| Africatime
Lundi 16 Janvier 2017
(AFP 11/01/17)
Des juges d'instruction ont rendu un non-lieu dans l'un des dossiers ouverts en France sur le génocide au Rwanda, au bénéfice de Pierre Tegera, visé par un mandat d'arrêt de Kigali mais dont la participation aux massacres en 1994 n'a pu être établie, a appris l'AFP mercredi de sources concordantes. Ce non-lieu a été prononcé le 12 décembre, neuf jours après la confirmation en appel de la condamnation à 25 ans de réclusion criminelle de l'ancien militaire Pascal Simbikangwa, premier Rwandais à avoir été jugé en France en lien avec le génocide des Tutsi, qui a fait 800.000 morts entre avril et juillet 1994. Deux anciens bourgmestres ont eux été condamnés à la perpétuité en...
(APA 09/01/17)
APA-Kigali (Rwanda) - Les tribunaux rwandais ont jugé et condamné, l’année dernière, 121 personnes reconnues coupables de corruption, selon le bureau du médiateur de la république qui, pourtant, souligne que ce chiffre représente la moitié des justiciables épinglés en 2015 par les juridictions du pays. Les 121 mis en cause sont pour la plupart des fonctionnaires de l’Etat, des agriculteurs et des automobilistes. Leurs noms, âge et adresses ont été rendus publics sur les sites web du médiateur et du ministère du Travail. La plus grande affaire mise en cause a concerné un employé de la fonction publique qui a été épinglé pour un pot-de-vin de 54 000 de dollars. Pour ce délit, il a écopé de trois ans de...
(APA 06/01/17)
APA Kigali (Rwanda) - La mairie de Kigali, la capitale rwandaise, a instruit aux entreprises et organisations à but non lucratif qui opèrent dans des locaux construits à des fins résidentielles, de s’installer dans des complexes commerciaux, d’ici 3 mois, à partir du 1er janvier 2017. Parfait Busabizwa, adjoint au maire de Kigali chargé du développement économique, a indiqué mercredi à la presse que toutes ces entreprises ont été informées et qu’elles ont trois mois à compter du 1er janvier...
(RFI 31/12/16)
A Kigali, le journaliste rwandais Robert Mugabe est convoqué par la police tous les jours depuis une semaine. La police a confirmé qu'elle l’interrogeait, mais sans préciser les éventuelles accusations qui pèseraient sur lui. Ce journaliste indépendant dirige Great Lakes Voices, un blog qui aborde régulièrement des sujets sensibles. Ces jours-ci, le journaliste Robert Mugabe est peu présent sur les réseaux sociaux. Il passe ses journées au service des enquêtes criminelles à Kigali. Il est interrogé depuis une semaine pour des motifs qui n’ont pas été précisés officiellement. Mercredi, sur son compte Twitter...
(Jeune Afrique 27/12/16)
La libération anticipée, début décembre, de l’historien Ferdinand Nahimana, principal idéologue du génocide contre les Tutsis, et du prêtre Emmanuel Rukundo, respectivement condamnés à trente ans et à vingt-trois ans de prison, a provoqué la fureur du gouvernement rwandais, de la Commission nationale de lutte contre le génocide (CNLG) et de l’association de rescapés Ibuka. Si Kigali critique de longue date la « clémence excessive » du juge Theodor Meron, président du Mécanisme pour les tribunaux pénaux internationaux (MTPI), à...
(AFP 21/12/16)
Le quotidien gouvernemental ougandais New Vision s'est excusé mercredi pour la publication d'une caricature portant sur le génocide de 1994 au Rwanda, qui a déclenché un tollé dans le pays voisin. La caricature montre le président rwandais Paul Kagame assis à l'intérieur d'un confessionnal, et le pape François à genou à l'extérieur, implorant le pardon pour le rôle de l’Église dans le génocide. Dans ce dessin, le pape demande...
(Médiapart 17/12/16)
A l’occasion de la journée internationale des droits de l’homme (10 décembre) ainsi que celle de lutte contre les génocides (9 décembre), l’association TUZA pour la Modération des Grands Lacs a mis le Rwanda au centre de ses préoccupations. Dans sa réunion annuelle du 11 décembre 2016, elle a rappelé que la persistance des réfugiés est une menace pour la paix. La consolidation de la liberté et la démocratie étant le préalable pour maintenir la paix du pays. L’association a...
(RFI 15/12/16)
Le Mécanisme de l'ONU pour les tribunaux internationaux, qui a pris le relais du Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR), a annoncé mercredi 14 décembre avoir accordé une libération anticipée à deux des condamnés du TPIR pour leur rôle dans le génocide au Rwanda, un historien et un abbé qui avaient écopé de lourdes peines, respectivement trente et vingt-trois ans de prison. Ils avaient déjà tous deux accompli les deux tiers de leur peine. Il s'agit de l'historien Ferdinand Nahimana et de l'abbé Emmanuel Rukundo, deux des figures parmi les plus connues des condamnés du TPIR, et qui étaient tous deux ...
(BBC 15/12/16)
Le Mécanisme de l'ONU pour les Tribunaux pénaux internationaux (MTPI), a annoncé mercredi avoir accordé la libération anticipée à l'historien Ferdinand Nahimana et à l'abbé Emmanuel Rukundo, condamnés par le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR) pour leur participation au génocide de 1994. Condamnés respectivement à 30 ans et 23 ans d'emprisonnement, les deux hommes étaient détenus à Koulikoro, au Mali, en vertu d'un accord sur l'exécution des peines signé entre les Nations unies et Bamako. "Même si les crimes dont Nahimana a été reconnu coupable sont très graves, le fait qu'il a déjà...
(AFP 13/12/16)
"Nous sommes ici pour commémorer, sentir que nous sommes toujours ensemble même s'ils sont morts", confie Darcy, un réfugié de 32 ans, venu comme 200 autres Burundais rendre hommage lors d'une messe à Kigali à ses compatriotes disparus les 11 et 12 décembre 2015 à Bujumbura. Le 11 décembre, trois casernes militaires - deux dans la capitale burundaise Bujumbura, et une dans une province voisine - font l'objet d'une attaque coordonnée par des groupes armés hostiles au président burundais Pierre Nkurunziza. Dans la foulée, les forces de sécurité procèdent à des ratissages dans les quartiers...
(RFI 13/12/16)
Des Burundais réfugiés à Kigali se sont réunis ce lundi 12 décembre dans la capitale rwandaise lors d'une messe organisée en mémoire de leurs compatriotes tués il y a un an, les 11 et 12 décembre 2015. Le 11 décembre 2015, trois casernes militaires avaient été la cible d'une attaque simultanée de groupes armés hostiles au président Pierre Nkurunziza. S'en est suivi une violente répression: les forces de sécurité ont procédé à des ratissages dans les quartiers contestataires au cours...
(BBC 09/12/16)
Un Rwandais recherché dans son pays pour son implication présumée au génocide de 1994 a été arrêté jeudi à Blantyre, capitale du Malawi, où il vivait depuis 2003, selon la police. "Nous avons procédé aujourd'hui à l'arrestation de Vincent Murekezi, sur instruction du directeur chargé des poursuites judiciaires", a déclaré le porte-parole de la police, James Kadazera cité par l'AFP. "Nous attendons désormais des instructions de nos supérieurs sur la marche à suivre", a -t-il dit. Les autorités de Kigali...
(AFP 08/12/16)
Un Rwandais recherché dans son pays pour sa participation au génocide de 1994 a été arrêté jeudi au Malawi, où il vivait depuis 2003, a-t-on appris auprès de la police. "Nous avons procédé aujourd'hui (jeudi) à l'arrestation de Vincent Murekezi, sur instruction du directeur chargé des poursuites judiciaires" au Malawi, a déclaré à l'AFP le porte-parole de la police, James Kadazera. M. Murekezi est recherché pour des "faits liés au génocide", a-t-il précisé en référence aux massacres de 1994 au...
(Jeune Afrique 08/12/16)
Au terme d’un procès en appel qui s’est tenu du 25 octobre au 3 décembre, Pascal Simbikangwa est devenu le premier Rwandais à avoir été condamné pour génocide par la justice française. Son avocat, Fabrice Epstein, et le « Klarsfeld du Rwanda », Alain Gauthier, confrontent leur vision de ce précédent historique. Interview croisée. Pendant cinq semaines, ils se sont côtoyés devant la cour d’assises de Bobigny. L’un sur le banc de la défense, l’autre sur celui des parties civiles...
(Le Monde 08/12/16)
Vingt Français sont concernés par des investigations. Le procureur général rwandais espère la coopération de Paris. La menace planait depuis plusieurs semaines. Elle a été mise à exécution. Le Rwanda a annoncé, mardi 29 novembre, l’ouverture d’une enquête « sur le rôle de certains agents et/ou fonctionnaires du gouvernement français dans le génocide commis contre les Tutsi au Rwanda en 1994 », qui, d’après l’ONU, a fait 800 000 morts. L’enquête porte sur vingt personnes, mais « ce n’est que...
(RFI 06/12/16)
Trente-trois ex-miliciens hutus rwandais des FDLR vivant dans la province troublée du Sud-Kivu dans l'est de la République démocratique du Congo, ont regagné le Rwanda depuis janvier, a annoncé mercredi la Mission de l'ONU en RDC. Depuis 2001, quelque 12 000 ex-combattants sont rentrés dans leur pays selon l'ONU. Les FDLR, opposés au gouvernement de Kigali sont présents dans l'est du pays depuis la fin du génocide au Rwanda en 1994, au cours duquel environ 800 000 personnes ont été tuées, essentiellement parmi la minorité tutsi. Certains FDLR sont accusés d'avoir participé aux massacres.
(Jeune Afrique 02/12/16)
L’enthousiasme provoqué par l’annonce d’excuses officielles de l’Église catholique concernant le génocide des Tutsis est vite retombé : ce n’est pas l’institution, encore moins le Vatican, mais des individus qui auraient failli en 1994. «L’Église catholique du Rwanda s’excuse pour son rôle dans le génocide de 1994, vingt-deux ans après ! Mieux vaut tard que jamais ! » Le 20 novembre, réagissant sur Twitter à la demande de pardon formulée quelques heures plus tôt par la Commission épiscopale rwandaise, la ministre rwandaise des Affaires étrangères, Louise Mushikiwabo, est sans doute allée un peu vite en besogne. Lue dans plusieurs églises du pays, la déclaration symbolique des neuf évêques apparaît en effet plus circonscrite que les apparences...
(L'Union 02/12/16)
Les Premières dames du Gabon et du Rwanda, Sylvia Bongo Ondimba et Jeannette Kagame, ont visité, mercredi, en marge de la 8e session extraordinaire de la conférence des chefs d’Etat et de Gouvernement de la CEEAC, l’Institut de cancérologie de Libreville (I C L) et La Maison d’Alice d’Angondjé. C'est l'ICL qui a eu la primeur de cette visite. Sur les lieux, la première Dame du Rwanda s'est rendue dans les services de l'oncologie médicale, radiothérapie, médecine nucléaire, laboratoire de...
(AFP 01/12/16)
Un "crachat au visage des victimes" du génocide: les ONG parties civiles au procès en appel en France du Rwandais Pascal Simbikangwa ont dénoncé mercredi dans leurs plaidoiries le "mépris" et les "mensonges" de l'accusé, qui clame son innocence. Premier Rwandais condamné en France pour le génocide des Tutsi en 1994, cet ex-officier de la garde présidentielle avait été condamné en 2014 à 25 ans de réclusion criminelle. Depuis le 25 octobre, cet homme de 56 ans est rejugé pour...
(RFI 01/12/16)
Paris accuse réception de la demande de coopération judiciaire que lui a adressé Kigali dans le cadre de l'enquête ouverte mardi au Rwanda sur le rôle d'une vingtaine de responsables français durant le génocide de 1994. Cela fait des années que le Rwanda accuse la France d'avoir participé aux massacres qui, à partir d'avril 1994, ont fait environ 800 000 morts, essentiellement parmi la minorité tutsie. Cette fois, le parquet demande à la France de lui permettre d'entendre les personnalités...

Pages