Sao Tomé: un ulcère d'origine inconnue sème l'inquiétude | Africatime
Mardi 25 Avril 2017

Sao Tomé: un ulcère d'origine inconnue sème l'inquiétude

Sao Tomé: un ulcère d'origine inconnue sème l'inquiétude
(AFP 03/02/17)
Hôpital Sao Tomé

Une maladie d'origine inconnue, qui se manifeste par un violent ulcère cutané, sème l'inquiétude sur l'île de Sao Tomé où 1.094 cas ont été enregistrés pour une population de moins de 200.000 habitants, a appris vendredi l'AFP auprès des autorités sanitaires du petit archipel africain.

Ces 1.094 cas ont été enregistrés depuis octobre, a indiqué la directrice des services de Santé, Maria Tomé Palmer. "La majorité des cas sont guéris. La guérison est difficile. Il y a des patients qui sont à l´hôpital depuis octobre", a-t-elle ajouté.

"La situation est préoccupante. On ne connaît pas l'agent pathogène qui provoque cette maladie", a poursuivi la directrice des services de santé.

La maladie se manifeste sous la forme d'un ulcère qui laisse d'énormes plaies à vif sur la peau. "Cet ulcère attaque seulement les membres inferieurs, les pieds", a expliqué Maria Tomé Palmer.

Les autorités ont demandé le soutien de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) qui a dépêché un spécialiste bénoinois de l'ulcère de Buruli.

"Mon travail consiste à faire des biopsies qui seront analysées dans les laboratoires internationaux pour comprendre l'origine de la maladie", a précisé ce spécialiste de l´OMS, Ghislain Emmanuel.

Des prélèvements ont aussi été envoyés au laboratoire de Yaoundé, au Cameroun.

Face à cette pathologie inconnue, les médecins santoméens n'ont pas de réponses thérapeutiques. "On fait des combinaisons d'antibiotiques. Il y a des cas où cette combinaison fonctionne bien, avec la guérison de l'ulcère. Mais il y a d'autres cas où cela ne fonctionne pas bien", a expliqué Maria Palmer.

A titre préventif, la direction des services de santé a demandé aux citoyens de renforcer les mesures d'hygiène.

La population active de Sao Tomé et Principe vit majoritairement de la pêche et l'agriculture, dans ce pays pauvre dépendant à 90% de l'aide internationale.

Commentaires facebook