| Africatime
Samedi 29 Avril 2017
(RFI 29/04/17)
Au Rwanda on les appelle les « potiers ». Les Twas sont, aux côtés des Hutus et des Tutsis, le troisième groupe ethnique du pays. Descendants des premiers habitants du Rwanda, ils représentent moins de 1% de la population et font partie des Rwandais les plus pauvres du petit pays des Grands lacs. Le plus souvent, ils vivent en marge de la société, loin, bien loin, du développement de Kigali.
(Jeune Afrique 27/04/17)
Incarnation d’un pays autrefois déchiré et aujourd’hui en voie de résilience, Nelly Mukazayire, rwandaise, entend laisser derrière elle les fantômes du génocide. «Ma mère a joué un rôle dans la destruction de ce pays. Même si cette dette n’est pas la mienne, je compte faire le maximum pour contribuer à la reconstruction. » Le 4 avril, Nelly Mukazayire a soufflé ses trente-cinq bougies. Comme nombre de Rwandais, elle en a allumé une nouvelle, trois jours plus tard, en mémoire des victimes du génocide. Née d’une mère hutue et d’un père tutsi, elle est parvenue à ressortir vivante du tunnel macabre où un million de ses compatriotes ont péri, d’avril à juillet 1994. Mais, pour elle, le fardeau est encore plus...
(RFI 26/04/17)
Mardi 25 avril, un convoi d'aide alimentaire du PAM a été refoulé vers le Rwanda. Dix camions transportant 300 tonnes de nourriture arrivés à la frontière rwando-burundaise vendredi n'ont donc n'ont pas pu entrer sur le territoire burundais. Selon le porte-parole de la police burundaise, Pierre Nkurikiyé, cité par l'AFP, le Burundi connait une insécurité en provenance du Rwanda depuis deux ans et s'il y a des objets ou des personnes qui proviennent de ce pays « des mesures doivent être prises ». Le Burundi est actuellement en proie à une période de soudure particulièrement difficile, due à de mauvaises récoltes.
(Jeune Afrique 26/04/17)
Le président rwandais Paul Kagame aimerait que son pays ne dépende plus seulement du port de Mombasa, au Kenya. Accord d’exemption de visa entre les deux pays, convention de protection des investissements, mais surtout possibilité pour les importations rwandaises d’utiliser les services du nouveau port polyvalent de Doraleh : telles sont les principales conclusions de la première visite officielle de Paul Kagame à Djibouti, les 18 et 19 avril (une visite qui répondait à celle que son homologue djiboutien Ismaïl Omar...
(Jeune Afrique 25/04/17)
Les Archives nationales seront-elles contraintes de rendre accessibles les documents « classifiés » de la présidence de la République relatifs au rôle controversé que la France a joué au Rwanda entre 1990 et 1995 ? C’est ce qu’espère François Graner, physicien au CNRS et auteur de l’ouvrage "Le Sabre et la Machette". Le 7 mars, François Graner a obtenu la transmission au Conseil d’État d’une question prioritaire de constitutionnalité (QPC) portant sur le conflit entre une disposition du code du patrimoine...
(MondAfrique 22/04/17)
La commémoration du 23ème anniversaire du génocide rwandais (1994-1995) le 7 avril dernier a été l’occasion pour le président du Rwanda Paul Kagame de tester ses bonnes relations avec les autorités centrafricaines. A Bangui, les militaires rwandais de la mission onusienne de la Minusca ont été autorisés à organiser une cérémonie exceptionnelle de commémoration sur leur site de cantonnement alors même que Paul Kagame continue régulièrement de critiquer la position de l’ONU pendant et après le génocide. Plusieurs personnalités de haut rang ont assisté à la cérémonie du 7 avril dont le Président de l’Assemblée Nationale et deuxième personnage de l’Etat Karim Meckassoua...
(RFI 22/04/17)
La chenille légionnaire progresse en Afrique de l’Est. Après l’Ouganda, le Kenya c’est au tour du Rwanda d’être touché par une invasion de ce ravageur qui s’attaque aux cultures. Selon l'Office rwandais de l'agriculture (RAB), la totalité des 30 districts du pays est touchée à différents degrés. L’insecte s’attaque essentiellement au maïs. La chenille légionnaire inquiète dans un pays ou près de 80% de la population dépend de l’agriculture même si les autorités assurent que la menace est sous contrôle...
(Le Figaro 14/04/17)
Enfant du Burundi réchappé du génocide rwandais, il est venu à la littérature par le rap et conjugue ses deux passions sur scène (1). Madame Figaro. - Le principal trait de votre caractère ? Gaël Faye. - Je suis un constructeur. J’aime échafauder, me projeter dans la durée. Sans doute à cause des traumatismes de mon enfance. Ballotté entre deux continents, j’ai eu l’impression d’être dilué. Même l’écriture ne suffit pas à me rassurer. Celui dont vous êtes le moins...
(Jeune Afrique 12/04/17)
Des flacons de patchouli made in Rwanda ? Depuis quand le patchouli pousse-t-il en Afrique ? Depuis que des entrepreneurs rwandais ont décidé de se lancer dans la production d'huiles essentielles. Nicholas Hitimana, patron de l’entreprise Ikirezi, est l’un d’entre eux. Il fait pousser du patchouli sur le sol rwandais, après avoir eu l’idée d’en importer il y a quelques années directement d’Indonésie. Cela lui a permis de se développer dans un secteur en expansion dans le pays : les...
(Le Monde 11/04/17)
L’histoire d’Olivier, rescapé du génocide des Tutsi en 1994, permet à notre chroniqueur de retracer le chemin parcouru par le pays depuis vingt-trois ans. Jusqu’en 1994, Olivier était un petit garçon comme les autres : il allait à l’école, il jouait au foot avec ses camarades de classe et, le dimanche, il se rendait à l’église de Cyahinda, dans le sud du Rwanda. Pour le petit garçon qu’il était, l’église représentait quelque chose : un sanctuaire, un refuge, un endroit pas tout à fait comme les autres. Au mois d’avril de cette année-là, son univers bascula.
(RFI 10/04/17)
En marge de la campagne électorale en France, la Ligue internationale contre le racisme et l'antisémitisme (Licra), demande au président sortant, François Hollande, de lever le secret défense sur les documents touchant au génocide rwandais. Dans un communiqué, la Licra demande au gouvernement de rendre public tous les documents diplomatiques, militaires, politiques et financiers se rapportant à l'action de la France entre 1990 et 1994. Alain Jakubowicz, le président de la Licra, répond aux questions de Bineta Diagne.
(RFI 08/04/17)
Les 23e commémorations du génocide des Tutsi au Rwanda ont débuté vendredi 7 avril. La période de deuil s’étendra sur 100 jours, comme la durée des massacres de 1994 déclenchés par le régime extrémiste hutu de l'époque et perpétrés par une grande partie de la population. Vingt-trois ans après, la douleur est toujours très vive pour les rescapés des tueries qui ont fait environ 800 000 morts et des centaines de milliers d'orphelins. Notre journaliste a rencontré Sylvie Mukankubana, 23 ans, qui fait partie des rescapés, lors de cette première journée de deuil national.
(RFI 07/04/17)
Ce vendredi 7 avril débutent au Rwanda les commémorations du génocide de 1994 qui a fait environ 800 000 morts, essentiellement parmi la minorité tutsi. Vingt-trois ans après les massacres, le pays panse encore ses plaies. Moins d'une semaine avant le début des cérémonies, des vaches appartenant à des rescapés du génocide ont été attaquées. De tels actes interviennent chaque année à l'approche de la période de deuil, même si selon la Commission nationale de lutte contre le génocide (CNLG), ils sont en baisse constante. Ferdinand Mukurira, 54 ans, fait un signe de croix.
(Le Point 06/04/17)
L'African Institute for Mathematical Sciences pose ses valises au Rwanda, un pays déjà en pointe dans la fabrique des futurs leaders économiques. Modèle. Le premier et le plus grand réseau africain de centres d'excellence, l'African Institute for Mathematical Sciences (AIMS), a annoncé ce 4 mars le lancement d'AIMS au Rwanda, en partenariat avec le gouvernement du Rwanda. Objectif : bâtir un écosystème panafricain qui utilisera l'innovation, l'apprentissage et les recherches scientifiques pour trouver des solutions aux défis que doit relever...
(RFI 05/04/17)
Y a t-il du pétrole dans le lac Kivu ? C'est la question à laquelle le Rwanda et la RDC souhaitent répondre. Les deux pays ont en effet signé ce mardi 4 avril à Rubavu dans l'ouest du Rwanda un accord de coopération portant sur l'exploration pétrolière dans ce lac de 2 700 km qu'ils se partagent. Selon la ministre rwandaise des Affaires étrangères, c’est un signe que les relations entre les deux voisins sont au beau fixe. Il semble...
(Jeune Afrique 05/04/17)
Selon les chiffres du HCR obtenus par Jeune Afrique, de nombreux intellectuels burundais en exil ont choisi le Rwanda comme pays de destination. Les paysans des collines, eux, ont préféré trouver refuge en Tanzanie. Les chiffres parlent d’eux-mêmes. En janvier 2017, selon le décompte du Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (UNHCR) obtenu par Jeune Afrique, plus de 80 % des réfugiés burundais ayant un niveau universitaire étaient installés au Rwanda, soit 5 615 personnes sur un total de...
(Le Monde 04/04/17)
Deux livres, l’un de Jean-Hervé Bradol et Marc Le Pape et l’autre de Filip Reyntjens, relatent ce « génocide de cent jours » au Rwanda. Sa genèse, son déroulé, ses traumatismes hantent toujours le pays. Le 6 avril 2017 marquera le 23e anniversaire du début du génocide de cent jours des Tutsi au Rwanda. Près d’un quart de siècle après, le « crime des crimes » commis dans la région africaine des Grands Lacs continue de ronger la conscience de ceux qui l’ont touché du doigt : témoins, victimes, bourreaux, chercheurs, militaires, humanitaires… D’autres drames ont jalonné d’horreur les années de l’immédiat après-guerre froide : conflits en Tchétchénie, effondrement de la Yougoslavie...
(RFI 04/04/17)
Au Rwanda, une émeute a éclaté lundi matin dans la prison de Gasabo à Kigali. Elle a été rapidement contenue et n'a pas fait de blessés, selon les autorités. Les émeutes et même les manifestations sont extrêmement rares au Rwanda, pays souvent critiqué pour ses atteintes à la liberté d'expression. Selon la presse rwandaise, cette émeute pourrait être liée à un incendie qui s'est déclaré dans cette même prison vendredi. La prison de Gasabo héberge 5 400 détenus, des prisonniers de droit commun et des condamnés pour génocide. « On a eu très peur », explique un commerçant devant la prison de Gasabo.
(Jeune Afrique 03/04/17)
Le président rwandais Paul Kagamé a officiellement lancé lundi l’« Écosystème de la connaissance », un projet de l’Institut africain pour les sciences mathématiques (AIMS) dont le financement est estimé à un montant compris entre 50 à 60 millions de dollars sur cinq ans. La capitale rwandaise accueillera également le prochain « Next Einstein forum » en 2018... C’est un joli coup. Ce lundi 3 avril, le gouvernement rwandais a officiellement lancé l’« Écosystème de la connaissance » de l’Institut africain pour les sciences mathématiques (AIMS).
(RFI 03/04/17)
Les travaux de construction de la centrale hydroélectrique sur les chutes de Rusumo à la frontière entre le Rwanda, la Tanzanie et le Burundi ont commencé jeudi 30 mars. Ce projet financé grâce à la Banque mondiale devrait permettre aux trois pays voisins de se partager à parts égales 80 mégawatts (MW) d'électricité. Une « étape importante » pour la production d'électricité dans la région et « un signe fort de coopération entre les pays d'Afrique de l'Est », a déclaré le ministre tanzanien de l'Energie, Sospeter Muhongo, lors de la cérémonie marquant...

Pages