Vendredi 21 Juillet 2017
(BBC 16/06/16)
Le représentant spécial du secrétaire général de l'ONU dans cette région, Abdoulaye Bathily, a appelé mercredi le conseil de sécurité des Nations unies à venir en aide aux pays d’Afrique centrale. En Afrique centrale, la sécurité n’est pas garantie, malgré la stabilisation de certaines parties, dont Bangui, la capitale de la République Centrafricaine, selon M. Bathily. Dans ce pays, des groupes armés, dont l’Armée de résistance du Seigneur (LRA), contrôlent de vastes étendues de territoire, affirme le représentant spécial du secrétaire général de l'ONU. "Si les troupes ougandaises se retirent de cette région du continent sans qu’il y ait une autre force, nous aurons alors donné la possibilité à des groupes armés, la LRA notamment, de reprendre du poil de...
(Gabon Actu 16/06/16)
Le Représentant spécial pour l’Afrique centrale, par ailleurs Chef de l’UNOCA, Abdoulaye Bathily a présenté mercredi à New York aux Etats-Unis, le 10ème rapport du SG/ONU sur les activités de l’UNOCA dans tous les pays d’Afrique centrale. Le rapport est une véritable bible qui retrace la situation politique, économique, sécuritaire et autre dans tous les Etats d’Afrique centrale. A lire absolument. Rapport du Secrétaire général sur la situation en Afrique centrale et sur les activités du Bureau régional des Nations Unies pour l’Afrique centrale Introduction Le présent rapport fait suite à la demande formulée au nom du Conseil de sécurité par son président dans une déclaration en date du 11 juin 2015 (S/PRST/2015/12), me priant de le tenir informé de...
(Agence Ecofin 14/06/16)
(Agence Ecofin) - En marge de la tenue de la 84ème session générale de l’Organisation mondiale de la santé animale (OIE) récemment à Paris, la directrice générale de cette institution Monique Eloit a reçu en audience, le secrétaire Général de la Communauté des Etats de l’Afrique centrale (Ceeac), Ahmad Allam-Mi. Ce dernier, après avoir présenté la situation qui prévaut en Afrique centrale en termes de risques d’apparition et de prévalence des maladies animales transfrontalières et zoonotiques, a plaidé pour la création du Bureau sous-régional de l’OIE pour l’Afrique centrale en vue de mettre en application la déclaration des chefs d’Etat et de gouvernement de la Ceeac prise à l’issue de la tenue de la XVIème session générale de cette institution...
(Financial Afrik 13/06/16)
Sao Tomé-et-Principe a accédé à l’Accord d’Établissement de la Banque Africaine d’Import-Export (Afreximbank), devenant ainsi le 41ème pays Africain à rejoindre la Banque en tant qu’État Membre. Selon les informations publiées par Afreximbank, l’instrument d’accession a été signé au nom du gouvernement par Américo d’Oliveira dos Ramos, Ministre des Finances et de l’Administration Publique de Sao Tomé, le 6 Avril dernier. Dr. Benedict Oramah, Président d’Afreximbank, s’est réjoui de l’accession, “Cette décision du gouvernement de Sao Tomé-et-Principe permet à la Banque de se rapprocher de son objectif d’avoir tous les pays d’Afrique en tant...
(Agence Ecofin 13/06/16)
Sao Tomé-et-Principe est devenu le 41ème Etat membre de la Banque africaine d’import-export (Afreximbank), a annoncé l’institution financière spécialisée dans le financement du commerce, dans un communiqué publié le 8 juin. L’accord d’adhésion de cet Etat insulaire situé dans le golfe de Guinée a été signé récemment par le ministre des Finances et de l’Administration Publique de Sao Tomé, Américo d’Oliveira dos Ramos. « Cette décision du gouvernement de Sao Tomé-et-Principe permet à la banque de se rapprocher de son objectif d’avoir tous les pays d’Afrique en tant qu’Etats membres. Cela facilitera également la mise en œuvre de notre stratégie du commerce intra-africain », a déclaré le président d’Afreximbank, Benedict Oramah, cité dans le communiqué. Afreximbank est une institution multilatérale...
(La Voix de l'Amérique 11/06/16)
Les 11 Etats membres du Comité consultatif des Nations-Unies chargée des questions de sécurité en Afrique Centrale (Unsac) ont, lors de la 42ème réunion ministérielle clôturée vendredi à Bangui, statué sur les défis sécuritaires de la sous-région. Sur le plan sous régional, des stratégies ont été adoptées pour lutter contre les groupes armés et mouvements terroristes comme Boko Haram, la LRA. Nicolas Nzoyoum, Ambassadeur du Cameroun en Centrafrique, appel tous les états membres à une union sacrée au tour de la lutte contre le terrorisme. Nous attendons donc de cette présidence que nous puissions booster, rassembler, amener tous les Etats membres à mutualiser nos efforts dans cette lutte contre le terrorisme qui est une pieuvre. Vous coupez la tête ici,...
(Xinhua 10/06/16)
NEW YORK (Nations Unies), (Xinhua) -- Préoccupé par les tensions liées aux élections en Afrique centrale, le secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, a appelé à un soutien continu à la Force multinationale mixte. Dans un message lu par son représentant spécial pour l'Afrique centrale, Abdoulaye Bathily, à l'occasion de la 42e Réunion ministérielle du Comité consultatif permanent des Nations Unies chargé des questions de sécurité en Afrique centrale, M. Ban a remercié le gouvernement et le peuple centrafricains d'accueillir la réunion, en indiquant : "Il est tout à fait opportun que la réunion se déroule ici, à Bangui, suite à la conclusion pacifique de la transition politique". "Je félicite le gouvernement et le peuple centrafricains d'avoir franchi cette...
(Présidence 07/06/16)
L’émissaire du Président de Sao Tomé-e-Principe Manuel Pinto Da Costa, a remis un message écrit du Président santoméen à son homologue tchadien Idriss Deby Itno Le Président de la République a reçu vendredi, M.Homero Salvaterra, émissaire du Président de Sao Tomé-e-Principe. Il est porteur d’un message du Président Santoméen à son homologue tchadien. La République Démocratique de Sao Tomé-e-Principe, et la République du Tchad entretiennent d’excellentes relations de coopération. Pour renforcer cette relation bilatérale, une délégation conduite par l’Ambassadeur de Sao Tomé-e-Principe en Guinée équatoriale, Homero Salvaterra a effectué, vendredi 03 juin, le déplacement...
(Jeune Afrique 06/06/16)
C'est parti pour Ramadan 2016 ! Le mois sacré a commencé ce lundi dans la majorité des pays musulmans, à l'exception de quelques uns qui l'ont annoncé pour le lendemain. Comme chaque année, le débat sur la méthode d'observation du croissant lunaire refait surface. Le ramadan, mois sacré du jeûne chez les musulmans, a commencé ce lundi 6 juin en Arabie saoudite, en France et dans la majorité des pays musulmans. Dimanche, les autorités religieuses de ces pays ont en effet annoncé...
(Investir au Cameroun 03/06/16)
(Investir au Cameroun) - Les experts des onze Etats membres de la Communauté économique des Etats de l'Afrique centrale ont achevé jeudi à Libreville, la capitale gabonaise, un conclave sur des questions d'actualité, allant de l'examen du potentiel des énergies renouvelables à l'horizon 2030, en Afrique centrale, à la présentation des enjeux et des opportunités émanant de l'adoption de l'accord de Paris, en passant par la promotion de l'agenda d'un développement bas carbone au travers des énergies renouvelables en Afrique centrale. Au cours de cette session, les experts ont jeté un regard global sur le changement climatique et ses implications sur le secteur de l'énergie, en mettant un accent sur l'évaluation du changement climatique en Afrique depuis la COP 21...
(APS 01/06/16)
Le trio arbitral sénégalais composé de Malang Diédhiou et de ses assistants Djibril Camara et El Hadj Malick Samba arbitreront le match devant opposer Sao-Tome et Principe au Cap-Vert, pour le compte de la 5e journée des éliminatoires de la CAN 2017, dans le groupe F. Ce match est programmé le 4 juin au stade 12 Julho de Sao Tome, précise le site de la CAF, la Confédération africaine de football.. Le trio dirigé par Malang Diédhiou, qui a officié ensemble durant plusieurs compétitions, sera présent lors du tournoi de football masculin des Jeux olympiques de Rio 2016. Les Requins Bleus du Cap Vert, qui ont pris part aux deux dernières phases finales de la CAN (2013 et 2015), compte...
(Agence Ecofin 30/05/16)
(Agence Ecofin) - Le conseil des ministres du Commerce et des finances de la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (Ceeac) s’est tenu récemment à Kinshasa, en République démocratique du Congo (RDC), dans le but de rendre opérationnelle la zone de libre-échange de la Ceeac. Les ministres ont arrêté en janvier 2017, la date du début effectif d’application de tous les instruments de la zone de libre-échange de la Ceeac au niveau des Etats membres. A cet effet, les ministres ont adopté solennellement une déclaration par laquelle ils s’engagent à œuvrer au sein de leurs pays respectifs pour que toutes les dispositions relatives à l’application de la zone de libre-échange soient intégrée dans les corpus juridiques internes des Etats...
(Jeune Afrique 27/05/16)
D'alternance en cohabitations, la vie politique santoméenne ne manque pas d'animation. À l'approche de la présidentielle, dont le premier tour a été fixé au 16 juillet, majorité et opposition fourbissent leurs armes. Qui les représentera ? C’est clair comme de l’eau de roche. À São Tomé, le président arbitre et le Premier ministre gouverne, et cela depuis un moment. Tout commence au lendemain de l’indépendance, en 1975, lorsque Manuel Pinto da Costa, secrétaire général du Mouvement de...
(Jeune Afrique 27/05/16)
Comment éradiquer la pauvreté, attirer les investisseurs et ne plus dépendre à 95 % de l'aide publique étrangère ? Voilà quelques-uns des chantiers auxquels s'attelle le Premier ministre de São Tomé-et-Príncipe, Patrice Trovoada. Né à Libreville, au Gabon, prénommé Patrice Emery en hommage à Lumumba, fier de ses racines bantoues, marié à une Malienne, musulman dans un pays où plus de 70 % de la population est catholique, il est ambitieux et se relève à chaque fois qu’il trébuche. Patrice Emery...
(Jeune Afrique 27/05/16)
La prospection reste prometteuse. Pas facile, pourtant, d'attirer des investisseurs quand les coûts d'exploration sont prohibitifs et que les cours du brut s'effondrent. Lancée au début des années 2000, l’exploration pétrolière n’a pas encore donné de résultats probants. Ni dans la Zone économique exclusive (ZEE) de São Tomé-et-Príncipe ni dans la Joint Development Zone (JDZ), située entre le Nigeria et l’archipel, instaurée en 2001 et dirigée par une Autorité de développement conjoint. Divisée en trois quartiers (A, B, C), la ZEE est, elle, administrée par la Agência Nacional de Petróleo de São Tomé-et-Príncipe (ANP-STP), créée en 2004, qui représente les intérêts de l’État santoméen, titulaire de tous les permis. Fin mars 2016, 7 de ses 19 blocs avaient été attribués...
(Jeune Afrique 27/05/16)
Elle a connu l'âge d'or dans les années 1900, puis un déclin après l'indépendance. Aujourd'hui, la filière cacao se restructure à Sao Tomé. Et vise les marchés porteurs de la gastronomie et du commerce équitable. Depuis que le cacao y a été introduit pour remplacer la canne à sucre, d’abord à Príncipe en 1822, puis à São Tomé en 1855, l’archipel a gagné le surnom d’île Chocolat. Ses sols volcaniques, sa pluviométrie et son ensoleillement particulièrement favorables à cette culture ont permis le développement de grandes plantations, les roças. Au début du XXe siècle, avec des plants s’étendant sur 38 000 hectares et une récolte de 36 000 tonnes, São Tomé-et-Príncipe était devenu le premier producteur mondial de cacao. Mais...
(Jeune Afrique 27/05/16)
Ils sont métis, bantous ou européens… Et à 85 % descendants d'esclaves. Fiers de leur diversité et unis, les Santoméens s'ouvrent au reste du monde. Les Santoméens le répètent à l’envi : « Ici, il n’y a ni ethnies ni tribus. Il n’y a qu’un peuple, avec ses différentes composantes. » Au commencement, deux navigateurs portugais découvrirent un archipel inhabité, « les îles du milieu du monde », le 21 décembre 1471, jour de la Saint-Thomas – São Tomé. Une dizaine d’années plus tard, Lisbonne décida d’y envoyer quelques colons, accompagnés de leurs esclaves, pour cultiver la canne à sucre, puis d’y expédier tous ses citoyens indésirables, en particulier les victimes de l’Inquisition. Dès la fin du XVe siècle, les...
(Jeune Afrique 27/05/16)
Riz, viande, huile, boissons, pétrole, biens d'équipement… À São Tomé, on importe tout ou presque, et n'exporte que très peu. Comment faire pencher la balance du bon côté ? Le constat est simple. São Tomé-et-Príncipe n’a pas grand-chose à exporter, que ce soit en matière de volume ou de produits – il s’agit alors à 80 % de cacao sec, de chocolat, de café et de poivre. En revanche, l’archipel importe quantité de marchandises de toute sorte. Résultat, sa balance commerciale est structurellement et largement déficitaire. De fortes importations concentrées dans l’agroalimentaire et les produits pétroliers En 2015, les exportations ont atteint 9 millions de dollars (environ 8,2 millions d’euros) et les importations, 127,5 millions, indique la Banque centrale. Soit...
(Jeune Afrique 27/05/16)
Peu à peu, les confettis de paradis santoméens s'ouvrent à une clientèle haut de gamme. Reste à développer l'hôtellerie, à faciliter l'accès aux îles et à diversifier les circuits. Des plages aux eaux chaudes et turquoise pour le farniente, une nature luxuriante et volcanique pour les amateurs de randonnée, une gastronomie exceptionnelle… Voilà un pays qui ne manque pas d’atouts pour convaincre les touristes. En 2014, ils ont été un peu plus de 18 000 à débarquer à l’aéroport de São Tomé : deux fois plus qu’en 2010. Pas question pour autant de devenir une destination de masse. Encore ignoré des grands tours opérateurs, l’archipel mise sur une clientèle haut de gamme. Un important moteur de croissance Héritage du passé,...
(Xinhua 27/05/16)
La Banque africaine de développement (BAD) a annoncé jeudi un plan d'action en sept points pour transformer le secteur agricole en Afrique. La banque a conçu le plan en collaboration avec des partenaires, qui répondrait à divers défis qui ont entravé le développement du secteur. Chiji Ojukwu, directeur du département de l'agriculture et de l'agro-industrie de la banque a déclaré que le secteur de l'agriculture demeure une source majeure de revenus pour la plupart des gens en Afrique, mais son potentiel inexploité avait conduit à la pauvreté persistante et à la déterioration de la sécurité alimentaire. "La BAD, en collaboration avec des partenaires, contribuera à orchestrer, façonner et reproduire la transformation à travers sept facilitateurs", a-t-il révélé dans une présentation...

Pages