Le café robusta de São Tomé et Príncipe | Africatime
Jeudi 30 Mars 2017

Le café robusta de São Tomé et Príncipe

Le café robusta de São Tomé et Príncipe
(Afrik.com 28/02/17)

Quand les Portugais ont découvert São Tomé et Príncipe en 1470, ils ont trouvé les îles inhabitées couvertes d’une jungle dense qui a fleuri sur le riche sol volcanique. Les colons ont peuplé le petit archipel avec des esclaves venant d’Angola et du Cap Vert, qui ont été mis au travail sur des plantations de canne à sucre et, à la fin du 19ème siècle, du café de cacao et d’arabica importé du Brésil.

São Tomé a offert l’environnement idéal pour la culture du cacao, et la petite île est rapidement devenue le plus grand exportateur mondial de gousses de cacao, grâce à l’exploitation des travailleurs africains forcés de vivre et de travailler dans des conditions inhumaines. Le café arabica a connu moins de succès, peut-être en raison d’une pénurie de terres à des altitudes supérieures à 800 à 900 mètres au-dessus du niveau de la mer, où la plante se développe le mieux.

Une autre espèce de café, Coffea canephora, mieux connue sous le nom de robusta, avait plus de chance. Plus robuste et, surtout, plus adaptable à la topographie locale, le café pousse toujours sur toute l’île, depuis le niveau de la mer jusqu’aux 1.100 mètres de São Nicolau. L’origine exacte du café cultivé aujourd’hui n’est pas connue, mais les variétés ont été presque certainement introduites en Angola et en Ouganda par des esclaves de ces pays.

L’esclavage est encore une plaie ouverte à São Tomé, mais techniquement abolie en 1875, elle a été remplacée par un système de travail forcé qui a duré jusqu’à la chute de la dictature portugaise en 1974. Dans la mémoire collective des insulaires, le café et le cacao sont inextricablement liés à des centaines d’années de souffrance.

Aujourd’hui, cependant, le café pourrait devenir un moyen de libération pour la population, en particulier pour certaines des communautés les plus pauvres. Traité soigneusement, le café robusta de São Tomé peut aspirer à une très haute qualité. Riche en caféine, sa saveur n’est ni agressive ni boisée, mais équilibrée, parfumée et douce, avec une note amère délicate.

Le Présidium est le résultat d’une collaboration entre la Slow Food Foundation for Biodiversity ; FIDA (Fonds international de développement agricole) ; Papac (Projet d’Apoio Pequena Agricultura Comercial), un projet national pour le développement agricole ; et la coopérative de producteurs de café Cecafeb.

Au cours de deux missions techniques, la Fondation Slow Food a identifié un premier groupe de producteurs, une communauté de 12 familles de São Nicolau dans le district de Mé-Zochi. Au cours des mois à venir, il contribuera à valoriser le travail acharné des agriculteurs dans la partie la plus pauvre de l’île, au sud-est, où vivent huit communautés de producteurs : São Lourenço, Caridade, Santa Cecilia, Amparo Primeiro, São Paulo, São Francisco, Colonia Açoriana et São Manuel. Le défi ici est de former les familles à devenir des producteurs de café performants, capables de répondre aux besoins du marché international. Pour consolider cette ambition, un nouveau centre de lavage du café a été construit en mai 2015, à Caridade, et deux autres sont prévus pour un futur proche. Outre le soutien technique, le Présidium prévoit d’aider à la commercialisation de ce café, caché dans l’anonymat trop longtemps.

- Zone de production
Communauté de São Nicolau, district de Mé-Zochi, centre-nord de São Tomé ; São Lourenço, Caridade, Santa Cecília, Amparo Primeiro, São Paulo, São Francisco, Colonia Açoriana et les communautés de São Manuel, district de Cantagalo, sud-est de São Tomé.

- Présidium soutenu par
FIDA (Fonds international de développement agricole) Papac (Projet d’Apoio Pequena Agricultura Comercial)

Commentaires facebook