Jeudi 25 Mai 2017
(AFP 27/03/17)
Le président rwandais Paul Kagame a été dimanche le premier chef d'Etat africain à s'exprimer devant la plus grande organisation américaine pro-israélienne, où il a loué les liens entre l'Etat hébreu et son pays meurtri par un génocide en 1994. Avant de prendre le pouvoir, Paul Kagame était le chef rebelle du Front patriotique rwandais (FPR) qui avait mis fin au génocide des Tutsi en 1994 par des extrémistes hutu (environ 800.000 morts selon l'ONU). Il a fait ensuite de son pays une puissance économique régionale soutenue par les Etats-Unis, même si les relations avec Washington se sont tendues ces dernières années en raison de la volonté de M. Kagame de rester au pourvoir. Il était dimanche l'invité de marque...
(APA 27/03/17)
APA-Kigali (Rwanda) - Le président rwandais Paul Kagame a déclaré que son pays soutient pleinement Israël, insistant que « cette nation a le droit d'exister et de prospérer en tant que membre à part entière de la communauté internationale. » Kagame s’exprimait dimanche à Washington DC, lors de la Conférence politique de l'AIPAC. La conférence de politique de l'AIPAC est un rassemblement annuel pro-israélien dont l’objectif est le renforcement des relations américano-israéliennes ainsi que la sécurité des deux pays. Le dirigeant rwandais a exprimé sa solidarité avec Israël qui, selon lui, «continue de faire face à des menaces de la part de certains de ses voisins. » D’après le président Kagame, la communauté internationale a besoin d’Israël pour la consolidation...
(RFI 27/03/17)
Au Rwanda, près de 200 officiers supérieurs, issus de six des treize pays membres de la Capacité africaine de réponse immédiate aux crises de l'Union africaine (CARIC), sont réunis, pour une semaine, depuis samedi 25 mars, dans le pays pour y mener des exercices de commandement. Nommés « Tranquillité en Afrique » ce sont les troisièmes du genre. La CARIC a été créée en 2O13 comme dispositif transitoire en attendant que la Force africaine en attente (FAA) soit totalement opérationnelle. Ce dispositif repose sur la base du volontariat. En novembre 2016, l'Union africaine avait estimé que la CARIC était prête à répondre rapidement aux crises sécuritaires et à contribuer aux opérations de soutien à la paix. C'est l'intervention française au...
(RFI 27/03/17)
Au Burundi, la population continue de fuir la crise qui secoue le pays depuis bientôt deux ans. Le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) compte déjà plus de 400 000 Burundais qui ont trouvé refuge dans les pays voisins, essentiellement en Tanzanie, au Rwanda et en République démocratique du Congo (RDC). Il souligne également que plusieurs dizaines de compatriotes viennent les rejoindre chaque jour. Le HCR estime que le nombre de ces réfugiés burundais pourrait dépasser le demi-million d'ici la fin de l'année. Il lance un appel aux pays hôtes pour mettre à disposition de nouveaux espaces, car les camps qui accueillent ces réfugiés sont déjà saturés. Le HCR a lancé, dernièrement, un appel de fonds pour...
(La Tribune 24/03/17)
Pas question de dormir sur ses lauriers pour le Rwanda. Après avoir engagé de nombreux chantiers pour son développement économique, le pays de Paul Kagamé veut doper ses exportations. Sa piste : le marché sous-régional. Un plan pour la construction de nouveaux marchés équipés au niveau des frontières rwandaises vient d'être lancé dans ce sens. Maximiser sur le potentiel sous-régional pour améliorer son positionnement commercial, telle est la visée actuelle de Kigali qui envisage de doper ses exportations en passant par le marché est-africain. Les autorités envisagent en effet la construction de huit marchés transfrontaliers au niveau des frontières de Rwanda avec la RDC, le Burundi, l'Ouganda et la Tanzanie, a annoncé à la presse locale James Tayebwa, chargé de...
(RFI 24/03/17)
Y a-t-il une responsabilité de l'église catholique dans le génocide des Tutsis en 1994 au Rwanda ? Cette question est au cœur de la rencontre - la première du genre - qui a eu lieu lundi dernier au Vatican entre le pape François et le président rwandais Paul Kagamé. Le sociologue français Benoît Guillou a publié, aux éditions François Bourin, « Le pardon est-il durable ? Une enquête au Rwanda ».
(AFP 23/03/17)
L'épouse rwando-britannique d'un membre de l'opposition rwandaise en exil a comparu jeudi devant un tribunal de Kigali, accusée notamment de "formation d'un groupe armé illégal", a constaté une journaliste de l'AFP. Violette Uwamahoro a rejeté toutes les charges retenues contre elle lors de cette audience devant décider de son maintien en détention jusqu'à l'ouverture de son procès, à une date indéterminée. "Le procureur demande de garder Madame (Uwamahoro) en prison; nous demandons sa libération" car elle est enceinte, a déclaré à l'AFP son avocate Antoinette Mukamusoni. La décision sera rendue lundi. Selon l'acte d'accusation dont l'AFP a pu prendre connaissance, Violette Uwamahoro est accusé...
(Le Monde 21/03/17)
Le journaliste Christian Terras décrypte l’avancée que représente la demande de pardon du pontife « pour l’Eglise et ses membres » impliqués dans le génocide de 1994. « Un nouveau chapitre » s’est ouvert dans les relations entre l’Eglise catholique et le Rwanda. C’est ainsi que Paul Kagamé a salué sa rencontre, lundi 20 mars, au Vatican, avec le pape François. Sans évoquer la responsabilité du Vatican dans le génocide de 1994, qui a causé la mort d’au moins 800 000 Tutsi et opposants hutu, le pontife a imploré « le pardon de Dieu pour les péchés et les échecs de l’Eglise et de ses membres ». En novembre 2016, les évêques du Rwanda avaient présenté des excuses pour la...
(Le Point 21/03/17)
La prise de position du pape François par rapport au génocide rwandais intervient au moment où le climat entre l'Église et le pouvoir rwandais est délétère. Pour sa première visite officielle au Vatican, le président rwandais Paul Kagame peut se targuer d'avoir marqué un grand coup. En effet, le pape François en personne a imploré « le pardon de Dieu » pour « les péchés et manquements de l'Église et ses membres » durant le génocide de 1994 au Rwanda. Le communiqué du Vatican précise que le pape a exprimé « sa profonde tristesse, et celle du Saint-Siège et de l'Église, pour le génocide perpétré contre les Tutsi » ainsi que « sa solidarité avec les victimes et ceux qui...
(APA 21/03/17)
APA-Kigali (Rwanda) - Le président du Groupe de la Banque mondiale, Jim Yong Kim, entame ce mardi une visite de deux jours au Rwanda, a confirmé son bureau dans un communiqué. Cette visite, qui l’emmènera également en Tanzanie, est sa deuxième dans la région en tant que président de la Banque mondiale. Au Rwanda, Kim devrait visiter le projet Zipline Drone, la zone économique spéciale de Kigali et le centre d’innovation des TIC, kLab. Au deuxième jour de sa visite, le président de la Banque mondiale prononcera une conférence publique au Centre des congrès de Kigali. L’accent sera mis dans son discours sur la nécessité de changer les approches du développement afin de répondre aux aspirations des sept milliards de...
(Libération 21/03/17)
Le pape François a «imploré à nouveau le pardon de Dieu pour les péchés et manquements de l'Eglise et ses membres» durant le génocide rwandais de 1994, lors d'une audience lundi avec Paul Kagame, président du Rwanda, a indiqué le Vatican. C’est un geste inédit et inattendu. Dans un communiqué, ce lundi, le pape François a demandé pardon pour l’implication de l’Eglise catholique dans le génocide des Tutsi, commis au Rwanda entre avril et juillet 1994. Près d’un million de personnes ont été tuées, Tutsi et Hutu opposés aux massacres. Soit les trois quarts des Tutsi de l’époque, bien souvent laissés sans sépulture. Des militaires, des policiers, des miliciens et de simples civils, souvent catholiques, assassinèrent d’autres catholiques. Et parfois,...
(La Tribune 21/03/17)
C’est une première ! En 17 ans de pouvoir, c’est la première fois que le président rwandais rencontre officiellement le chef de l’Eglise catholique. Paul Kagamé ne s’est pas déplacé pour rien au Vatican où le pape François a présenté les excuses de l’Eglise pour son implication dans le génocide de 1994. Un nouveau chapitre des relations tumultueuses entre Kigali et Rome vient assurément de s’ouvrir. L'audience n'aura duré que 20 minutes ! Mais elle aura été suffisante à l'Eglise catholique pour corriger ses « excuses inadéquates » présentées au mois de novembre pour le génocide rwandais de 1994. Plus de vingt ans après, le Vatican exorcise les démons d'un passif lourd avec Kigali. Ce mardi 20 mars, lors d'une...
(Agence Ecofin 21/03/17)
(Agence Ecofin) - Le gouvernement rwandais veut allouer 95 000 hectares (ha) à la culture de blé, d’ici 2019. C’est ce qu’a annoncé Mark Cyubahiro Bagabe, directeur général du Conseil rwandais de l’agriculture (RAB). Cet accroissement des superficies consacrées au blé devrait permettre, selon le dirigeant, de booster la production locale afin de réduire le montant dédié à l’importation de la céréale qui se situe entre 35 et 40 millions de dollars par an. En parallèle à l’augmentation des superficies, le gouvernement mise sur l’adoption de variétés améliorées de blé pour accroître la production. Dans ce cadre, le RAB a mis sur le marché rwandais, au début de cette année, 10 nouvelles variétés de blé résistantes au stress et à...
(RFI 21/03/17)
Le président rwandais Paul Kagame a évoqué « un nouveau chapitre » dans les relations entre son pays et l’Eglise catholique après sa rencontre au Vatican lundi 20 mars avec le pape François. Une rencontre au cours de laquelle le souverain pontife a demandé pardon « pour les péchés et les manquements » de ses membres lors du génocide. Le pape n’a pourtant pas évoqué de responsabilité directe du Vatican comme l’aurait espéré Kigali. Les relations se sont néanmoins apaisées après cette visite au Vatican. Comment l’expliquer ? En novembre dernier, le gouvernement rwandais jugeait « inadéquates » les excuses des évêques catholiques du pays pour la participation de certains fidèles et religieux dans le génocide. Lors de sa rencontre...
(APA 21/03/17)
APA Kigali (Rwanda) - Le président Paul Kagame s'est entretenu ce lundi, au Vatican, avec le pape François, lors d'une visite officielle au Saint siège, a annoncé un communiqué de la présidence rwandaise. "Le Président Kagame et le Saint-Père ont discuté de plusieurs aspects de la relation entre le Rwanda et le Saint-Siège. Le Président a salué les contributions de l'Église au développement socio-économique du Rwanda, en particulier dans les secteurs de l'éducation et de la santé’’, a déclaré la ministre des Affaires étrangères Louise Mushikiwabo, qui accompagne le président Kagame au Vatican. Selon la ministre Mushikiwabo "la rencontre d'aujourd'hui a été marquée par un esprit d'ouverture et de respect mutuel. C'est une avancée positive dans les relations entre le...
(Agence Ecofin 21/03/17)
(Agence Ecofin) - La société chinoise Huawei Technologies a signé un accord de partenariat avec le gouvernement du Rwanda. Les deux parties sont parvenues à cet accord, en marge de la réunion de la Commission sur la large bande, organisée par l’Union Internationale des Télécommunications (UIT) à Hong Kong, en Chine, du 15 au 17 mars 2017. L’assistance de Huawei au Rwanda prévoit le partage, par l’entreprise technologique, de son expertise pour la réalisation de plusieurs infrastructures TIC, notamment des centres de données régionaux, le réseau national à haut débit, un réseau électrique intelligent, baptisé « Smart Grid», l’introduction des outils TIC dans l’éducation afin d’améliorer le niveau d’apprentissage dans le pays. L’objectif de la collaboration entre Huawei et le...
(AFP 20/03/17)
Le pape François a imploré "le pardon de Dieu" pour "les péchés et manquements de l'Eglise et ses membres" durant le génocide de 1994 au Rwanda, en recevant lundi le président rwandais Paul Kagame, venu au Vatican chercher des paroles de repentance. En novembre, le gouvernement rwandais avait estimé que le Vatican devait demander pardon pour le rôle de certains représentants de l'Eglise dans le génocide qui, selon l'ONU, a fait 800.000 morts, essentiellement parmi la minorité tutsi. Le pape François, qui a reçu M. Kagame pour la première fois au Vatican...
(La Croix 20/03/17)
Recevant hier au Vatican le président rwandais Paul Kagamé, le pape a partiellement accédé à sa demande de repentance pour le génocide rwandais, sans toutefois évoquer la responsabilité du Vatican jusqu’ici réclamée par son hôte Rome C’est une repentance inattendue que le pape François a exprimée, hier, en recevant au Vatican le président rwandais Paul Kagamé. Alors que, en novembre dernier, le gouvernement rwandais jugeait « inadéquates » les excuses présentées par les évêques du pays pour la participation de certains catholiques au génocide de 1994, estimant que, « au vu de l’échelle à laquelle ces crimes ont été commis, des excuses de la part du Vatican seraient, amplement, justifiées », le pape a, en effet, fait lui-même acte de...
(Reuters 20/03/17)
KIGALI, (Reuters) - Frank Habineza, chef du seul parti d'opposition rwandais enregistré, le Parti Vert, a annoncé dimanche qu'il serait candidat face au chef de l'Etat sortant, qui devrait solliciter un troisième mandat lors de l'élection présidentielle du mois d'août. Frank Habineza a été désigné candidat par les 400 délégués de son parti réunis en congrès. Son programme préconise des investissements dans l'agriculture, l'augmentation des salaires des membres des forces de sécurité et l'arrêt des internements à caractère politique. Selon Habineza, le Parti Vert compte 500.000 membres, sur un total de six millions d'électeurs et une population rwandaise de 11,8 millions d'habitants. Des réformes constitutionnelles, qui permettent techniquement à Paul Kagame de se maintenir au pouvoir jusqu'en 2034, ont été...
(Reuters 20/03/17)
CITE DU VATICAN, Reuters) - Le pape François a demandé lundi pardon pour les "péchés et les manquements de l'Eglise et de ses membres" durant le génocide de 1994 au Rwanda, déclarant que les violences avaient "défiguré le visage" de l'Eglise catholique. Recevant le président rwandais Paul Kagame au Vatican, le souverain pontife a dit espérer que ses excuses servent la cause de la paix au Rwanda et contribuent à une "purification de la mémoire". L'Eglise catholique rwandaise a publiquement demandé pardon l'an dernier pour le rôle joué par certains membres du clergé, qui, a-t-elle dit, ont attisé les haines interethniques ayant débouché sur les massacres. Certains des massacres ont eu lieu dans des églises où les gens s'étaient réfugiés...

Pages