Taïwan n’a plus que deux alliés en Afrique | Africatime
Dimanche 19 Février 2017

Taïwan n’a plus que deux alliés en Afrique

Taïwan n’a plus que deux alliés en Afrique
(Le Monde 03/01/17)
Le ministre chinois des affaires étrangères Wang Yi et son homologue de Sao Tomé- et- Principe, Urbino Botelho lors de la cérémonie instaurant des relations officielles entre les deux pays, le 26 décembre 2016 à Pékin.

Sao Tomé-et-Principe s’est tourné vers Pékin fin décembre. Seuls le Burkina Faso et le Swaziland continuent de reconnaitre la République de Chine. Retour sur un jeu de go diplomatique.

L’année 2017 sera tendue pour Taïwan. La présidente Tsai Ing-wen a demandé au ministère des affaires étrangères de revoir tous les programmes d’aides suite à la défection surprise de Sao Tomé et Principe le 21 décembre.

« Il nous reste vingt et un alliés, nous devons les choyer », a déclaré la présidente taïwanaise.
Plusieurs réunions de crise ont eu lieu ces derniers jours et les diplomates taïwanais se démènent pour sauver les positions en Afrique où Taipei se trouve fragilisé.
Le dernier pays à avoir changé de camp était la Gambie, qui avait rompu avec Taiwan en 2013, mais ne fut reconnue par la Chine communiste qu’en mars dernier. Pékin ayant pris soin à l’époque de ménager le président taïwanais Ma Ying-jeou.

Mais les temps ont changé et les positions se durcissent entre la Chine continentale et l’actuelle présidente alors qu’un coup de téléphone à Donald Trump a ravivé les tensions entre les deux rives du Détroit.
Le bouillant milliardaire a rompu avec quatre décennies de politique américaine en prenant un appel téléphonique de la présidente taïwanaise alors que la Chine interdit tout contact officiel entre ses partenaires étrangers et des dirigeants de Taïwan.

Commentaires facebook