Lundi 26 Juin 2017
(Journal du Cameroun 30/05/13)
Le sommet qui aura lieu à Yaoundé, sera sous l’égide de l’ONU et a pour objectif d’adopter les différents documents validés par les ministres. A moins d’un mois de la tenue du Sommet des Nations Unies sur la lutte contre la piraterie maritime dans le Golfe de Guinée, le Secrétaire Général de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique Centrale (CEEAC), SEM Nassour Guelengdouksia Ouaïdou s’est entretenu avec le Ministre camerounais des Relations extérieures, Pierre Moukoko Mbonjo, en marge de la 21ème Session de la Conférence de l’Union Africaine tenue dans la capitale éthiopienne, Addis-Abeba. Les deux interlocuteurs ont scruté, en présence de leurs collaborateurs, le cahier de charge signé au cours de ce mois et qui confère à chaque...
(L'Observateur Paalga 29/05/13)
En ce lundi 27 mai 2013 à Addis Abeba, dernier jour de la 21e session du cinquantenaire de l'UA, les chefs d'Etat et de gouvernement se sont quittés avec de nombreuses résolutions, des vœux pieux et surtout un défi ou plutôt une polémique judiciaire : faire juger désormais les génocidaires et autres auteurs africains de "crimes de guerre et crimes contre l'humanité" par les Africains eux-mêmes. Belle initiative diriez-vous ? Sans doute dans la forme, une telle décision sied à une quinquagénaire comme l'institution panafricaine, accusée à tort ou à raison d'être immature et surtout frappée d'impéritie. Mais qu'on ne s'y trompe pas : cette volonté des Africains de disposer d'eux-mêmes sur le plan judiciaire, hardie en apparence, cache mal...
(Le Pays 28/05/13)
Lors du sommet de l’UA (Union africaine) qui s’est achevé hier à Addis-Abeba, le président français, François Hollande, a invité ses homologues africains à un sommet sur la paix et la sécurité en Afrique. Un sommet que Hollande entend organiser à Paris en décembre prochain. Mais cette invitation est très critiquée par certains dirigeants africains qui la récusent dans sa forme. Ils estiment que la décision de Hollande est unilatérale et heurte par là- même la souveraineté du continent. Il est vrai que l’on peut trouver à redire sur la forme de cette invitation de Hollande. Car, Hollande aurait pu, en l’espèce, procéder autrement. Dans la discrétion, le président français aurait pu émettre l’idée de ce sommet auprès des instances...
(L'Observateur Paalga 27/05/13)
25 mai 1963-25 mai 2013. L'OUA, devenue l'UA, a un demi-siècle d'existence. Samedi dernier à Addis Abeba, en ce jour anniversaire, dans l'immense cuvette en verre (nouveau siège de l'institution), les chefs d'Etat et de gouvernement ont marqué cet événement d'une pierre blanche. Même si la plupart des discours, à l'exception de quelques-uns, paraissaient éculés tant ils ressemblaient à ceux des pères fondateurs de l'OUA. Au lieu d'égrener les chantiers de l'Afrique qui gagne, on a encore vitupérer contre un continent dont les aiguilles retardent sur tous les plans. Seule embellie dans ce tableau noir: il faut œuvrer, ont-ils concédé, pour qu'en 2063, soit dans 5O ans, les générations futures ne souffrent plus des mêmes problèmes quasi rédhibitoires. 50 années...
(L'Express 25/05/13)
Les célébrations du Cinquantenaire de la naissance de l'OUA, ancêtre de l'UA, ont commencé ce samedi matin. C'est dans ce contexte qu'un réquisitoire anonyme étrille la gestion de la Sud-africaine Nkosazana Dlamini-Zuma, présidente de la Commission. C'est un document qui ne circule que sous le boubou ou sous le costard et, dès lors, ne devrait pas perturber outre mesure le bel ordonnancement des célébrations, ce week-end, du 50e anniversaire de la création de l'Organisation de l'unité africaine (OUA), devenue depuis lors Union africaine (UA). Lire la suite sur: http://www.lexpress.fr/actualite/monde/afrique/du-rififi-dans-les-coulis...
(RTBF 24/05/13)
Et si les ancêtres de l'homme n'étaient pas devenus bipèdes lorsque le climat les a forcés à descendre de leur arbre mais plutôt parce qu'ils aimaient arpenter les roches escarpées d'Afrique et que c'était beaucoup plus facile debout sur deux jambes? C'est la nouvelle hypothèse émise par des archéologues de l'Université britannique de York, qui a selon eux le mérite d'expliquer comment les premiers homininés (membres de la lignée humaine) ont survécu aux nombreux prédateurs de la savane africaine une fois au sol, mais aussi pourquoi ils ont évolué de la sorte vers le bipédisme. Les théories les plus courantes suggèrent que nos lointains ancêtres ont été forcés de quitter les arbres dans lesquels ils vivaient lorsque le climat a...
(Le Pays 23/05/13)
Contrairement aux idées reçues, le continent noir est l’une des régions du monde à la plus forte croissance économique. Il n’y a pas si longtemps, le monde entier pleurait son continent brisé, l’Afrique. « L’Afrique est comme une cicatrice sur la conscience mondiale. » déclarait en 2001 Tony Blair, alors Premier ministre de la Grande-Bretagne. Thème récurrent s’il en est ; guerres civiles, stagnation économique ainsi qu’une importante charge de morbidité ont toujours paru irréversibles, condamnant la région à la pauvreté éternelle. Pourtant, dix ans plus tard, l’Afrique a réussi à sortir la tête de l’eau. Loin du continent dévasté par la misère si souvent dépeint, l’Afrique est aujourd’hui bien vivante avec de plus en plus de centres urbains, un...
(Le Parisien 22/05/13)
Le cinéma africain "a besoin" du festival de Cannes pour "banaliser" sa présence et lutter contre son "invisibilité" à l'étranger, a affirmé mercredi le cinéaste tchadien Mahamat-Saleh Haroun, en compétition officielle avec son film "Grigris", renvoyant aussi les cinéastes de son continent à leur "responsabilité". "Je pense que c'est important que l'Afrique soit présente à Cannes. Et il faut que l'on se batte pour faire des films importants, qui soient présents dans les grands rendez-vous cinématographiques. Le cinéma a besoin d'Afrique, et l'Afrique a besoin de ces rendez-vous importants comme Cannes. Il faut que notre présence soit vraiment banalisée", a indiqué le réalisateur. "J'estime que ces festivals là sont importants, parce que nos films sont déjà invisibles. Il n'y a...
( 21/05/13)
Barack Obama va effectuer sa première grande tournée africaine depuis son arrivée au pouvoir, a annoncé la Maison Blanche. Le président américain se rendra au Sénégal, en Afrique du Sud et en Tanzanie, du 26 juin au 3 juillet. Il n’ira en revanche pas au Kenya, la terre natale de son père. Lors de son unique visite précédente en Afrique subsaharienne en tant que président, Barack Obama avait passé moins d’un jour au Ghana en 2009. Lors de ce voyage, “le président insistera sur l’importance que les Etats-Unis accordent à nos liens en plein développement avec les pays d’Afrique subsaharienne, au travers notamment de la croissance économique, l’investissement et le commerce, de renforcer les institutions démocratiques et d’investir dans une...
(Pana 20/05/13)
La communauté économique des Etats d’Afrique centrale (CEEAC) a dépêché, samedi, un émissaire auprès du chef de l’Etat burundais, Pierre Nkurunziza, pour solliciter la participation de militaires burundais au sein d’une force de maintien de la paix en République Centrafricaine où la sécurité reste précaire après le récent renversement du pouvoir central à Bangui par une rébellion armée, apprend-on de source proche de la présidence de la République à Bujumbura. Selon le porte-parole adjoint de la présidence de la République, Willy Nyamitwe, le chef de l’Etat burundais a reçu la demande, samedi, à Bubanza, une province du nord-ouest du pays, par le biais d’un envoyé spécial du président du Congo Brazzaville, Denis Sassou Nguesso, qui assure actuellement la présidence tournante...
(Le Monde 13/05/13)
Claude Fauquet n'en est toujours pas revenu. "En quarante ans de recherches sur le manioc en Afrique, c'est la première fois que je vois une telle progression", affirme le virologue français, cheville ouvrière de la réunion consacrée à la maladie de la striure brune du manioc qui s'est achevée le 9 mai à Bellagio (Italie), sur les rives du lac de Côme. Le phénomène évoqué par l'expert n'est pas tant la progression de la striure brune, qui sévit aujourd'hui dans une dizaine de pays de l'est et du centre de l'Afrique, que "l'explosion de la population des mouches blanches" (Bemisia tabaci ou aleurode du tabac), vecteurs du virus. "On peut en trouver des centaines, voire des milliers sur une plante,...
(Adjinakou 10/05/13)
Le dernier rapport " Statistical review " de BP met en évidence un recul de l'Afrique en matière de production mais aussi, plus surprenant, une baisse de sa part dans les réserves mondiales de pétrole. Événement incontournable dans le secteur pétrolier, la publication du rapport annuel " Statistical Review of World Energy " du groupe pétrolier BP révèle une cartographie mondiale des hydrocarbures (à fin 2011) dont les évolutions, par rapport à l'année précédente, reflètent les bouleversements géopolitiques. Avec une année particulièrement riche en Afrique sur ce point, rien d'étonnant à ce que les lignes aient quelque peu bougé, à commencer par la production. La Libye, logiquement, a vu la sienne chuter de 71% et perdre ainsi sa quatrième place.....
(Les Afriques 08/05/13)
Jusque-là les juridictions commerciales internationales ont donné raison aux fonds-vautours contre les Etats «débiteurs». La donne a changé depuis juillet 2012, nous explique Fall Aboubacar, docteur en droit, LL.M (Seattle), ancien Conseiller juridique principal de la BAD et membre du Conseil de gestion de la Facilité Africaine de soutien juridique. Les Afriques : Les juridictions britanniques viennent de statuer en faveur d’un Etat africain dans le cadre d’un litige l’opposant à un fonds-vautour. Pouvez-vous revenir sur le contexte et le fond de ce jugement ? Fall Aboubacar : Il faut tout d’abord rappeler que les fonds-vautours sont de nouveaux acteurs apparus sur la scène financière internationale à la faveur de l’expansion du marché secondaire de la dette. Les fonds-vautours sont...
(Africatime 07/05/13)
M. Kim présente un programme ambitieux pour mettre fin à la pauvreté et renforcer la croissance solidaire. Lançant un appel en faveur de nouveaux objectifs ambitieux pour aider les plus vulnérables, le président du Groupe de la Banque mondiale Jim Yong Kim a présenté ce jour un programme d’action ambitieux que la communauté internationale doit mettre en œuvre pour éradiquer l’extrême pauvreté à l’horizon 2030 et promouvoir une prospérité partagée, en vue d’accroître les revenus des 40 % les plus pauvres des habitants de chaque pays. «Nous sommes à un tournant de l'histoire, où les succès des décennies antérieures et les perspectives économiques de plus en plus favorables se conjuguent pour offrir aux pays en développement une occasion, la toute...
(Agence Ecofin 26/04/13)
(Agence Ecofin) - La société Sinoangol, filiale de China Petroleum & Chemical Corporation (Sinopec), lorgne sur l’exploration du bloc 2 de la zone économique exclusive (EEZ) de Sao Tome et Principe, mais veut une négociation directe pour son contrat. 058 Sao Tome Principe Beach2 Dans une récente correspondance à l’agence nationale pétrolière du pays, elle a signifié sa position, qui serait, selon elle confirme à la loi fondamentale sur les opérations pétrolières de Sao Tome et Principe qui admet une telle négociation dans « certains cas ». L’agence nationale pétrolière serait partante pour engager les négociations directes avec la filiale chinoise, « à condition qu’aucune autre demande ne soit enregistrée dans les quinze jours qui suivraient ». 22 avril 2013
(Gabon Actu 12/04/13)
Libreville, Gabon (Gabonactu.com) - Un petit aéronef de type Beechcraft 1900 immatriculé ZS-PHL, équipé de deux moteurs à hélices a disparu dimanche dernier au large des côtes de Sao Tome et Principe, annonce jeudi l’ambassade des Etats-Unis d’Amérique à Libreville dans un communiqué. Le commandant de bord, unique occupant dans l’appareil et son avion sont portés disparus, précise l’ambassade qui lance un avis de recherches. « Si vous apercevez des débris provenant d’un avion qui s’est écrasé à terre ou dans l’océan, veillez contacter M. Kevin Krapf, conseiller chargé de l’information au 0024101457100 », supplie la mission diplomatique américaine. L’ambassade n’a pas fournie plus de détails sur la liaison qu’assurait l’avion ni la nationalité du commandant de bord.
(Angola Press 21/03/13)
Luanda – Le président de l’Assemblée Nationale de São Tomé et Príncipe, Alcino Pinto, a fait escale, mardi après-midi, à Luanda, en transit pour Séoul, Corée du Sud, où il participera du 22 au 25 février, au Forum sur la Sécurité et paix mondiales. Interviewé par l’Angop, Alcino Pinto a déclaré que l’événement avait pour but de discuter des questions sur la sécurité et la paix mondiales, afin de mettre fin aux grands foyers de tension partout dans le monde. "Les organisateurs prétendent réunir des entités de toutes les sphères et continents, y compris les premières dames de certains pays ; donc ils prétendent de faire un pont pour qu’il y ait la paix en vue d’un monde meilleur", a...
( 13/03/13)
Le 12 mars, Journée mondiale de lutte contre la cybercensure, Reporters sans frontières publie son rapport sur «Les ennemis d'Internet», pointant les sociétés qui vendent une technologie de surveillance aux régimes totalitaires. «Mon ordinateur avait été arrêté avant moi», c'est le triste constat d'un activiste syrien emprisonné et torturé par le régime de Bachar el-Assad. «Malgré les violences, j'ai résisté, je ne leur ai donné aucune information, mais ils n'avaient pas besoin de moi pour cela. Mon ordinateur leur avait tout révélé: les personnes avec qui j'ai échangé, les fichiers transmis. Ils savaient tout comme s'ils s'étaient trouvés dans ma chambre, ou plutôt dans mon disque dur», ajoute l'homme à peine libéré. La surveillance en ligne représente un vrai danger...
(Cameroonvoice 13/03/13)
Lamido Sanusi s'insurge contre le pouvoir qu'a réussi à prendre la Chine vis à vis des pays africains. Il dénonce des méthodes digne du colonialisme et espère une réaction de la part des décideurs politiques et économiques africains pour mettre un terme à cette dépendance. Dans une tribune paru le 11 mars dans les colonnes du Financial Times, Lamido Sanusi s'insurge contre le pouvoir qu'a réussi à prendre la Chine vis à vis des pays africains. Il dénonce des méthodes digne du colonialisme et espère une réaction de la part des décideurs politiques et économiques africains pour mettre un terme à cette dépendance. Un électrochoc. Voilà ce qu'entend provoquer le gouverneur de la banque centrale du Nigeria, Lamido Sanusi, en...
( 07/03/13)
Selon un communiqué de presse de la Banque africaine de développement (BAD) une réunion de haut niveau se tient du 11 au 12 mars 2013 à Tunis pour dégager les priorités de développement post-2015 de l’Afrique. Le communiqué de presse distribué à des journalistes mentionne que la troisième et ultime consultation régionale va définir la position africaine sur les priorités de développement post-2015, les 11 et 12 mars 2013, à Hammamet, en Tunisie. La réunion est organisée par la Banque africaine de développement en coopération avec le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD), l’Union africaine (UA) et la Commission économique pour l’Afrique (CEA). Des membres de gouvernements africains, des parlementaires, des responsables politiques, des membres du groupe de...

Pages