Mardi 17 Octobre 2017

PM de Sao Tomé-et-Principe : la relation sino-africaine est équilibrée, honnête et sincère

PM de Sao Tomé-et-Principe : la relation sino-africaine est équilibrée, honnête et sincère
(Xinhua 10/04/17)
Le Premier ministre de Sao Tomé et Principe, Patrice Trovoada.

Le Premier ministre de Sao Tomé et Principe, Patrice Trovoada, effectuera une visite officielle en Chine du 12 au 18 avril à l'invitation de son homologue chinois Li Keqiang. Lors d'une interview accordée à Xinhua, M. Trovoada a souligné que la relation entre les deux pays était équilibrée, honnête et sincère.
Début 2017, la Chine a envoyé des délégations d'experts à Sao Tomé à des fins d'assistance technique. M. Trovoada s'est dit content de voir "des résultats visibles très rapidement" dans les domaines de l'agriculture, de la santé, de l'énergie et de l'éducation, notant que 55 étudiants santoméens effectuaient actuellement leurs études en Chine.
"Je crois que les premiers mois sont très positifs, qu'ils prouvent qu'il y a une vraie volonté politique de travailler ensemble, de coopérer ensemble, et de créer vraiment cette relation de confiance et de solidarité entre les deux Etats, les deux gouvernements, et de [poursuivre] la relation très ancienne entre les peuples", a-t-il indiqué.
La visite d'Etat de M. Trovoada sera sa première visite officielle en Chine, mais il s'est déjà rendu dans le pays à plusieurs reprises. "C'est un beau pays, c'est un grand pays. Il y a plusieurs provinces que j'ai visitées, comme Shanghai et Beijing. C'est une joie d'être dans un pays que j'aime, dont j'aime la culture et la cuisine", a-t-il affirmé.
M. Trovoada sera le premier chef de gouvernement africain à effectuer une visite officielle en Chine cette année. Il a noté qu'il serait très intéressant de rencontrer le dirigeant chinois Xi Jinping et d'échanger avec lui ses points de vue sur la coopération Chine-Afrique et sur les grandes questions de l'actualité, notamment celles du climat, de la mondialisation, des échanges économiques, du développment du commerce et des relations bilatérales. Cette visite sera également l'occasion de discuter avec le Premier ministre chinois de la relation bilatérale de manière approfondie, a-t-il indiqué.
Parlant du président chinois, M. Trovoada a indiqué que c'était une personnalité dont il avait "lu des écrits et pris connaissance des discours" et dont il connaissait la position sur la scène internationale, sur le développement économique de la Chine et surtout sur l'Afrique.
D'après lui, "la Chine a bien compris que le continent africain a besoin d'infrastructures de base, d'électricité et de communication terrestre, ferroviaire, maritime et aérienne, notamment avec les transports régionaux aériens". "La Chine est un partenaire qui comprend parfaitement les questions de développement et la séquence pour se développer, c'est-à-dire une maison se construit par les fondations, et pas par le toit. Je pense donc que l'approche est correcte, d'abord les infrastructures de base, ensuite l'industrialisation pour créer des produits, et puis l'échange. Cette connaissance de la Chine est un avantage pour le continent africain", a-t-il estimé.
Il a en outre souligné qu'il était dans l'intérêt de la Chine de commercer, d'échanger, d'acheter et de vendre, et que l'Afrique représentait donc un marché qui pourrait intéresser la Chine. "Ca veut dire qu'au-delà des infrastructures, il faut aussi que l'Afrique avance dans la création des valeurs ajoutées, dans la création des produits qui peuvent être importés en Chine, et que l'Afrique aussi ait une base de consommateurs qui puissent consommer des produits qui viennent de la Chine", a expliqué M. Trovoada, qui a souligné que la Chine importe des produits africains "justement pour qu'on crée de la richesse en Afrique et pour que les Africains aussi puissent acheter des produits chinois". C'est donc un "partenariat gagnant-gagnant", un partenariat "honnête, équilibré", a-t-il ajouté. "Je pense que ce que le président Xi Jinping a mis en œuvre à partir du sommet du Johannesbourg est dans l'intérêt des peuples africains, et aussi dans l'intérêt de la Chine", a-t-il déclaré.
Il a ajouté que la Chine entretenait une relation "de solidarité" avec l'Afrique. "La Chine nous a toujours appuyés au moment où l'Afrique était complètement colonisée. La Chine nous a (aidés) à nous libérer. Donc c'est une relation équilibrée, honnête et sincère", a-t-il estimé.
Enfin, il a appelé les gouvernements des deux pays à apprendre à mieux connaître leurs cultures respectives par l'intermédiaire d'échanges culturels.
"Nous avons déjà commencé à (dispenser de visa) tous les Chinois qui ont des passeports officiels diplomatiques et de service. Nous permettons à tous les Chinois qui arrivent à Sao Tomé de prendre le visa à l'aéroport. J'espère que nous créerons d'autres mécanismes de rapprochement et de connaissance mutuelle", a-t-il indiqué.

Commentaires facebook