village proche de la ville de Bentiu (Nord) qui a changé de mains à plusieurs reprises depuis le début de la guerre civile, il y a quatre ans.

(AFP)

Le président américain Donald Trump a menacé mardi devant l'ONU de "détruire totalement" la Corée du Nord, un "régime vicieux" et "corrompu", si les Etats-Unis ou leurs alliés étaient confrontés à une attaque de Pyongyang.

Les "Etats-voyous" sont une menace "pour les autres nations et pour leurs propres peuples avec les armes les plus destructrices" au monde, a lancé le président américain lors de son premier discours devant l'Assemblée générale des Nations unies, dominée cette année par la menace nucléaire nord-coréenne et l'accord de non-prolifération avec l'Iran.

(AFP)

Le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, a réclamé mardi à la tribune de l'Assemblée générale des Nations unies l'arrêt des opérations militaires birmanes contre la minorité Rohingya en Birmanie.

"Les autorités birmanes doivent mettre fin aux opérations militaires et permettre un accès humanitaire sans restriction" aux populations touchées par les combats, a-t-il dit, quelques heures après un discours de la dirigeante birmane Aung San Suu Kyi qui s'est dite "prête" à organiser le retour des 421.000 Rohingyas réfugiés au Bangladesh depuis cet été.

(AFP)

Humiliés cet été par l'échec de l'abrogation de la loi emblématique sur la couverture maladie de Barack Obama, Obamacare, les républicains du Congrès américain ont ressuscité leur tentative cette semaine, sans garantie de succès.

Un groupe de sénateurs républicains tentent ces jours-ci de convaincre leurs collègues de se rallier derrière leur proposition de loi, qui remplacerait une partie d'Obamacare par des réformes d'inspiration conservatrice.

(AFP)

Les forces gouvernementales irakiennes appuyées par des unités paramilitaires se sont emparées mardi d'une localité dans le cadre de leur offensive contre un des derniers bastions jihadistes dans le désert occidental frontalier de la Syrie.

"Nos forces se sont emparées totalement de la localité de Rayhana en l'attaquant sur trois axes et ont tué sept terroristes tandis que d'autres ont fui vers Anna, 8 km à l'ouest, qui est notre prochain objectif", a affirmé sur place à l'AFP un colonel de l'armée irakienne.

(AFP)

Donald Trump a menacé mardi de "détruire totalement" la Corée du Nord et de remettre en cause l'accord nucléaire avec l'Iran, dans un premier discours belliqueux devant l'Assemblée générale de l'ONU.

S'exprimant aussi pour la première fois dans l'hémicycle des 193 Etats membres des Nations unies, le président français Emmanuel Macron a lui mis l'accent sur le climat, assurant que l'accord de Paris "ne sera pas renégocié" malgré le retrait des Etats-Unis -- un sujet que son homologue américain a passé sous silence à la tribune.

(AFP)

Il a fallu deux semaines aux autorités pénitentiaires vénézuéliennes pour transférer à l’hôpital l'opposant Carlos Garcia, victime d'un AVC en prison. Sa mort lève le voile sur les difficiles conditions d'enfermement des adversaires du gouvernement.

M. Garcia, 44 ans et maire de Guasdualito (ouest), est décédé dimanche à l'hôpital de San Cristobal, où il avait été admis le 18 août, en provenance des geôles des services de renseignement, connus par leurs initiales "Sebin".

(AFP)

La dirigeante birmane Aung San Suu Kyi s'est efforcée mardi de répondre aux critiques de la communauté internationale sur la crise des Rohingyas sans s'aliéner la puissante armée birmane, ni une opinion publique aux profonds sentiments anti-musulmans.

S'exprimant à Naypyidaw quelques heures avant l'ouverture de l'Assemblée générale de l'ONU, elle a d'ailleurs fait le choix de parler en anglais pour sa grande adresse télévisée, un discours destiné au monde, qui n'était même pas sous-titré pour ses concitoyens.

(AFP)

Les dates-clés de la crise humanitaire des Rohingyas, dont plus de 410.000 ont trouvé refuge au Bangladesh pour fuir les violences dans l'ouest de la Birmanie bouddhiste, qui a amené Aung San Suu Kyi à prononcer mardi un discours solennel sur le dossier.

- 25 août: attaques de la rébellion rohingya -

Le 25 août, au petit matin, des partisans de la jeune rébellion rohingya, l'Armée du Salut des Rohingyas de l'Arakan (ARSA), lancent une trentaine d'attaques contre des postes de police dans l'Etat Rakhine. Au moins douze policiers sont tués.

(AFP)

Située entre la Martinique et la Guadeloupe, la Dominique, déjà durement frappée par la tempête Erika en 2015, abrite la plus importante communauté d'indiens caraïbes de la région.

- "L'île nature" -

Nichée au coeur des petites Antilles, ce territoire anglophone de 754 km2 est surnommé "l'île nature". Le Parc national de Morne Trois Pitons, une forêt tropicale luxuriante sur les pentes d'un volcan culminant à 1.342 m, est classé au Patrimoine mondial de l'Unesco. Le site présente la "diversité biologique la plus riche des petites Antilles", précise l'organisme.

(AFP)

L'armée israélienne a indiqué avoir intercepté mardi un drone du Hezbollah libanais de fabrication iranienne, parti de Syrie pour une mission de reconnaissance au dessus de la partie du Golan syrien annexée par Israël.

L'Iran est l'ennemi déclaré d'Israël et soutien du Hezbollah libanais.

Un porte-parole de l'armée israélienne a précisé que le drone avait décollé mardi d'un aéroport militaire près de Damas et qu'il avait été abattu dans la zone démilitarisée séparant la partie du plateau du Golan occupée par Israël et celle restée sous contrôle de la Syrie.

(AFP)

La Croatie a inauguré mardi une plaque commémorative à Petrinja, près de la capitale Zagreb, où le journaliste français Pierre Blanchet, a été tué pendant un reportage au début de la guerre serbo-croate (1991-95).

Mort il y a 26 ans, Pierre Blanchet (47 ans), qui travaillait pour l'hebdomadaire, le Nouvel observateur, est mort à Petrinja (60 km au sud-est de Zagreb) le 20 septembre 1991 quand son véhicule a sauté sur une mine antichar.

(AFP)

Le "jihadisme des femmes", qui les fait rejoindre en Syrie ou en Irak le groupe État islamique (EI), s'explique souvent par des traumatismes personnels, une quête existentielle contrariée ou l'adhésion à une utopie islamiste idéalisée, estiment deux chercheurs.

(AFP)

Sirènes hurlantes, trains qui s'arrêtent, écrans de TV couverts de messages d'alerte : la menace nord-coréenne met l'opinion japonaise en émoi et, selon les analystes, cette tension sert les intérêts du Premier ministre Abe qui envisage même des élections anticipées.

"Pour M. Abe, cette crise, c'est comme une aide divine" commente pour l'AFP Shinichi Nishikawa, politologue de l'Université Meiji.

"Un temps miné par des scandales, les gens pensaient qu'il ne durerait pas, mais en utilisant son sens de la crise, M. Abe a réussi à renverser la situation", ajoute-t-il.

(AFP)

Une imposante statue de l'ingénieur soviétique Mikhaïl Kalachnikov, inventeur du légendaire fusil d'assaut qui porte son nom, décédé en décembre 2013, a été inaugurée mardi à Moscou, les autorités saluant une arme devenue une "marque culturelle de la Russie".

En plein centre de la capitale, la sculpture en métal de plus de 7 mètres de haut représente Mikhaïl Kalachnikov tenant dans les mains un AK-47, l'arme qu'il a conçue en 1947 et qui a depuis été produite, selon certaines estimations, à plus de 100 millions d'exemplaires dans le monde.

(AFP)

Quatre jeunes garçons âgés de 7 à 15 ans ont été tués au Yémen dans un nouveau bombardement attribué aux rebelles Houthis, qui a visé un quartier de la ville de Taëz (sud-ouest), a indiqué mardi un responsable local.

Déjà, vendredi, trois enfants âgés de 6 à 12 ans --dont deux jouaient au football-- avaient été tués et neuf blessés par des tirs de mortier dans cette ville, la troisième du Yémen assiégée par ces rebelles pro-iraniens.

(AFP)

Un cycliste britannique, Mark Beaumont, a bouclé à Paris un tour du monde à vélo en 78 jours, établissant un nouveau record et surpassant les exploits fictifs de Phileas Fogg.

L'aventurier écossais de 34 ans a établi un nouveau record du tour du monde à vélo, en 78 jours, 14 heures et 14 minutes, selon le Guinness des records. Parti de Paris le 2 juillet, il est arrivé lundi en fin de journée (17h00 GMT) à l'Arc de Triomphe, à l'heure de pointe et sous la pluie.

(AFP)

Les mains de Martha Gonzalez sont devenues calleuses et tannées à force de creuser la terre à la recherche de son fils Alberto, disparu comme des dizaines de milliers de personnes au Mexique.

Cette femme de 45 ans vit à Veracruz, dans l'est du pays, un Etat où les cas de corruption des élus ont défrayé la chronique de même que les violences liées à la guerre que se livrent trois puissants cartels de drogue : le Cartel du Golfe, les Zetas et le cartel Jalisco Nouvelle génération (JNG).

(AFP)

La quasi-totalité des Kurdes d'Irak rêve de l'indépendance de leur région autonome mais le référendum du 25 septembre divise. L'enthousiasme est général dans la capitale Erbil mais à Souleimaniyeh, sa rivale, beaucoup sont vent debout contre cette consultation.

Dans les rues d'Erbil, les couleurs du drapeau kurde -rouge, vert, blanc- sont omniprésentes. Certains, particulièrement enthousiastes, ont peint leur voiture de ces tonalités et d'autres ont même changé leur plaque d'immatriculation en remplaçant "Irak" par "Kurdistan".

(AFP)

Des bijoux, des shorts de bain, des appareils électroniques: ces achats réglés avec de l'argent public ont forcé le vice-président d'Uruguay Raul Sendic à démissionner, reflet d'une Amérique latine lassée de ses dirigeants malhonnêtes, qui restent pourtant légion.

Le montant qui aurait été détourné serait de quelques milliers de dollars sur cinq ans, mais la polémique a enflé pendant des mois, l'obligeant à quitter son poste le 9 septembre.

(AFP)

Le meurtre sordide de Mara, une étudiante de 19 ans, a priori par le chauffeur d'une compagnie de VTC au Mexique, a relancé la polémique autour de la sécurité des femmes dans ce pays, avec la publication d'une statistique affolante lundi.

Selon l'Observatoire citoyen national sur le féminicide, Mara est la 82e femme victime d'un assassinat depuis le début de l'année dans le seul Etat de Puebla (centre), où a été découvert son cadavre vendredi.

(AFP)

Y arrive-t-elle encore? De l'euphorie solidaire de 2015 à la montée de la droite anti-immigration, l'Allemagne a certes réussi à absorber un nombre record de réfugiés sans écueil majeur, mais sa population reste partagée sur la question.

Car depuis le "Nous y arriverons!" clamé par Angela Merkel il y a deux ans en guise de cri de ralliement avant d'ouvrir les portes du pays à plus d'un million de migrants, la chancelière a dû, sans renier sa politique, mettre un peu d'eau dans son vin.

(AFP)

Pressée par la communauté internationale de s'exprimer sur la crise des Rohingyas alors que son pays est accusé d'épuration ethnique, la dirigeante birmane Aung San Suu Kyi est sortie mardi de sa réserve. Voici les principaux points de son discours.

Le sort de civils

Sans jamais employer le mot "Rohingyas", tabou en Birmanie, Aung San Suu Kyi s'est dite "préoccupée par le nombre de musulmans qui ont fui au Bangladesh".

(AFP)

La dirigeante birmane Aung San Suu Kyi a assuré mardi que la Birmanie était "prête" à organiser le retour des plus de 410.000 Rohingyas réfugiés au Bangladesh voisin, se disant "profondément désolée" pour les civils "pris au piège" de la crise.

"Nous sommes prêts à débuter la vérification" des identités des réfugiés, en vue de leur retour, a-t-elle déclaré dans l'enceinte du parlement, à Naypyidaw, la capitale birmane, dans un discours télévisé très attendu après plus de trois semaines de troubles dans l'ouest de la Birmanie.

(AFP)

La France a tenté à nouveau lundi de convaincre les Etats-Unis de rester dans l'accord de Paris, alors même que la Maison Blanche réitérait son intention d'en sortir à défaut de pouvoir trouver des termes "plus favorables".

"Nous notons les déclarations du président (Donald) Trump sur son intention de ne pas le respecter, pour l'instant aucun acte n'a été posé, on peut espérer toujours le convaincre", a déclaré le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian, dès son premier point de presse à la veille de l'ouverture de l'Assemblée générale de l'ONU.

(AFP)

Le groupe pharmaceutique Bayer a annoncé lundi la fin de la commercialisation, sauf aux Etats-Unis, des implants de stérilisation Essure, mis en cause pour des supposés effets indésirables, affirmant avoir pris cette décision "pour une raison commerciale".

"Bayer a pris la décision de mettre fin à la commercialisation du dispositif médical de contraception définitive Essure dans tous les pays sauf aux Etats-Unis", a indiqué le groupe allemand dans un communiqué.

(AFP)

La justice genevoise enquête sur une découverte mystérieuse: des liasses de billets de 500 euros, totalisant environ 100.000 euros, ont obstruée les toilettes de la salle des coffres d'une agence de la banque UBS et de trois restaurants des environs.

Ces billets de banque, bien authentiques, "ont été vraisemblablement découpés aux ciseaux", a expliqué à l'AFP un porte-parole de la justice genevoise, Vincent Derouand, confirmant une information du journal La Tribune de Genève.

"Cela a eu comme effet collatéral de boucher les toilettes", dit-il.

(AFP)

Une quarantaine de maires de Catalogne sont convoqués à partir de mardi par la justice pour s'expliquer sur leur participation à l'organisation du référendum d'autodétermination interdit du 1er octobre, tandis que la saisine de matériel électoral se poursuit, a-t-on appris lundi de sources concordantes.

Ces convocations, dont les trois premières interviendront mardi, ont été rendues publiques par l'Association des municipalités pour l'indépendance (AMI).

(AFP)

Les Européens, France en tête, veulent tenter à l'ONU de sauver l'accord nucléaire iranien de 2015, menacé par le président américain Donald Trump qui ne dissimule pas son hostilité envers un texte pourtant considéré comme crucial dans la lutte contre la prolifération.

(AFP)

Silencieux sur le Brexit depuis des mois, le remuant ministre britannique des Affaires étrangères Boris Johnson a mis le feu aux poudres en défendant une position diamétralement opposée à celle que devrait exposer Theresa May dans un discours prévu vendredi.

Le tacle est intervenu sous la forme d'une longue tribune publiée vendredi soir dans le Daily Telegraph, intitulée "Ma vision pour un Royaume-Uni ambitieux et prospère grâce au Brexit".