Vendredi 21 Juillet 2017
(RFI 20/07/17)
L'ancien ministre français Hubert Védrine réagit au dernier article de la revue XXI concernant le Rwanda. Dans la dernière édition parue il y a trois semaines, le journaliste Patrick de Saint-Exupéry accusait la France d'avoir ordonné de réarmer les génocidaires hutus, au moment où beaucoup passaient la frontière vers le Zaïre et où les exactions contre les Tutsis étaient déjà connues. Le journaliste mettait directement en cause Hubert Védrine, qui était à l'époque secrétaire général de l'Elysée. Au moment de la parution de l'article, Hubert Védrine avait catégoriquement refusé de commenter les informations de la revue XXI. Trois semaines plus tard, l'ancien ministre « dément en bloc les allégations et accusations » contenues dans l'article...
(Le Monde 20/07/17)
L’ancien secrétaire général de l’Elysée et ministre des affaires étrangères réagit aux accusations de réarmement des génocidaires des Tutsi par la France. C’est un très lourd soupçon qui pèse sur lui. Celui d’avoir ordonné le réarmement des génocidaires au Rwanda en 1994. Trois semaines après la parution dans la revue XXI d’un article le présentant comme l’auteur d’une note incitant à la livraison d’armes aux Hutu qui venaient de commettre les massacres, Hubert Védrine « dément en bloc les allégations et les accusations fondées sur des spéculations ». « Ces accusations répétées contre l’action de la France au Rwanda (…) ont été maintes fois démenties avec précision par les autorités gouvernementales, parlementaires et militaires françaises. La France a été le...
(Jeune Afrique 20/07/17)
Les Jeux olympiques de la gouvernance permettent d'analyser la politique publique du pays, comme le secteur de l'éducation, de l'agriculture ou encore social, en soulignant les manquements et les réussites du gouvernement. Depuis quatre ans, l’Institute of Policy Analysis and Research-Rwanda (Ipar-Rwanda) est sollicité pour évaluer l’impact des politiques menées par le gouvernement. Chaque année, ce think-tank auquel je collabore passe donc en revue les imihigo (contrats de performance) signés entre la présidence de la République et les institutions centrales...
(Jeune Afrique 20/07/17)
«L’image que les médias vous proposent de l’Afrique est généralement celle d’un continent en crise, victime de catastrophes naturelles, de famines, de drames ou de coups d’État militaires… Eh bien, ce soir, c’est une tout autre image que [nous vous proposons] : celle d’un petit pays – le Rwanda – qui […] cherche à conquérir son indépendance économique et son autonomie, sans crise, sans drame. » Avec une trentaine d’années de recul, ce lancement de la Télévision suisse romande (TSR) peut...
(Jeune Afrique 19/07/17)
La chef de la diplomatie rwandaise assume le référendum de 2015, qui permet à Paul Kagame de briguer un troisième mandat. Elle estime qu’il est le seul à avoir l’envergure nécessaire à cette fonction. Aussi à l’aise en français qu’en anglais, Louise Mushikiwabo est, depuis huit ans, le visage du Rwanda à l’étranger. Le référendum de 2015, en débloquant les verrous constitutionnels qui empêchaient le président Paul Kagame de se représenter, lui a pourtant valu quelques critiques, notamment en provenance du pays de son mari, les États-Unis. Mais alors que le Parti démocrate américain a été balayé lors des dernières élections, le gouvernement de Kigali semble avoir de belles années devant lui.
(Le Point 18/07/17)
Pour le président sortant Paul Kagame, l'élection du 4 août semble jouée d'avance. Face à lui, il a deux challengers qui n'entendent pas lui faciliter la tâche. Comme lors des dernières élections présidentielles, Paul Kagame semble bien parti pour remporter les élections du 4 août 2017. Et lui-même ne s'y trompe pas. « Ce serait mentir que de prétendre ignorer le résultat de l'élection présidentielle. Je suis venu vous demander si vous êtes encore sur la voie de ce qui...
(APA 18/07/17)
L'Afrique progresse vers la création d'ici le 30 octobre d'une grande zone de libre-échange (ZLE) qui couvrira environ la moitié des pays du continent. Cette zone serait formée de la fusion du Marché commun de l'Afrique orientale et australe (COMESA), de la Communauté d'Afrique de l'Est (EAC) et de la Communauté de développement d'Afrique australe (SADC). Francis Mangeni, directeur des questions commerciales et douanières auprès du COMESA, rappelle dans une tribune parue lundi dans le quotidien kenyan The Star que...
(Jeune Afrique 17/07/17)
Comme Frank Habineza pour le Parti démocrate vert du Rwanda (RDGP) et l’indépendant Philippe Mpayimana, les deux autres candidats retenus par la commission électorale nationale (NEC), Paul Kagame a démarré le 14 juillet sa campagne officielle, avant le scrutin présidentiel du 4 août. Pour démarrer sa tournée, le chef de l’État rwandais et chairman du Front patriotique rwandais (FPR), en quête d’un troisième mandat de sept ans, a commencé sur ses terres, à Ruhango, dans le sud du pays. Une heure avant son arrivée, vendredi 14 juillet, ils étaient déjà plusieurs dizaines de milliers...
(Xinhua 17/07/17)
KIGALI, (Xinhua) -- Les campagnes présidentielles du Rwanda ont débuté officiellement vendredi. Les trois candidats sont le président en exercice Paul Kagame, Frank Habineza du Parti vert démocratique du Rwanda (DGPR), et Philipe Mpayimana, candidat indépendant. Selon la Commission électorale nationale (NEC), les campagnes se termineront le 3 août, un jour avant le jour du scrutin. M. Habineza a lancé sa campagne présidentielle vendredi dans le district de Rusizi, dans l'ouest du Rwanda. Il y a onze partis politiques au...
(RFI 15/07/17)
La campagne électorale pour la présidentielle du 4 août a été lancée au Rwanda. Deux petits candidats d'opposition sont en lice face au président sortant Paul Kagame qui brigue un troisième mandat. Face à un parti au pouvoir hégémonique depuis 23 ans et régulièrement accusé de ne laisser aucune place à l'opposition, l'issue du scrutin laisse peu de place au suspens. Et ce vendredi, lors de son premier meeting de campagne, Paul Kagame n'a pas hésité à affirmer que l'élection...
(BBC 15/07/17)
Trois candidats sont en lice pour la présidentielle rwandaise dont le président Kagamé au pouvoir depuis 17 ans. Le président sortant Paul Kagamé du Front Patriotique Rwandais (FPR), Frank Habineza du Parti démocratique vert du Rwanda et Philippe Mpayimana, candidat indépendant, ont 19 jours pour convaincre les électeurs. Ils vont sillonner les différentes régions du pays pour dévoiler leurs programmes politiques. Franck Habineza, candidat du Parti démocratique vert est convaincu de ses chances. "Nous ne mettons pas en doute nos...
(AFP 14/07/17)
Dans les rues calmes et vallonnées de la capitale rwandaise, rares sont ceux à avoir entendu parler de Frank Habineza et de Philippe Mpayimana, les deux candidats qui affronteront le tout puissant dirigeant sortant Paul Kagame à la présidentielle du 4 août. La candidature des deux hommes n'a été validée par la commission électorale que quelques jours avant le début de la campagne, vendredi. Dotés de très peu de moyens financiers, ils n'ont que trois semaines pour se faire connaître.Face à un parti au pouvoir hégémonique, la tâche semble insurmontable et une large victoire du président sortant est attendue.
(Le Monde 13/07/17)
Le premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou espère le soutien de Kigali, qui prendra la tête de l’Union africaine, dans les instances onusiennes. La séquence diplomatique le ravit. Quelques jours après avoir réservé un accueil triomphal au premier ministre indien Narendra Modi, Benyamin Nétanyahou a salué avec une chaleur égale le président rwandais Paul Kagamé, lundi 10 juillet. Il pouvait ainsi illustrer l’une des lignes de force de sa politique étrangère, consolidée ces dernières années : la diversification des alliances. Si les Etats-Unis demeurent le parrain et l’allié stratégique, Israël veut aussi se rapprocher de pays et de continents qui lui furent autrefois hostiles en raison de leur soutien à la cause palestinienne.
(France TV Info 13/07/17)
A quelques jours de l’élection présidentielle rwandaise, le président Paul Kagamé a effectué une visite de deux jours en Israël pour «développer le commerce et la coopération» avec l’Etat hébreu. L’occasion pour le premier ministre Benjamin Netanyahu de saluer le rôle du Rwanda comme «un pont indispensable» du retour d’Israël sur le continent africain. Entre le président rwandais et le Premier ministre israélien, il est possible de parler d’une entente parfaite, voire d'une relation au beau fixe sur tous les...
(Autre média 12/07/17)
Les autorités françaises n’ont que leurs yeux pour pleurer. Elles ne savent plus quoi faire. Et pour cause, une délégation diplomatique française a essuyé un refus de visa des autorités rwandaises. Parce qu’elles ont montré à leurs yeux un document bien orné avec le drapeau rwandais. Entre Kigali et Paris, une confusion totale s’est installée. Paul Kagme veut-il mener la guerre aux autorités françaises ? En tout cas, son pays a refusé totalement d’offrir le visa à des autorités françaises...
(AFP 11/07/17)
Le président rwandais Paul Kagame a déclaré lundi chercher à développer le commerce et la coopération avec Israël, lors d'une visite à Jérusalem, nouveau signe d'un réchauffement des relations entre l'Etat hébreu et l'Afrique. En juillet 2016, le Premier ministre Benjamin Netanyahu s'était rendu dans quatre pays africains, dont le Rwanda, et a assisté en juin dernier à un sommet des dirigeants ouest-africains au Liberia. "Israël continue à accroître ses engagements en Afrique. C'est une tendance très positive", a ajouté le président rwandais qui a rencontré M. Netanyahu et le président israélien Reuven Rivlin.
(La Tribune 11/07/17)
Le président rwandais effectue de nouveau une visite de deux jours en Israël où il est arrivé dimanche dernier. Accueilli avec tous les honneurs par les autorités de l’Etat hébreux, Paul Kagamé est considéré comme l’un des principaux alliés d’Israël en Afrique. A l’heure où Israël lance une véritable offensive sur le continent, le Rwanda compte profiter des opportunités d’investissements ainsi ouvertes afin de drainer plus d’IDE israéliens pour accompagner sa stratégie de développement. L’occasion pour l’Etat hébreu d’appâter d’autres...
(Jeune Afrique 11/07/17)
Pour avoir présenté un document de voyage orné de l’ancien drapeau rwandais, en vigueur au moment du génocide, une délégation diplomatique française a essuyé un refus de visa des autorités rwandaises. C’est un premier accroc dans la relation, encore embryonnaire, entre les nouvelles autorités françaises et le régime de Kigali. Les 9 et 10 juillet, une délégation officielle française devait se rendre en mission au Rwanda, avant de poursuivre son périple au Cameroun. À sa tête, Rémi Maréchaux, directeur de...
(Reuters 11/07/17)
Le Rwanda reste ouvert à toute forme de coopération, s’est ainsi exprimé le président Rwandais en visite depuis lundi à Jérusalem. Paul Kagame n’a pas manqué de saluer la “coopération florissante” entre Israël et le Rwanda dans les domaines de l‘énergie, de l’agriculture et des technologies. Une coopération qui vise selon lui, à aider à reconstruire son pays et à soutenir d’autres secteurs clés comme celui de la sécurité. “C’est une tendance très positive qui ne peut qu‘être saluée et...
(RFI 11/07/17)
Paul Kagamé est actuellement en visite en Israël. Un déplacement de deux jours pour consolider les relations entre les deux pays qui sont excellentes. Le président rwandais a rencontré, ce lundi 10 juillet, le Premier ministre Benyamin Netanyahu. C'est à un homme qu'il présente comme un ami d'Israël que Benyamin Netanyahu a tenu à souhaiter la bienvenue. Le Premier ministre israélien appelle même le président rwandais par son prénom. Et il l'a remercié pour le rôle qu'il a joué dans...

Pages